Licence CC BY

D'Éden à Yggdrasil : l'arbre dans les mythes

Aperçu de la place de l'arbre dans les croyances et les peuples

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégorie :

Le CdS actuel traite des arbres : un sujet qui paraît très anodin, n'est-ce pas :-° ? Pourtant, si l'on y prête un peu attention, l'arbre tient une place de choix dans de nombreuses civilisations. Par exemple, si je vous demande un symbole du Canada, vous ne m'indiquerez pas le castor canadensis ou le cheval canadien, mais bien l'érable. Vous devez aussi connaître l'importance du Sakura au Japon – une fête lui est dédiée. Pareillement, l'arbre est prédominant au niveau cultuel : il est non seulement adoré en tant qu'idôle (arbre votif), mais il tient aussi un rôle important dans les grandes religions. Dans le judéo-christianisme, l’Éden est un jardin rempli d'arbres ; la vie de Bouddha a été jalonnée par des arbres ; etc.
Bref, vous l'aurez compris, l'arbre joue de nombreux rôles dans différentes cultures et sa symbolique est si riche qu'elle mérite d'être étudiée. L'article qui suit va donc tenter de lister et d'expliquer les rôles joués par l'arbre dans diverses civilisations. Il s'agit d'un article initiatique, qui sera donc accessible à tous.
Vous êtes prêt(e)s ? C'est parti :pirate: !

L'arbre compris comme arbre-monde

L'un des rôles les plus fréquents est sans aucun doute celui d'arbre-monde (ou arbre du monde), c'est-à-dire d'arbre géant qui relie les diverses parties de l'univers.
L'exemple d'arbre-monde le plus connu est sans conteste Yggdrasil, dans la mythologie nordique : il s'agit d'un arbre colossal 1 qui relie les neuf mondes existants. L'arbre en question est habité par de nombreuses créatures, notamment par un serpent maléfique, Níðhöggr, qui le ronge peu à peu, et par un aigle, Hræsvelgr, qui lutte contre Níðhöggr. L'arbre-monde résume le monde et rend tangibles toutes les tensions, toutes les dualités : par exemple, le combat entre Hræsvelgr et Níðhöggr évoque le combat entre bien et mal. Mais Yggdrasil n'est pas le seul arbre-monde : dans l'univers inventé par Tolkien, les arbres de Valinor tiennent une place prépondérante dans la structuration du monde.

Yggdrasil, vue d'artiste

Par ailleurs, l'arbre est un élément hautement symbolique puisqu'il fait la jonction entre diverses parties du monde : il est présent sous terre avec ses racines, sur terre avec son tronc et dans le ciel avec son feuillage. Cela fait de lui un axis mundi par excellence, c'est-à-dire un objet connectant la Terre, le Ciel et le Monde Souterrain. On attribue à l'arbre un pouvoir de communication avec les divinités célestes ou souterraines : c'est pour cela par exemple que des oracles, comme à Dodone, révélaient leurs prophéties à côté d'un arbre 2 et que l'Éveil de Bouddha s'est produit sous un arbre, l'Éveil étant l'accès à la sagesse céleste.
On observe des considérations similaires dans le chamanisme asiatique (chez les Mongols, les Bouriates, les Toungouses, etc.), où l'arbre sert à communiquer avec les puissances célestes ou chthoniennes 3 . Plus largement, la notion d'arbre-monde se retrouve dans maintes traditions superstitieuses, notamment la Kabbale.
Le symbole de l'arbre-monde est présent dans de nombreuses civilisations, qui n'ont pourtant jamais été en contact : il est si fréquent de retrouver cet arbre-monde qu'il est considéré comme un archétype, c'est-à-dire comme un symbole primitif et universel faisant partie de l’inconscient collectif.

Le mythologue Mircea Eliade affirme que « jamais un arbre n'a été adoré rien que pour lui-même, mais toujours pour ce qui, à travers lui, se révélait […] » 4 : c'est particulièrement vrai dans le cas de l'arbre-monde, qui servait à mettre en contact les hommes et les dieux. Pourtant, il est d'autres rôles assumés par l'arbre qui font de lui un objet de vénération.


  1. Il faut le savoir : tout est démesuré dans la mythologie nordique… 

  2. Ne dit-on pas d’ailleurs que Saint Louis rendait la justice sous un arbre ? Cela doit être un élément ajouté a posteriori

  3. C'est-à-dire souterraines. 

  4. Traité d’histoire des religions, Mircea Eliade. 

Hiver et printemps, mort et résurrection

Chaque année, les frondaisons des feuillus disparaissent inéluctablement et la végétation devient moins visible. Le parallèle entre hiver et mort date de la nuit des temps, de même que la comparaison entre printemps et renaissance. Dans de nombreuses civilisations, on retrouve des mythes narrant la mort puis la résurrection d'une divinité dont le nom varie selon les peuples : Attis, Zagreus, Dumuzi, Perséphone, Osiris, Xipe Totec, etc. ; la divinité en question est bien sûr la personnification de la végétation, et il s'agit encore d'un archétype.

Mais revenons à nos moutons : le retour du printemps après l'hiver évoque le triomphe de la vie sur la mort, ce qui fait de la végétation renaissante un symbole de victoire. C'est pour cela que la palme et les lauriers ont été les attributs de Niké 1 , déesse grecque de la Victoire. L'arbre, en tant que plante, est lui aussi associé à cette renaissance : il a donc une symbolique similaire.

La Victoire avec un arbuste et une palme à la main, écrasant une entité maléfique ; 323-324 ap. J.-C.

Il faut ajouter à cela une propriété de l'arbre : celle de subsister en partie durant l'hiver. Alors que toutes les plantes herbacées meurent, le tronc de l'arbre et ses branches restent visibles : l'arbre ne meurt donc pas entièrement, ce qui est d'autant plus vrai pour les arbres sempervirents qui ne perdent pas leurs feuillages et gardent leur verdeur. Pour cette raison, l'arbre est aussi un symbole de résistance et de combat. En outre, la Croix de Lorraine, symbole de résistance et de lutte victorieuse, pourrait vraisemblablement être inspirée de l'arbre : c'est du moins ce que laissent penser plusieurs peintures rupestres 2.

Récapitulons : dans le cas de l'arbre-monde, l'arbre n'était considéré que comme un objet ; avec sa symbolique de victoire et de résistance, il est perçu comme un élément dynamique ; néanmoins, il peut aussi être lié à un être animé et sexué.


  1. Niké a donné son nom à la marque Nike, le logo rappelant les ailes de la Victoire de Samothrace

  2. La croix de Lorraine est clairement un symbole pré-chrétien. On retrouve les premières traces de cette croix dans la Canchal de las Cabras, à Las Batuecas, en Espagne. 

Déesses sylvestres : quand le mot arbre se décline au féminin

La mythologie peut quelquefois aller jusqu'à attribuer une identité et une conscience à des objets qui n'en ont pas : c'est le principe de l'animisme, croyance archaïque. Comme nous l'avons dit plus haut, plusieurs civilisations ont considéré que l'arbre était ou était lié à un être doué de certaines caractéristiques, notamment la conscience et la féminité.

Tout d'abord, les arbres fruitiers sont souvent considérés comme féminins, alors que les symboliques précédemment exposées présentaient plutôt l'arbre comme un élément asexué. Cela est explicable par l'archétype de la femme nourricière : en raison de cet archétype, la plupart des organismes qui produisent naturellement de la nourriture sont considérés comme féminin, et les arbres fruitiers ne dérogent pas à la règle. Par conséquent, de nombreuses divinités sont associées à la fois aux arbres et à la fécondité, notamment Pomone 1, Xochiquetzal, Taweret ou encore les Salabhanjikas 2.

Les arbres, sources d'interdits et de malédictions ; Gravure de Frederik Bouttats, 1702

Les déesses sylvestres les plus connues sont incontestablement les dryades. Divinités mineures, elles sont alternativement bonnes ou mauvaises, nourrissant les bergers ou poussant les voyageurs au bord des précipices. Par ailleurs, la mythologie gréco-romaine tardive a distingué deux groupes de nymphes sylvestres : les hamadryades, liées à un arbre précis, meurent lorsque ce dernier est abattu, tandis que les dryades peuvent survivre si la forêt qu'elles surveillent est rasée. Le lien entre ces divinités et les arbres donne lieu à de nombreux interdits : par exemple, les Romains consultaient des augures 3 avant de raser des forêts, sous peine d'être maudits et métamorphosés comme Dryope (voir image ci-dessus). Cette dernière, ayant arraché quelques fleurs à une plante interdite, avait été elle-même transformée en arbre, d’après Ovide 4 . Les contes de ce type ont été tellement pris au sérieux que certains bois étaient déclarés luci, c'est-à-dire interdits. On ne pouvait y chasser, ni y habiter, ni bien sûr couper des arbres.
Bref, chez les Grecs et les Romains, on ne rigole pas avec les dieux, même lorsqu'il s'agit de quelques relents d'archaîque animisme :-° … Aujourd'hui encore, cet héritage n'a pas tout à fait été oublié : preuve en est l'évocation de dryades dans des récits fantastiques comme Narnia ; ce qui hier était vu comme une menace est aujourd'hui un moyen de faire rêver.

Finalement, toutes les symboliques exposées précédemment sont globales et traitent des arbres sans les différencier selon leurs espèces. Mais comme vous devez le savoir, certains arbres ont aussi une symbolique propre, due à leurs caractéristiques : c'est ce que nous allons étudier dans la partie suivante.


  1. Pomone vient du latin Pomum, qui signifie … fruit. Cela explique certaines locutions comme pomme de terre, pomme de pin, etc. 

  2. Ce ne sont pas des déesses à proprement parler, mais ces statues indiennes sont associées à la végétation et à la fertilité à la fois. 

  3. C'est-à-dire les prêtres interprétant les présages. 

  4. Les Métamorphoses, Publius Ovidius Naso, IX, 340-348. 

Symbolique propre de quelques arbres

La symbolique de l'amandier

Commençons par un arbre à la symbolique simple : l'amandier. Vers le mois de février, l'amandier fleurit précocement, dès que la température dépasse les seize degrés Celsius. Cette propriété en a fait un symbole de vigilance spirituelle dans toute la littérature biblique et rabbinique, au point même que Tou Bichvat, fête juive célébrant la végétation et la nature, coïncide approximativement avec l'éclosion des fleurs d’amandier. La symbolique de cet arbre est donc très forte pour le peuple juif et certaines chansons célèbrent cet arbre, comme Haskediya pora'hat (« L’amandier est en fleurs ») de Dushman et Ravina.
Par ailleurs, si elles sont un signe de renaissance, les fleurs de l'amandier éclosent de façon précoce : elles sont donc fragiles et exposées au gel tardif. L'amandier combine donc dans sa symbolique la (re)naissance vivace et la fragilité. Van Gogh a d'ailleurs peint, pour fêter la naissance de son neveu, un tableau intitulé Amandier en fleurs.
Autre aspect, qu'il faut mentionner pour avoir fait le tour du sujet, certains ont fait l'analogie entre le lait d'amande (i.e. un liquide réalisé à partir d'amandes pressées) et la semence humaine. Il en découle de très nombreux contes, tous semblables les uns aux autres : par exemple, une jeune fille qui s'endort sous un amandier en rêvant à son fiancé pourrait se réveiller enceinte, etc.

La symbolique de l'olivier

Passons à l'olivier, arbre avec une symbolique plus riche. Il s'agit d'un symbole phare de la culture méditerranéenne. Cet arbre peut être utilisé de nombreuses manières : ses olives sont confises ou pressées, son bois peut être utilisé pour la construction, le chauffage ou l'ébénisterie. Tout ce qui vient de l'olivier peut servir : même les grignons, déchets de l'extraction d'huile, sont employés pour nourrir le bétail ou pour le chauffage. Étant donné ses multiples produits, cet arbre a une symbolique vraiment très positive : il est symbole de richesse et d'abondance ; la dureté et la densité de son bois en font aussi un symbole de force – on disait que la massue d'Hercule était constituée de bois d'olivier.
L'olivier est aussi un symbole de longévité et de vitalité, en raison d'une caractéristique curieuse. En effet, il peut vivre pendant très longtemps, car il possède la capacité de surgeonner : cela signifie qu'il va rejeter un tissu cellulaire de même composition génétique (appelé souquet ou drageon) 1. Ce tissu va alors se développer et devenir un autre olivier, aux côtés de l'olivier initial qui va dépérir. Sachant qu'un seul olivier peut vivre plus d'un millénaire, ça fait une belle espérance de vie pour toute une lignée d'oliviers… Cette espérance de vie peut tout de même être grandement raccourcie par le froid ou les maladies. Bref, comme il a été dit plus haut, l’olivier est tout simplement l'arbre par excellence dans la culture méditerranéenne, culture dont nous avons beaucoup hérité. On lui attribue donc souvent les symboliques générales exposées précédemment : victoire, paix après la lutte, etc. On le considère notamment comme l'arbre de la paix dans notre culture occidentale, mais cette symbolique peut être attribuée à d'autres arbres dans d'autres cultures (par exemple, le Pin blanc est l'arbre de la paix pour les Iroquois 2).

Voilà, il s'agissait de la symbolique de quelques arbres en particulier. Nous ne prétendons avoir fait une description exhaustive, ni même d'avoir choisi les exemples les plus pertinents : d'autres arbres ont certaines symboliques très particulières, notamment le cyprès, l'aubépine, le bouleau, le frêne, le chêne, etc.


  1. Attention, les souquets ne sont pas des clones. Ils ont beau avoir le même génotype, l'expression des gènes peut être différente. 

  2. « [La confédération iroquoise] avait pour symbole l'Arbre de la paix (le pin blanc) » (Les premières nations du Canada, Olive Patricia Dickason, Éditions du Septentrion, 2005, p. 69) 

Pour finir

Tout au long de cet article, j'aurai essayé de vous intéresser à un domaine assez méconnu et pourtant captivant : le domaine des mythologues et des symbologues. Nous avons vu que l'arbre pouvait avoir des symboliques variées, qu'elles soient générales ou spécifiques à une espèce.
Encore une fois, je n'estime pas avoir fait une liste exhaustive de tous les rôles attribués à l'arbre : j'aurai simplement tenté de rassembler ces rôles et de les expliquer. Si toutefois vous trouvez cet article incomplet, libre à vous de le dire dans les commentaires et de mener vos propres recherches. Jetez donc un coup d'oeil à la rubrique suivante, cela vous aidera à avancer.

Quelques pistes pour creuser le sujet

Vous voulez aller plus loin ? Ça n'est pas étonnant : les études de mythologie comparative sont tout simplement fascinantes :) . Pourtant, c'est un domaine très trouble où tous les types d'individus coexistent ; on peut donc croiser des gens qui, avec des éléments historiques, veulent étayer des thèses assez abracadabrantes, qu'elles soient religieuses ou anti-religieuses. Maintenant que cet avertissement est délivré, voici des références intéressantes.

Tout d'abord, certains écrits méritent d'être indiqués, même si je ne suis pas d'accord avec l'intégralité de leur contenu :

  • Le Rameau d'or de James G. Frazer est un vieux et gros bouquin, mais il a été l'une des pierres fondatrices de l'étude comparative de mythologie. Rien qu'en lire des extraits peut être très enrichissant ;
  • Mythologie des arbres de Jacques Brosse. Cet auteur a beaucoup écrit à propos des arbres, mais ce livre contient quasiment tout ce qu'il y a à savoir sur le sujet ;
  • Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Robert Laffont, 1982 ;
  • La symbolique des arbres de Pierre-Émile Rocray, opuscule de 1997. Disponible en PDF ;
  • Symbolisme de l'arbre, Brigitte Boudon, Editions du Huitième jour,‎ 2010.

Si vous lisez des langues étrangères :

  • Forests: the shadow of civilization, Robert P. Harrison, 1992 ;
  • The Forest in Folklore and Mythology, Alexander Porteous, 2002 ;
  • Die Mythologie der Bäume, Lore Becker, 2002 ;
  • Botschaft der Bäume, Gerda Gollwitzer , 1984.

En tout cas, si vous vous intéressez à ce domaine, désirez plus d'infos ou avez simplement apprécié cet article, postez un commentaire ou envoyez-moi un message.

Remerciements

  • Merci à Dominus Carnufex, qui m'a donné de bons conseils pour la rédaction de cet article ;
  • Un grand merci aux relecteurs de cet article (Vayel, adri1 et artragis ) et à son validateur ;
  • Merci à Björn Lindberg pour l'icône de cet article ;
  • Je crois que je ne remercierai jamais assez toute la communauté de Zeste de Savoir, en particulier les créateurs du site, pour ce site et pour l'idée des CdS.

15 commentaires

Super intéressant et très bien écrit ! Juste ce qu'il faut en longueur pour présenter plein de choses sans perdre intérêt ! :D Ca met la barre haute pour les autres articles et tutoriels du CdS ! :P

Néanmoins, y'a une petite question qui me taraude : qu'en est-il aujourd'hui ? Bon, je suis pas anthropologue, mais parmi toutes les tribus qui ont encore leurs propres mythes, ou même dans les religions plus courantes, les arbres ont encore une place de choix niveau symbolique, non ? Mais le développement de l'activité humaine va à l'encontre de genre de choses en règle générale. Est-ce qu'on a des exemples où ce genre de débat est pris au sérieux ou est-ce que c'est tout le temps de pot de terre et le pot de fer ?

[EDIT] : cf. mon VdD (voisin du dessous :p )

Édité par Richou D. Degenne

Staff

ou est-ce que c'est tout le temps de pot de terre contre le pot de fer ?

Richou D. Degenne

Je suis complètement HS, mais celle-ci me fait loucher à chaque fois que je la vois. Dans l'histoire, le pot de terre et le pot de fer sont associés. C'est d'ailleurs là tout le sens de la fable, et cette manie de mettre contre est un gigantesque contresens.

Le pot de terre en souffre ; il n'eut pas fait cent pas
Que par son Compagnon il fut mis en éclats,
    Sans qu'il eût lieu de se plaindre.
Ne nous associons qu'avecque nos égaux ;
    Ou bien il nous faudra craindre
    Le destin d'un de ces Pots.

Jean de La Fontaine, Livre cinquième, fable II

Merci à tous pour vos encouragements, j'apprécie beaucoup :) . La rédaction de cet article n'a pas vraiment été de tout repos mais a été très enrichissante.

Dommage qu'on ne parle pas des ents du seigneur de anneaux :D

Gharib

Étant moi-même fan de l'univers de Tolkien, je comprends bien ce que tu veux dire ^^ . D'ailleurs, tu l'as sans doute remarqué, j'ai déjà placé (sous demande) les arbres de Valinor dans cet article. Comme je ne comptais pas faire un texte dédié au Seigneur des Anneaux, j'ai pensé que cela suffisait amplement.

Y'a une petite question qui me taraude : qu'en est-il aujourd'hui ? Bon, je suis pas anthropologue, mais parmi toutes les tribus qui ont encore leurs propres mythes, ou même dans les religions plus courantes, les arbres ont encore une place de choix niveau symbolique, non ?

Richou D. Degenne

Comme je ne suis pas non plus anthropologue, les lignes qui vont suivre ne constituent qu'une vision très partielle du phénomène dont nous parlons (comme tout l'article ci-dessus, somme toute ^^ ). Par ailleurs, je parlerai uniquement de l'arbre en général et non de telle ou telle espèce d'arbre. Mais comme tu le dis, l'arbre a encore une place de choix dans de nombreuses cultures.
Tout d'abord, l'article parle un peu des "tribus qui ont encore leurs propres mythes" : par exemple, l'arbre tient une place centrale dans le chamanisme, qui reste un culte encore pratiqué de nos jours, en Asie Centrale. D'autre part, il demeure en Europe des reliquats de dendrolâtrie : pour ne citer qu'eux, les arbres à clous.
Pour ce qui est des religions plus courantes, oui, l'arbre tient aussi une place de choix. Comme je l'indique dans l'article, Bouddha a trouvé l'illumination sous un figuier (si bien que l'espèce s'appelle Ficus Religiosa). De manière moins directe, le christianisme est soupçonné d'avoir un lien très fort avec les arbres. Jacques Brosse subodore que la Croix est un symbole d'arbre ; son hypothèse semble d'ailleurs être confirmée par l'habitude des paléochrétiens à représenter la croix comme un arbre. Dans les autres grandes religions, je n'ai pas vraiment étudié la question, mais de nombreux arbres sont mentionnés dans l'Ancien Testament, notamment lors des songes/visions de divers Prophètes, ce qui semble indiquer un rôle symbolique fort. Quant à l'Islam, je ne sais pas trop, la symbolique y est plus qu'ambiguë.

Après, cela donne-t-il lieu à des débats mettant en jeu divers croyances ? Je ne crois pas, ou alors ils sont très marginaux. Mais je crois que cela peut les conditionner, comme le font tous les archétypes de l'inconscient collectif.

90% of teens today would die if Facebook was completely destroyed. If you are one of the 10% that would be laughing, copy and paste this to your signature.

+2 -0
Staff

J'ai lu l'article mais je te cache pas que je suis un peu étonné du style. Ce que tu as présenté a l'air très peu fondé (et pourtant tu donnes des références, mais peut-être que ça manquait de liens dans la présentation même).

J'ai aussi malheureusement l'impression que tu portes des jugements forts à certains endroits, comme :

La mythologie peut quelquefois aller jusqu'à attribuer une identité et une conscience à des objets qui n'en ont pas : c'est le principe de l'animisme, croyance archaïque.

L'animisme est pas totalement révolu. Et juger objectivement que quelque chose n'a pas de conscience demanderait qu'on sache objectivement ce que c'est, ce qui n'est pas vraiment le cas.

J'aurai peut-être plus apprécié un article qui traite d'un cas particulier plus longuement. Là je suis juste frustré mais pas assez émerveillé pour vouloir me pencher sur le sujet.

C'est très personnel, peut-être que ma critique est dure mais je voulais quand même partager mon ressenti (les commentaires c'est fait pour ça, non?).

Ce n’est pas en répétant « Hom, Hom », qu’on démontre des théorèmes sérieux - Siegel Mon Twitter

+1 -1

Je comprends tout à fait tes objections. Tout d'abord, je n'exclue pas d'avoir été partial dans certains de mes jugements, ce qui pourrait expliquer la première impression que tu notes. Pourtant, crois-moi, je me suis pas mal documenté et les sources citées sont plus que suffisantes.
Par rapport au format et à la longueur de l'article ("je suis juste frustré mais pas assez émerveillé pour vouloir me pencher sur le sujet"), c'est quelque chose d'assez subjectif. En réalité, je souhaitais donner une vue d'ensemble à une communauté qui ne connaît que moyennement le sujet. Ce qui explique sûrement ce que tu juges comme l'inconsistance de cet article.
Enfin, pour ce qui est de ta remarque, il est vrai que je me base sur des présupposés qui peuvent être débattus, mais ce n'est pas le sujet, je crois.

En tout cas, ta critique n'est pas dure et il toujours intéressant d'avoir des critiques.

90% of teens today would die if Facebook was completely destroyed. If you are one of the 10% that would be laughing, copy and paste this to your signature.

+0 -0
Staff

Par rapport au format et à la longueur de l'article ("je suis juste frustré mais pas assez émerveillé pour vouloir me pencher sur le sujet"), c'est quelque chose d'assez subjectif.

Oui, d'où l'emploi du « je ».

En réalité, je souhaitais donner une vue d'ensemble à une communauté qui ne connaît que moyennement le sujet. Ce qui explique sûrement ce que tu juges comme l'inconsistance de cet article.

Mais là j'ai surtout l'impression de pas avoir vu grand chose de non évident. Les exemples que tu donnes ne sont pas très originaux et tu ne les approfondis pas.

Enfin, pour ce qui est de ta remarque, il est vrai que je me base sur des présupposés qui peuvent être débattus, mais ce n'est pas le sujet, je crois.

L'animisme même n'est pas à débattre. Mais juger que c'est faux et abusif me semble préjudiciable pour ton article (d'autant plus que tu ne peux pas avancer le moindre argument). Je ne me sens pas personnellement touché, mais quiconque (et dont je fais partie) pensant que l'animisme n'est pas ridicule trouvera ta remarque blessante.

Édité par Holosmos

Ce n’est pas en répétant « Hom, Hom », qu’on démontre des théorèmes sérieux - Siegel Mon Twitter

+0 -0

Waouw super article. Il faut rester concentré1 pour arriver au bout mais c'est craiment chouette à lire et intéressant. Félicitations Dwayn !


  1. non personne ? :( bah tant pis… 

Le hasard n'est que le nom donné à notre ignorance et n'existerait pas pour un être ominscient., Émile Borel

+1 -0

Mais là j'ai surtout l'impression de pas avoir vu grand chose de non évident. Les exemples que tu donnes ne sont pas très originaux et tu ne les approfondis pas.

Holosmos

Même si je trouve ta remarque assez extrême, j'ai compris la leçon. Je mettrai donc la barre plus haut pour de possibles futurs articles.

L'animisme même n'est pas à débattre. Mais juger que c'est faux et abusif me semble préjudiciable pour ton article (d'autant plus que tu ne peux pas avancer le moindre argument). Je ne me sens pas personnellement touché, mais quiconque (et dont je fais partie) pensant que l'animisme n'est pas ridicule trouvera ta remarque blessante.

Mon intention n'était pas de dire que l'animisme était ridicule. En réalité, le mot archaïque n'a, du moins dans ce contexte, aucune connotation péjorative1 : il s'agit simplement de dire que l'animisme remonte à la nuit des temps. En clair, il n'y aucun jugement de valeur, seulement un critère de datation. On m'avait proposé d'autres mots, mais je ne les avais pas vraiment appréciés.

Autrement, merci à toi, Bermudes ^^ .


  1. Durant la rédaction, j'avais justement consulté plusieurs usuels pour vérifier la connotation de ce mot. 

90% of teens today would die if Facebook was completely destroyed. If you are one of the 10% that would be laughing, copy and paste this to your signature.

+0 -0
Staff

Je ne parle pas du terme « archaïque » mais de l'expression « peut aller jusqu'à » qui exprime une forme d'extrémisme dans l'action. Et, de toute manière, dire « à des objets qui n'en n'ont pas [de conscience] » c'est à la fois faux (en tout cas, personne n'a de sérieux argument puisque le terme conscient n'est pas clair) et péjoratif pour cette croyance (qui est, de ce fait, jugée absurde).

Ce n’est pas en répétant « Hom, Hom », qu’on démontre des théorèmes sérieux - Siegel Mon Twitter

+0 -0

Si je dis "conscience humaine", c’est plus acceptable, à ton goût ?

90% of teens today would die if Facebook was completely destroyed. If you are one of the 10% that would be laughing, copy and paste this to your signature.

+0 -0
Staff

C'était intéressant, merci.

Comme ça a déjà été signalé, le sujet semble un peu survolé, or la plupart des sources sont sous forme papier ; autrement dit, ceux qui veulent aller plus loin ne le peuvent pas facilement.

Hier, dans le parc, j'ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+0 -0

La plupart des sources sont sous forme papier ; autrement dit, ceux qui veulent aller plus loin ne le peuvent pas facilement.

Gabbro

C'est vrai, je n'y avais pas prêté attention. Le problème, c'est qu'en cherchant sur Internet, on trouve plus de délires mystiques que de sources historiques fiables, ce qui pose pas mal problème. Mais je vais de ce pas voir si je ne peux pas ajouter plus de liens.

90% of teens today would die if Facebook was completely destroyed. If you are one of the 10% that would be laughing, copy and paste this to your signature.

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte