Licence CC BY

Interview : Rencontre avec Dominus Carnufex

Des tutos, des articles, des posts de forums, sur tant de sujets… Qui se cache derrière tout ça ?

Dernière mise à jour :
Auteurs :
Catégorie :

Dominus Carnufex

Bonjour Dominus Carnufex ! Pour commencer, dis-nous, qui es-tu ?

Bonjour Eskimon. ^^ Je suis un jeune homme de 24 ans, originaire du Sud de la France, et archiviste de métier.

On peut voir que tu postes de nombreux tutoriels notamment sur les langues. Qu’est ce qui t’attire vers ces dernières ?

Je n’en ai pas la moindre idée, pour être tout à fait honnête. J’ai toujours eu une facilité certaine pour les apprendre et le goût de comprendre comment elles fonctionnent, mais je ne saurais pas te dire pourquoi j’aime ça.

Et finalement, combien en connais-tu et/ou utilises-tu régulièrement ?

C’est une vaste question. Je parle couramment français, anglais, allemand et latin, et j’ai un niveau disons lycée en espagnol. Je comprends à l’écrit avec un peu d’aide et je suis capable de baragouiner une demi-douzaine d’autres langues (provençal, gascon, italien, suédois, les deux norvégiens), et j’ai des connaissances disparates inutilisables en pratique dans des dizaines d’autres.

Est-ce que cela te sert pour ton métier d’archiviste ? D’ailleurs, en fait, ça fait quoi un archiviste ?

Le latin, oui. Pas mal de documents médiévaux et encore quelques documents postérieurs sont écrits dans cette langue. En revanche, les autres ne me servent pas dans mon métier.

Le travail de l’archiviste se décompose grossièrement en trois périodes. Dans un premier temps, il travaille au sein d’une organisation (une collectivité publique, une entreprise, une association…) à analyser la production documentaire de cette dernière, c’est-à-dire grosso modo tout ce qu’elle produit comme documents papiers ou numériques. Le but est de déterminer qui fait quoi, pourquoi tels documents sont produits et quelles informations ils contiennent, à qui servent ces informations et pendant combien de temps, etc.

L’objectif final est de déterminer quels documents peuvent être détruits quand le producteur n’en a plus d’usage immédiat, et lesquels doivent être conservés pendant un temps plus ou moins long. Notez bien que l’archiviste ne décide pas cela tout seul dans son coin : il y a des prescriptions légales pour certains documents, et une immense base de bonnes pratiques pour la plupart du reste. Cela s’accompagne dans l’idéal d’une sensibilisation des producteurs aux problématiques d’archivage, essentiellement pour leur faire comprendre qu’ils ne doivent pas détruire les documents sans notre aval, et que s’ils nous remettent un tas de merde où tout est mélangé, on ne pourra pas faire de miracle… ^^

Dans un second temps (qui est parfois, pour des questions de moyens, le premier), l’archiviste a la charge de récupérer auprès des producteurs les documents dont ils n’ont plus ou peu besoin. Il faut alors garder la trace de qui a versé quoi, séparer physiquement ce qui sera détruit à terme et ce qui sera conservé indéfiniment, constituer ou mettre à jour l’inventaire de tout ce qui est conservé. Puis, s’assurer que le risque de destruction accidentelle des documents est minimal, vérifier régulièrement que rien n’a disparu, détruire les documents qui sont arrivés au bout de leur sursis en s’assurant qu’aucune information compromettante ne sorte de l’organisation, et faire en sorte que si quelqu’un a besoin d’un document archivé, on puisse le retrouver rapidement.

Cette étape est directement dépendante des moyens mis à disposition du service d’archives. En effet, quand une archiviste seule1 doit gérer la production des services municipaux d’une commune de quinze mille habitants, elle n’a pas matériellement le temps d’ouvrir chaque boite pour vérifier en détail ce qu’il y a dedans : si le pré-archivage n’a pas été fait correctement, l’inventaire peut très bien se résumer à « 130 boites versées par Machin, 2003‑2015 », créant ainsi des archives mortes car personne n’aura le courage de chercher un document précis dedans. Dans un autre ordre d’idée, mettre en place les conditions de température, d’humidité et de tout le reste idéales pour la conservation d’archives coûte très cher, et peu de services peuvent se le permettre.

Enfin, dans un troisième temps, et toujours si elle en a les moyens, l’archiviste va s’efforcer de donner une seconde vie à ses documents. Cela passe en premier lieu par le fait d’accueillir ceux qui voudraient consulter tel ou tel document (dans la limite de la légalité), et de numériser les documents les plus demandés pour les rendre accessibles à un plus large public (et accessoirement, mieux préserver les originaux). En second lieu, si les documents le permettent, on peut organiser des actions de valorisation : expositions, visites de scolaires, publications de pièces intéressantes dans une gazette locale ou encore information auprès des chercheurs et sociétés savantes.

Comme vous le voyez, un métier assez diversifié au quotidien, et c’est une des raisons principales pour lesquelles j’aime mon métier. Après, il faut garder à l’esprit que je vous présente là ce que peut faire une archiviste ayant toute latitude dans ses actions : la réalité peut être beaucoup plus réduite pour peu qu’on soit dans un grand service d’archives et en bas de l’échelle, ou dans une organisation qui ne voit d’intérêt à vous payer que pour une partie de ces missions.

Un exemple de document d’archive

Un document d’archives ressemble plus souvent à ça qu’à un parchemin poussiéreux. Désolé de casser le mythe. :D (domaine public)

Archiviste ce n’est pas un métier dont on entend parler tous les jours ! Comment en es-tu arrivé là ?

À la base, quand j’étais ado, j’étais usager des services d’archives, essentiellement pour de la généalogie. Les Journées du Patrimoine m’ont permis de découvrir l’autre côté du comptoir, et ça m’a vraiment branché. Puis quand j’étais en Seconde, mes parents ont entendu parler de l’École des Chartes : c’est une grande école spécialisée dans les métiers du patrimoine, particulièrement réputée pour sa formation en archives, et qui offre l’avantage indéniable que ses étudiants sont payés pendant leurs études.

J’ai su que c’était là que je voulais aller étudier, alors mon Bac S en poche, j’ai fait deux ans de prépa Chartes, avant de décrocher le concours tant attendu. :-)

Un Bac S ? J’aurais plutôt vu un L ou ES à la rigueur ! Lors de l’interview de Solid sur le métier de comptable on a découvert qu’il fallait avoir des connaissances en droit. Au vu des documents que tu manipules est-ce ton cas aussi ?

C’est une méconception courante. :-) Un bon archiviste doit être rigoureux, méthodique, organisé et aimer quand les choses sont bien rangées dans des cases.

Et oui, le droit est une part importante de notre formation. À commencer parce que notre métier est encadré par des dispositifs légaux parfois très précis (par exemple, sur les délais qu’il faut attendre pour pouvoir communiquer certains documents au public) qu’il nous faut connaître. Ensuite, parce que travailler dans le public, ce qui concerne la majorité des archivistes, implique d’avoir une bonne connaissance du fonctionnement des institutions, et du droit public de manière générale. Quant aux archives privées, elles sont régulièrement concernées par certains aspects du droit de la propriété intellectuelle.

Existe-t-il différentes branches ou spécialités dans ce métier ? Car quand on me parle d’archives, j’imagine assez bien une salle de stockage de pièces à conviction :D

Ça existe, ça existe ! Aux archives départementales de la Haute-Garonne, il y a des salles entières remplies de sacs de jute contenant les pièces de procédure et parfois les pièces à conviction de procès étalés entre le XIVe et le XVIIIe siècle. :D

Plus sérieusement, il peut arriver qu’on se spécialise sur un domaine au cours de sa carrière : par exemple, sur les archives privées, ou sur les archives modernes (c’est-à-dire entre la Révolution et le milieu du XXe siècle environ). Mais c’est plus un choix de carrière que véritablement une spécialité : à part les archives anciennes et les archives électroniques, qui nécessitent des savoirs particuliers, on peut passer assez facilement d’un domaine à un autre.

Le bureau de l’archiviste

Le bureau de l’archiviste (CC-BY-SA, source).

Tu as aussi des tutos sur l’informatique ! Preuve en est s’il le faut que les arts littéraires ne sont pas incompatibles avec les sciences. ^^ D’où vient cet intérêt ? Est-ce de la pure curiosité ou cela te sert dans tes activités ?

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai 24 ans : j’ai baigné toute ma vie dans l’informatique, aidé en cela par ma mère, libriste de la presque première heure. J’ai découvert Internet fin 1998 et commencé à bidouiller des sites Web avec ma mère à peu près à la même époque, tandis que mon père m’enseignait les rudiments du Fortran 77 (ha ha !). Naturellement, j’ai continué à en apprendre toujours plus, avec des livres d’abord, puis sur Internet (sur le SdZ, par exemple :P ), et en pratiquant plus ou moins.

Au quotidien, dans mon métier, cela me sert assez peu : à l’utilisation, les outils informatiques de l’archivistique sont assez simples. Cela étant, savoir de quoi on parle permet un dialogue plus égal avec les services info ou les prestataires, ce qui n’est vraiment pas un mal…

Ça semble pas mal être un métier « avec du papier » cependant. Ayant un pied bien enfoncé dans le monde de l’informatique, trouves-tu qu’il y a une évolution des pratiques/outils justement ou au contraire les méthodes restent assez « conservatrices » ?

Au niveau de l’archiviste, les outils et méthodes sont déjà pleinement ancrés dans l’informatique. Dans les années 1980, on a globalement abandonné l’organisation thématique des inventaires (pour les archives contemporaines !) pour adopter un système de classement par index (en gros, les tags de l’informatique) qui ne peut fonctionner correctement que si l’outil d’inventaire est informatisé. Ou encore, la norme ISAD(G), qui est la référence en termes de description d’un fonds d’archives, fonctionne optimalement sur ordinateur, et s’intègre très bien avec le protocole de transmission de méta-données OAI-PMH utilisé par des trucs comme arXiv.

Il existe tout un marché des logiciels d’archivage, malheureusement encore largement dominé par les logiciels propriétaires, avec des solutions assez diverses, notamment dans le domaine de la mise à disposition sur Internet de documents numérisés.

Le gros changement de cette dernière décennie, c’est la place de plus en plus prépondérante que représentent dans la production les archives nativement numériques. Il y a bien sûr un gros travail à faire du côté des archivistes pour apprendre à les gérer, collectivement comme individuellement, mais une bonne partie est déjà faite : il existe des normes assez pointues pour assurer la pérennité et la validité juridique de telles archives, certains documents (notamment dans la comptabilité publique) n’existent plus du tout en version papier, et des logiciels capables de gérer toute la chaîne archivistique numérique commencent à faire leur trou.

Le principal obstacle au développement de cet aspect du métier d’archiviste, ce sont les producteurs. En effet, conserver durablement des archives numériques, c’est une installation lourde et coûteuse. Un morceau de papier pas trop soumis aux aléas pourra sans difficulté être conservé pendant un millénaire ; un CD ou un disque dur survivra péniblement vingt ans. Il faut donc impérativement disposer de sauvegardes redondantes, dans des lieux différents, et surprotégés2. Le hic, c’est que la plupart des producteurs (et en particulier les décideurs) ont énormément de mal à admettre qu’un mail ou un document Word soient des archives, et qu’il faille se donner autant de mal pour les conserver. Les préjugés ont la belle vie ! ^^

Enfin, les archives peuvent être concernées par des problématiques numériques a priori improbables. Vous souvenez-vous du projet de règlement européen « anti-Facebook » sur le droit à l’oubli, qui obligeait les organisations utilisant des données personnelles à les détruire à la fin de leur durée d’utilité pour la personne concernée ? Il aurait obligé les services d’archives à détruire tous les documents concernant une personne privée à sa mort, c’est-à-dire la quasi-totalité de ce que nous conservons. L’AAF et le SIAF ont dû passer des mois à faire du lobbying pour qu’une exception soit introduite concernant les archives. Dans une loi sur Facebook, donc…

Un exemple d’inventaire en ligne

Un exemple d’inventaire en ligne (capture d’écran par Dominus Carnufex).

^^ Intéressant cette intrication entre le monde virtuel et les données bien physiques ! Eh bien merci à toi pour toutes ces informations et cette superbe découverte du monde des archives ! Un petit mot avant de finir ?

Valete3 !


  1. Il y a au bas mot 80 % de femmes dans le métier, l’accord semble s’imposer. :-) 

  2. La loi interdit de confier la conservation des archives publiques définitives à une personne extérieure. On ne peut donc recourir à un prestataire extérieur que pour des archives qui seront détruites à terme, et pour le reste, il faut faire sa tambouille maison. 

  3. C’est le « A ciao bonsoir ! » de Cicéron. ^^ 



31 commentaires

Excellent article !

Pour rebondir sur le thème des archives numériques, l’État s'est récemment lancé dans un projet axé sur l'open-source, VITAM. J'ai eu l'occasion de jeter un œil aux travaux, et c'est passionnant les moyens qui sont imaginés et mis en œuvre pour s'assurer de la pérennité de la sauvegarde des données (supports physiques multiples, formats de fichier, etc.).

Améliorons la validation ! - ZdS, faut bien secouer, sinon la pulpe, elle reste en bas !

+7 -0

Bel interview ! Une petite question sur ton domaine : les achivistes sont-ils les même personnes qui s'occupent(ou travaillent de consort) de la recherche historique dans les archives (par exemple les doctorants en archives filmiques/ artistiques), ou simplement les deux domaine portent des noms similaire du fait du traitement de document plus ou moins vieux ?

+0 -0

Enfin la publication de la nouvelle interview et, ma foi, très intéressante. Comme beaucoup, je me doutais en quoi consistait le métier d'archiviste par simple déduction de son nom mais je ne connaissais pas le tiers de ce qui a été expliqué dans cet article. Rien que pour ça, c'était passionnant à lire.

La seule chose sur laquelle j'ai bugué c'est :

Je parle couramment français, anglais, allemand et latin, et j’ai un niveau disons lycée en espagnol.

Même si je semble avoir un élément de réponse plus bas quand tu expliques que certains vieux documents sont encore écris en latin, je ne m'imagine pas une personne parler couramment le latin. Tu sais donc vraiment le parler comme si tu parlais le français et tenir une conversation avec les 4-5 personnes dans le monde qui savent parler le latin ? ^^

+0 -0

Super intéressant, merci à tous les deux ! Je n'avais jamais entendu parler des détails de ce métier, c'est super intéressant.

PS : le lien source de l'image Le bureau de l'archiviste ne fonctionne pas. :)

Le hasard n'est que le nom donné à notre ignorance et n'existerait pas pour un être ominscient., Émile Borel

+0 -0

@alliocha1805 : euh… Il y a des doctorants en histoire qui exploitent les archives à des fins historiques (les plus nombreux), les archivistes peuvent exploiter leurs propres archives à des fins historiques (s'ils ont du temps) et il arrive qu'un doctorant fasse une thèse d'archivistique (très rare). A priori, ceux dont tu parles sont dans la première catégorie.

@Andr0 : ce vieux préjugé… Y'a des centaines, si ce n'est des milliers de gens dans le monde capables de parler latin. Si on laisse de côté l'Église, il y a toutes sortes d'organisations qui utilisent le latin comme langue de communication.

Le Circulus Lutetiensis à Paris, une assoc pour causer latin autour d'un bon repas. L'Accademia Vivarium Novum en Italie, une Fac qui enseigne les Humanités en latin et en grec et qui demande à ses étudiants de ne parler que ces deux langues entre eux. Les Nuntii Latini, une émission radio finlandaise qui, trois fois par semaine, émet un bulletin d'informations tout en latin.

Ou encore les Feriae Latinae, où pendant une grosse semaine tous les étés, des gens de toute l'Europe se réunissent pour ne parler qu'en latin : quand j'y suis allé, on avait (outre des Français, puisque c'est en France) des Espagnols, des Belges, des Allemands, des Russes, un Néerlandais et un Suédois. Ce qui en principe répond à ta question : je n'ai pas l'aisance que j'ai en anglais et en allemand, faute de pratiquer très souvent, mais oui, je suis capable de m'exprimer à l'oral en latin. ^^

@poupou9779, Vayel : c'est un problème lié au markdown, ce sera corrigé… un jour.

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+6 -0

Ce n'est pas un gros problème, c'est juste signalé ;)

Sinon, l'article ne dit pas ce que veut dire Dominus Carnifex. Une signification ? :)

Le hasard n'est que le nom donné à notre ignorance et n'existerait pas pour un être ominscient., Émile Borel

+0 -0
Staff

Quand j'étais en stage au greffe correctionnel, on avait un archiviste qui partageait son temps entre la coordination et gestion des archives du tribunal (très récents) et les archives de la Ville (de récent à anciens). Forcément, quand on est stagiaire dans le domaine juridique, la première chose qu'on te donne à faire ce sont les archives (et les photocopies, bouhhh :( ). Mais c'était très intéressant. :)

Quid des opportunités d'emploi dans le secteur ou dans des domaines liés ? (je pose la question vu qu'on a peut-être un futur Dominus Carnufex Secundus au sein de notre belle communauté)

Déjà dit par MP, mais interview très intéressante !

Édité

Sympa ce petit article. Je connaissais pas ce métier. Les interview sont bien varié et c'est très sympa.

J'ai une question:

Il existe tout un marché des logiciels d’archivage, malheureusement encore largement dominé par les logiciels propriétaires, avec des solutions assez diverses, notamment dans le domaine de la mise à disposition sur Internet de documents numérisés.

Il n'existe pas de logiciel libre ou ceux qui existent ne correspondent pas ?

Édité

+0 -0

Sympa l'interview, j'ai appris plein de choses sur le métier d'archiviste, que je connaissais très peu. Notamment le fait qu'il n'y a pas que des archives dans les services de l'État.

Comme Andr0, j'ai aussi tiqué sur le parler latin couramment. C'est vrai que les préjugés ont la vie dure ; j'ignorais qu'il y a autant de monde qui parle latin en-dehors de l'Église.
Tu devrais faire un cours sur le latin, ça serait vachement intéressant, j'aimais bien le latin au collège :-)

La curiosité est le plus beau des défauts

+0 -0

Merci beaucoup pour l'interview ! J'ai appris des choses dans un domaine que je connais assez peu. :)

j'ignorais qu'il y a autant de monde qui parle latin en-dehors de l'Église.

Dark Patate

Même pour l’Église, à part au Vatican et parfois dans certaines paroisses plus "traditionnelles", on ne parle plus latin. ;)

“I don't love studying. I hate studying. I like learning. Learning is beautiful.” – Natalie Portman

+1 -0

Quid des opportunités d'emploi dans le secteur ou dans des domaines liés ?

Arius

Elles sont malheureusement assez maigres. Le principal pourvoyeur d'emplois reste le domaine public, avec des concours à passer pour (presque) tous les postes un tant soit peu qualifiés, et du recrutement à l'arrache pour les postes de catégorie C (bref, du classique).

Dans le privé, à ma connaissance, seules quelques très grosses entreprises comme EDF ou la RATP ont un ou des archivistes en CDI. La plupart du temps, il s'agit de missions ponctuelles de quelques mois payées au lance-pierre. Et il n'y en a pas beaucoup.

Il n'existe pas de logiciel libre ou ceux qui existent ne correspondent pas ?

Hugo

Il en existe un (ICA-AtoM), qui n'est pas aussi complet que les solutions propriétaires, mais bien mieux conçu pour ce que j'ai pu en voir (forcément, il a été conçu par le Conseil International des Archives1) et dont je fais la promotion chaque fois que j'en ai l'occasion.

Pour la gestion des archives nativement numériques, qui est encore un domaine émergeant, les logiciels libres (et en particulier Az@lae) dominent nettement le marché.

Tu peux nous en dire plus à ce sujet ? Ça m'intéresse…

germinolegrand

Pourrais-tu préciser ta pensée ? ^^

Tu devrais faire un cours sur le latin, ça serait vachement intéressant, j'aimais bien le latin au collège

Dark Patate

C'est dans un coin de ma tête, mais c'est un travail de très longue haleine, que je n'entreprendrai donc peut-être jamais. :-)


  1. Qui est une organisation internationale basée en France ! C'est peu connu, mais les archives sont un domaine où la France est réputée à l'international pour son excellence. 

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+0 -0

Super interview. Je ne m'attendais pas à croiser un archiviste par ici, mais j'en suis ravi (je fais partie d'une communauté pro relativement proche, je suis bibliothécaire :) )

Du coup, je reviens sur ZdS, c'est un chouette site.

+2 -0

Pourrais-tu préciser ta pensée ? ^^

Dominus Carnufex

Eh bien, je voudrais savoir s'il existe des softs, open source de préférence, qui permette de mettre "automatiquement" à disposition via un site web un ensemble d'archives :) . Et si "automatique" il y a, jusqu'à quel point est-ce automatique ?

FYS : une bibliothèque C++ dans le domaine public

+0 -0

Ne devrait-on pas mettre "archiviste" quelque part dans le sous-titre, comme on l'a fait sur les autres interviews ?

SpaceFox

J'approuve. On pourrait faire : "Des tutos, des articles, des posts de forums, sur tant de sujets… Découvrez l'archiviste (qui se cache) derrière tout ça.".

+0 -0

Heureusement, comme je l'ai longuement expliqué, le métier d'archiviste n'a pas grand chose à voir avec celui de git : nous conservons (dans une large mesure) des documents définitifs, et non les moindres changements effectués sur chacun de ces documents. Donc ce jour n'arrivera pas. ;)

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+4 -0

Belle interview, j'ai quelques questions du coup. Mon père étant notaire, j'ai été confronté un petit peu au milieu. Typiquement, comment est stocké tout ce volume ? Car si je ne me trompe pas, les archives françaises sont plutôt complètes depuis la Révolution, une part par d'entre eux doit être conservés pour "toujours" mais le volume des dossiers augmente quasi exponentiellement. Typiquement une petite étude, qui doit garder 100 ans d'archives avant de les donner, un bouquin type "Bible" pouvait contenir les dossiers d'une à trois années complètes il y a 100 ans. Aujourd'hui, il faut 30 bouquins de ce type pour une seule année ! Et ça ne finit pas.

Du coup je me demande, quand les archives auront récupéré tout ce qui s'est passé depuis 100 ans en terme de production, où ils stockent tout ça ? Est-ce qu'il y a par ailleurs une redondance des fichiers si un incendie se déclare dans de tels locaux ?

Je suis intrigué aussi par l'aspect "formation" de la chose. J'ai l'impression, de mon point de vue, que de nombreuses professions qui doivent avoir de telles archives (notamment ceux du droit) ne sont pas assez conscients de comment gérer et protéger leurs propres archives. La plupart stockent les fichiers numériques sans aucune redondance, d'autres ne protègent pas assez les papiers à conserver (typiquement, des dossiers au sol vulnérable à la moindre fuite d'eau). Est-ce que la profession fait des exercices de formation et de préventions auprès de telles professions ? Est-ce que cela t'es arrivé d'en faire ?

Par ailleurs, que se passe-t-il si un membre d'une profession ne peut restituer les archives à la date demandée car les documents sont abimés voire disparus ?

Voilà pour ce qui est de mes questions. :)

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora.

+1 -0
Staff

La plupart stockent les fichiers numériques sans aucune redondance

De mon expérience, c'est de moins en moins le cas. Et la plupart des logiciels juridiques pour avocats, notaires, etc. y tiennent compte. Après, tu as certains avocats/notaires qui sont de la vieille école et ne veulent rien changer. ^^

d'autres ne protègent pas assez les papiers à conserver (typiquement, des dossiers au sol vulnérable à la moindre fuite d'eau)

Ça, en revanche, c'est encore assez vrai.

Du coup je me demande, quand les archives auront récupéré tout ce qui s'est passé depuis 100 ans en terme de production, où ils stockent tout ça ?

Il y a deux réponses à cette question. Pour certaines typologies documentaires, on fout presque tout à la poubelle, parce qu'on sait qu'on ne pourra jamais tout stocker. C'est particulièrement le cas de ce qu'on appelle les documents sériels, c'est-à-dire ceux qui sont globalement identiques pour toutes les personnes concernées, par exemple, les dossiers de personnel. On fait alors un échantillonnage : on va conserver uniquement les dossiers des gens dont le nom commence par (je dis au hasard, je me souviens plus de la règle exacte) D, MI et CHA.

Les dossiers de BTP n'ayant pas nécessité un marché public partent presque tous à la poubelle, quand ils ne servent plus. Et les dossiers recalés d'un marché public partent à la poubelle au bout de dix ans, de même que les pièces justificatives des comptes (enfin, plus maintenant, puisqu'elles doivent désormais être intégralement numériques). Etc.

Et une fois que ce nettoyage préliminaire est fait, ben… on fait ce qu'on peut. Dans les services déshérités ou quand il n'y a tout simplement pas de service, on stocke ça dans une pièce qu'on veut bien nous laisser et on gratte les fonds de tiroir : j'ai été amené à stocker des plans cadastraux en rouleaux dans un genre de placard, intégré au mur d'un couloir, dont personne ne voulait. Et un service d'archives départementales dont je tairai l'identité a dû surélever ses étagères bien au-delà des instructions des normes anti-incendies.

Dans les services plus riches, il y a un bâtiment dédié, avec souvent de grandes tours pleines de magasins, que l'on appelle des silos. Et quand on se rend compte qu'il va bientôt être plein, on commence à essayer d'obtenir le financement pour faire construire un nouveau bâtiment encore plus grand. Ce qui est, pour être totalement honnête, un parcours du combattant, et demande en moyenne dix ans. De plus en plus, les services d'archives en sont réduits à construire leur nouveau bâtiment en commun avec la bibliothèque locale, pour « mutualiser les frais » et parce que les bibli ont de bien meilleures subventions que nous.

Est-ce qu'il y a par ailleurs une redondance des fichiers si un incendie se déclare dans de tels locaux ?

Haaaaahahahahahaha !

Non. Les documents numérisés sont évidemment une copie de fait. Et certains documents ont été microfilmés et sont conservées aux archives d'Espeyran. Mais ça représente un pouième de tout ce qui est conservé.

En fait, dans certains services, il y a un plan d'évacuation pour déterminer ce qui doit être sauvé en cas de catastrophe et ce qu'on abandonne parce qu'on n'a pas le temps de sortir grand chose quand le bâtiment est en flammes. Et quand ça crame, ça crame. C'est très triste, mais ça fait partie des risques du métier.

J'ai l'impression, de mon point de vue, que de nombreuses professions qui doivent avoir de telles archives (notamment ceux du droit) ne sont pas assez conscients de comment gérer et protéger leurs propres archives.

Je ne suis pas d'accord avec « de nombreuses professions » : « toutes les professions » serait plus exact. :P Troll mis à part, j'ai eu des matrices cadastrales conservées devant une immense baie vitrée (donc en plein cagnard) dans un couloir connu pour prendre la flotte. Avant que j'arrive, ma collègue avait dû sauver le cadastre napoléonien qui traînait dans ce même couloir et commençait à être infesté de poissons d'argent (un genre de termite qui creuse des galeries dans le papier pour faire son nid), une saloperie qui met des mois à être éliminée.

Une grosse commune du Sud-Est n'a plus aucun document d'archives entre la période napoléonienne et les années 1970, parce que quand ils ont changé de bâtiment pour la mairie, les archives qui ne servaient plus sont restées dans l'ancien…

Est-ce que la profession fait des exercices de formation et de préventions auprès de telles professions ? Est-ce que cela t'es arrivé d'en faire ?

On essaye, mais on a rarement les moyens humains de le faire. D'autant qu'on part souvent de très très loin : l'exemple typique, c'est l'employé de mairie qui t'explique qu'il a bien des papiers, mais que c'est rien de très intéressant, et à qui il faut faire comprendre que si, c'est intéressant, et qu'il ne doit pas les détruire de son propre chef (même si on en détruira sans doute une bonne partie nous-mêmes, pour les raisons évoquées ci-dessus).

Pour ma part, j'ai eu très peu l'occasion de pratiquer cette activité. Ponctuellement, auprès d'un gus donné ou l'autre. Et des conférences devant des gamins, à qui je montrais avec de vrais documents de mes archives le résultat que donne chacun des principaux risques de destruction de documents (eau, feu, soleil, poissons d'argent, etc.).

Par ailleurs, que se passe-t-il si un membre d'une profession ne peut restituer les archives à la date demandée car les documents sont abimés voire disparus ?

On serre les dents et on lui fait remarquer sa négligence sans trop s'énerver, parce que le pire qui puisse arriver, c'est que la prochaine fois, il balance tout au feu. En théorie, en cas de destruction volontaire ou de négligence caractérisée, on peut passer par le préfet pour obtenir des sanctions ou une saisie préventive des documents restants, mais dans la pratique, ça reste rarissime.

Même quand quelqu'un a volé des archives, et qu'on finit par le savoir parce qu'elles ressortent quand leurs descendants en héritent, il est très difficile de remettre la main dessus sans les racheter. N'essayez pas pour autant, ça reste passible de 7 ans de prison si vous vous faites gauler.

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+1 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte