Licence CC BY-SA

Petite leçon de Vim : Apprendre à gérer ses motions

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi un éditeur tel que Vim, à l’apparence si austère dans sa configuration par défaut, jouissait d’une popularité importante sur les Internets ? Ou peut-être qu’en assistant à une de ces présentations où quelqu’un utilise Vim et où l’on voit s’afficher chacune des touches appuyées vous avez pensé qu’il fallait être fou pour être capable de mémoriser autant de combinaisons obscures ? Ou encore peut-être êtes-vous tombés complètement par hasard sur cet article et cherchez de quoi occuper vos dix prochaines minutes.

Quoiqu’il en soit, vous êtes probablement plutôt novices en ce qui concerne l’utilisation de Vim, et vous avez envie d’apprendre à l’utiliser mieux. C’est parfait car vous êtes au bon endroit. Attrapez une tasse de thé, ouvrez Vim1 et préparez-vous à parler d'operators, motions et text-objects.

Ce billet a été initialement rédigé pour la newsleter FedeRez de Octobre 2022 (non disponible publiquement à ma connaissance).

Capture d'écran du jeu vim-adventures.
Capture d’écran du jeu vim-adventures par Doron Linder

  1. Ou NeoVim, on est en 2022 et Vimscript est à Lua ce qu’un coup de matraque est au parfum d’une marguerite.

Anatomie d'une commande.

Vous le savez probablement, Vim possède un certain nombre de modes. Pour être exact il existe sept modes dits basiques et six modes complémentaires qui sont des variantes des modes basiques (:help vim-modes). Dans la pratique, vous avez probablement utilisé les modes Normal, Visual, Insert et Command-line. Rapidement (parce que ce n’est pas le sujet de cet article), le mode Normal est le mode dans lequel on passe le plus de temps et qui est actif à l’ouverture de Vim ; on peut y lancer toutes sortes de commandes. On entre dans le mode Visual et ses sous-modes (character, line et block) en tapant v, V ou Ctrl+V. Le mode Insert est actif depuis le mode Normal en tapant i, et permet l’édition de texte comme dans des éditeurs plus classiques tels que nano ou VS Code. Finalement, le mode Command-line est activé depuis le mode Normal en tapant « : » (oui, oui, c’est par là qu’on passe pour quitter Vim avec :q).

Les opérateurs sont lancés en mode Normal ou en mode Visual, mais pour l’instant, nous allons nous concentrer sur le mode Normal. Les opérateurs de base sont capables de modifier, supprimer du texte ou encore le placer dans un registre. Ceux que vous utiliserez probablement le plus sont c, pour change, d, pour delete et y, pour yank.

Ces opérateurs correspondent en réalité à des familles d’opérateurs qui peuvent agir sur des registres (:help registers). Par défaut, ils agissent sur le registre anonyme, « "" ». Nous allons revenir sur la syntaxe des commandes d’opérateurs dans un petit instant, mais en premier lieu, on peut s’intéresser à la forme simple qui fait agir ces opérateurs sur la ligne courante. Ainsi, si vous tapez dd en mode normal, Vim supprime votre ligne et son contenu est transféré dans le registre anonyme « "" ». Vous pouvez coller le contenu de ce registre anonyme en utilisant la commande p. Entrer cc aura le même effet que l’opérateur dd, excepté que vous vous retrouverez en mode insertion à la fin de l’exécution, vous permettant de changer la ligne courante. Enfin, la commande yy va simplement copier la ligne actuelle dans le registre anonyme sans altérer le texte.

Nous avons seulement utilisé le registre anonyme, mais il existe 47 registres dans Vim ! Les plus utiles sont probablement les 26 registres nommés ("a à "z). Ainsi, si je sais que je vais répéter plusieurs fois la même ligne, je peux l’écrire une seule fois, puis la copier dans le registre "a en utilisant l’opérateur "ayy. Je pourrai ensuite la coller à volonté un utilisant la commande "ap. Les variantes de c et d fonctionnent également sur le même principe.

Il existe 16 opérateurs, que l’on retrouve en cherchant operator dans l’aide. Outre le fameux trio c, d et y que nous avons déjà rencontré, vous aurez sûrement l’utilité de « ! » pour filtrer du texte via un programme externe. Ainsi, vous pouvez notamment invoquer grep sur les lignes de votre buffer1, ou faire des opérations compliquées sur des données JSON avec jq. Une astuce utile est de créer un alias vers !!$SHELL. Ainsi, en l’utilisant, on peut remplacer une ligne par le résultat de son exécution par votre shell. Par exemple ls grep .dat sera remplacé par nn lignes correspondant aux nn noms de fichiers du répertoire courant contenant .dat.

On peut également mentionner les opérateurs gq et = qui respectivement formate et indente un buffer, et dont le comportement peut être paramétré finement dans vos fichiers de configuration via des réglages donnés dans leurs documentations respectives. Enfin, il y a des opérateurs étonnamment spécifiques tel que g?, qui permet de transformer le texte via l’algorithme ROT132.

J’ai parlé un peu plus haut de syntaxe. Nous pouvons déjà explorer un peu le premier élément de syntaxe lié aux opérateurs : la répétition. On peut utiliser les versions simplifiées des opérateurs agissant sur une seule ligne (dd, yy, cc et consorts) pour agir sur plusieurs lignes ! Ainsi, si je souhaite couper trois lignes, je peux simplement taper 3dd. Le comportement sur les registres est celui attendu : on aura bien trois lignes dans le registre anonyme. Si je souhaite utiliser un autre registre, comme "b, alors je peux simplement envoyer la commande 3"bdd.


  1. Rappel : dans Vim, un buffer est un fichier chargé en mémoire pour l’édition. On le voit au travers d’une window.
  2. En cherchant un peu, il semblerait que ce soit un héritage des premiers temps de l’internet, avant la démocratisation de l’usage des balises spoiler. Mais peut-être que quelqu’un de mieux versé que moi dans les arts sombres a plus de choses à raconter sur le sujet !

En haut, en bas, à gauche, à droite...

… à la dernière lettre du troisième mot après le curseur.

Que vous trouviez la syntaxe de répétition puissante ou gadget, restez encore un peu, parce que les motions vont la rendre encore plus pratique (et les text-objects de la partie suivante seront également très intéressants).

Si vous avez déjà ouvert Vim, vous savez probablement que l’on peut se déplacer dans le document avec les flèches directionnelles. En pratique, on préfère utiliser les touches h, j, k et l, pour respectivement gauche, bas, haut et droite, car elles sont plus facilement accessibles et évitent de déplacer sa main lorsque l’on tape. De plus, sur de nombreux claviers, la touche j dispose d’un marquage en relief qui permet de la retrouver facilement si l’on se décale. Cette utilisation de h, j, k et l peut sembler contre intuitive, mais en pratique on s’y habitue assez facilement avec un peu de rigueur. Personnellement, j’ai réussi à m’habituer à les utiliser en désactivant volontairement les touches directionnelles dans mon fichier de configuration; en une semaine de pratique, utiliser les nouvelles touches me paraissait tout à fait naturel.

Tout comme les opérateurs, les mouvements peuvent être multipliés. Ainsi, en entrant 10j, le curseur sera déplacé de dix lignes vers le bas. Il est d’ailleurs courant de créer dans sa configuration un alias entre la majuscule d’une lettre directionnelle et sa répétition dix fois. Ainsi, entrer J sera équivalent à entrer 10j, ce qui permet de faire défiler rapidement un fichier1.

Il existe une myriade d’opérateurs de mouvement. La documentation de Vim les classe en mouvements latéraux, verticaux, mouvements de mots et mouvements divers.

Vous serez probablement intéressés par les opérateurs t (to) et f (forward) qui permettent d’avancer jusqu’à un caractère donné. Par exemple, tm permet d’avancer juste avant le prochain caractère « m ». En le combinant avec l’opérateur c, formant la phrase ctm, on peut ainsi changer le contenu d’une ligne jusqu’au prochain caractère « m ». Ces deux mouvements possèdent des équivalent en majuscule (T et F) qui déplacent vers l’arrière.

Les mouvements latéraux 0, ^ et $ permettent respectivement de se déplacer au premier caractère de la ligne, au premier caractère non vide et au dernier caractère de la ligne. Les mouvements verticaux gg et G sont probablement les plus utiles. Par défaut, ils permettent de se déplacer respectivement à la première et la dernière ligne du buffer. En y ajoutant un multiplicateur nn, on peut également se déplacer à la ligne nn.

Les mouvements de mots, comme le nom le laisse penser, permettent de se déplacer entre les mots. Ainsi, w, e, b et ge permettent de se déplacer jusqu’au premier mot qui suit (word), à la fin du mot actuel (end), au mot précédent (backward) ou à la fin du mot précédent. Ces mouvements peuvent se coupler à un multiplicateur. Ainsi, d3w va supprimer les trois prochains mots suivant le curseur. Vim fait la différence entre les mots dits words et ceux dits WORDS, les premiers n’incluant pas la ponctuation, tandis que les seconds oui. Les mouvements de mots que j’ai présentés agissent sur des words, mais ils possèdent des équivalents pour les WORDS : W, E, B et gE. Je vous invite à consulter la documentation dédiée (:help word et :help WORD). Enfin, parmi les opérateurs divers, mon préféré est %, qui permet de se déplacer jusqu’au caractère ouvrant/ fermant correspondant. Par exemple, si mon curseur se trouve sur une parenthèse ouvrante, % le déplacera jusqu’à la parenthèse fermante correspondante. Une fois de plus, consultez la documentation correspondante !

Nous avons déjà commencé à le voir, Vim propose une syntaxe permettant de combiner les opérateurs de la première partie avec des mouvements. Elle se présente ainsi dans sa forme générale : {multiplicateur}{opérateur}{mouvement}. Ainsi, je peux supprimer les trois prochains mots en utilisant la commande 3dw, qui est équivalente à d3w. On peut donc créer des commandes plutôt complexes. Par exemple, supposons qu’un buffer contienne la ligne suivante (avec le curseur sur le premier caractère) :

ma_fonction(a, b+1, x)

Je peux placer les deux premiers arguments de l’appel à la fonction dans le registre "a en entrant « 2w"ay2t, ». Non, mon chat n’a pas marché sur mon clavier2. Vous êtes maintenant suffisamment équipé pour décortiquer cette commande ! Vous pouvez remarquer qu’il s’agit en réalité de deux commandes. La première, 2w, déplace le curseur de deux mots vers la droite. Il se trouve alors sur le caractère a. On peut alors lancer la seconde commande : "ay2t,. Elle est composée de l’opérateur "ay, qui copie l’objet de la commande vers le registre "a, et du mouvement 2t, qui est une répétition du déplacement vers la prochaine virgule, sans l’inclure. L’opérateur va donc agir sur la chaîne de caractères « a, b+1 ». Cette formulation est de plus suffisamment générique pour pouvoir être utilisée dans une macro, car elle ne dépend pas de la forme que prennent les deux premiers arguments de la fonction.

Enfin, je souhaite mentionner ici la possibilité de se déplacer jusqu’à une marque. Sans entrer dans les détails (vous pouvez consulter :help mark-motions pour cela), certaines commandes ou actions peuvent déposer des marques dans un buffer, et vous pouvez vous déplacer jusqu’à elles. Par exemple, si vous sélectionnez du texte en mode Visual, Vim va déposer les marques < et > respectivement au début et à la fin de la sélection. Vous pouvez par exemple supprimer jusqu’à la fin de la précédente sélection du mode Visual en entrant d>. Le mode Command-line vous permet également de travailler sur des ranges, qui peuvent entre autre être définis par des marques. Ainsi, entrer « :<,>d » va supprimer le texte de la sélection du mode Visual. Je vous laisse lire la documentation pour en apprendre plus sur les ranges : :help range.


  1. Attention toutefois, mon vaillant relecteur me signale qu’en agissant ainsi, on vient remplacer la commande native de Vim pour joindre des lignes.
  2. Car je n’ai pas de chat.

Opérateurs sur objets.

Si vous avez commencé à jouer avec Vim en lisant la partie précédente, il est possible que vous ayez constaté une limitation. Supposons que le curseur se trouve au milieu d’un mot. Si j’entre la commande dw Vim va supprimer tous les caractères jusqu’au début du prochain mot, sans se soucier des premiers caractères du mot. En effet, on a appliqué l’opérateur d sur le mouvement qui nous emmène au prochain mot. Les objets textuels répondent entre autre à cette problématique. Au lieu d’appliquer un opérateur sur un mouvement, ils permettent d’agir sur des objets. Il existe un bon nombre d’objets, tels que aw (a word), as (a sentence) ou ap (a paragraph) qui agissent respectivement sur un mot, une phrase ou un paragraphe. Vous pouvez ainsi supprimer le mot courant en entrant daw (delete a word). Les objets textuels commençant par a sélectionnent l’objet en incluant les espaces. Ils disposent aussi de cousins commençant par i (pour inner) qui sélectionnent l’intérieur de l’objet, sans les espaces, ou juste l’espace (si le curseur se trouve sur une espace).

Comme avec les mouvements, il est possible d’affecter les objets avec un multiplicateur placé avant. Ainsi, vous pouvez supprimer les trois prochains mots en incluant celui sur lequel se trouve le curseur en entrant d3aw.

Il existe d’autres text-objects et vous pouvez les retrouver dans la documentation (:help text-objects, vous commencez à connaître la chanson). Parmi les plus utiles, i" permet de sélectionner la prochaine chaîne de caractères qui se trouve entre des guillemets doubles, et a de nombreux cousins tels que a(, i``[ ou i.

Certains plugins définissent leurs propres objets textuels, par exemple julia-vim1 définit les objets aj et ij permettant de sélectionner le bloc Julia actuel. Un autre exemple est vim-tex, qui définit des objets pour les commandes, les environnements ou encore les sections, ainsi, qu’un certain nombre de mouvements. Cela permet de travailler directement avec les blocs sémantiques qui ont du sens dans le contexte de l’édition. Ils rendent ainsi Vim plus intelligent en vous permettant d’appliquer ses opérateurs sur vos propres objets.


  1. Vous pensiez vraiment que j’allais faire un article sans mentioner notre seigneur et sauveur ?

Dessine-moi un opérateur.

Pour finir cet article par une petite séance de travaux pratiques, jouons avec l’opérateur g@. Si vous êtes allé lire la documentation de cet opérateur avant d’avoir terminé la lecture des parties précédentes1, vous avez constaté que g@ va appeler la fonction définie dans operatorfunc. Pour illustrer le fonctionnement de cet opérateur et la gloire de l’autrice du chapolibot, écrivons un opérateur qui rend sa victime votre texte~ ^w^ ^w^ un p-peuwu uh… plus magique.

Vous trouverez ici une version simplifiée du chapolibot, qui forme un programme qui attend une entrée et la passe à la moulinette uwuify. Ensuite nous allons écrire une fonction en vimscript qui ira chercher le texte délimité par les marques et (:help :marks), et l’enverra au programme Rust compilé2.

La fonction peut prendre la forme suivante, et vous pouvez la voir en action ici.

function! UwUify(type = ") 
  let [rowstart, colstart] = getpos("'[")[1:2] 
  let [rowend, colend] = getpos("']")[1:2]
  let rows = getline(rowstart, rowend) 
  let rows[-1] = rows[-1][:colend - 2] 
  let rows[0] = rows[0][colstart - 1:] 
  let r = system('./uwuify', join(rows, " ")) 
  call setreg('"', r) 
  call cursor(rowstart, colstart) 
  normal! d']"0Pgq'] 
endfunction

Si on oublie la syntaxe un peu pénible de Vimscript, cette fonction est relativement simple. Puisque l’opérateur g@ vient placer les marques et au debut et à la fin du texte sur lequel on va opérer, il suffit de récupérer la position des marques avec getpos, puis de lire le texte qui se trouve entre les marques avec getline. Il y a un peu de travail à faire pour gérer le cas où la première ou la dernière ligne n’est pas complète, puis on peut envoyer le tout au programme uwuify et stocker le résultat dans le registre anonyme. Enfin, on place le curseur au début du texte sélectionné, et on effectue une commande en mode Normal, qui sera la dernière commande analysée pour illustrer cet article.

À ce stade, le curseur se trouve au début du texte que l’on souhaite remplacer, et le texte qui doit être inséré est dans le registre anonyme. La première partie de la commande (d]) se charge de supprimer le texte d’entrée. La seconde partie ("0P) colle le contenu du registre "0 juste avant le curseur. Le registre "0 est défini lorsque l’on écrit dans le registre anonyme. On utilise le registre "0 et non le registre anonyme parce que le résultat de la commande ne se trouve plus dans le registre anonyme : son contenu a été modifié par la première partie de notre commande. La dernière partie de la commande (gq]) formate le texte que nous venons de coller avec l’opérateur gq. Cela permet par exemple de respecter les contraintes de nombre maximal de caractères par lignes. L’opérateur de mouvement qui lui est associé est ], car la marque ] se trouve toujours après le texte que l’on vient de coller, et notre curseur a été déplacé au début du texte par l’opération de collage.


  1. Bande de petits garnements
  2. J’ai compilé un binaire ici, mais je ne garantis pas qu’il restera en ligne pour toujours. Le binaire doit être accessible par Vim pendant notre expérience. Pour faire simple placez-le simplement dans le répertoire courant.

Ouf ! vous voici au bout de cet article un poil dense. Si vous vous demandez comment il est possible de retenir tout ceci, la réponse est simple : la pratique. Je peux vous conseiller de choisir quelques exemples de commandes et de cas d’utilisation qui vous semblent particulièrement intéressants pour votre travail, et de vous forcer à les comprendre en détail et à les appliquer dans votre vie quotidienne. Cela vous semblera au début un peu plus long, mais vous devriez rapidement gagner en efficacité. Il ne faut pas hésiter parfois à recommencer une action pour le refaire de manière plus élégante grâce aux commandes Vim. Le fait de se forcer à comprendre les commandes que vous employez facilitera également l’apprentissage de nouvelles commandes, car notre éditeur essaie de conserver une certaine logique entre ses différents opérateurs, mouvements et objets.

Il existe des outils plus amusants pour apprendre Vim, ou comparer sa maîtrise de l’outil avec d’autres utilisateurs. Par exemple, vim-adventures, dont une capture d’écran illustre cet article, est un jeu à la Zelda créé par Doron Linder et qui a pour but de vous apprendre les bases de l’éditeur de manière ludique. Le premier niveau est gratuit, mais attention c’est addictif ! Un second jeu, qui va peut-être plaire à celleux qui aiment la compétition, est vimgolf. Ici, le but est d’opérer une modification sur un buffer avec le moins d’appuis clavier possible. On peut ensuite partager son score sur le site web pour chacun des 543 challenges existant.

Enfin, on ne le mentionnera jamais assez, mais la documentation de Vim est très complète. Je ne peux que vous conseiller de vous perdre dans la lecture qui s’offre à vous en entrant la commande :help.

14 commentaires

Le titre gagnerait tellement à juste être écrit en français.

À la première lecture, je n’ai juste pas compris. Et comme l’article raconte un peu n’importe quoi au début ça n’a pas vraiment été clair que vous allez juste parler des déplacements …

jouissait d’une popularité importante sur les Internets ?

Oh là là ! Non pas du tout. VS Code jouie d’une vraie popularité. Dire qu’on utilise Vim, c’est juste avoir l’air de frimer de manière assez déplacée. Un peu comme Arch Linux pour qui c’est même devenu un mème “I use Arch btw …”.

Bref, j’ai beaucoup aimé les précédents billets issus de FedeRez mais celui-ci me semble particulièrement mal écrit. J’ai l’impression que le public visé qui n’est pas perdu par les premiers paragraphes sait déjà se débrouiller dans vim. Et donc n’a pas besoin de lire les paragraphes suivants sur le déplacement dans vim.

J’ai appris à me déplacer avant de savoir utiliser les différents registres temporaires.

Il est d’ailleurs courant de créer dans sa configuration un alias entre la majuscule d’une lettre directionnelle et sa répétition dix fois.

Je me sers bien trop souvent de J pour ça.

Bon je m’arrête là. Je tiens juste à insister sur le fait que j’ai beaucoup apprécié les précédents billets issus de FedeRez et que celui-ci me semble particulièrement différent.

+1 -0

Oh là là ! Non pas du tout. VS Code jouie d’une vraie popularité. Dire qu’on utilise Vim, c’est juste avoir l’air de frimer de manière assez déplacée. Un peu comme Arch Linux pour qui c’est même devenu un mème “I use Arch btw …”.

ache

Selon ce sondage concernant la communauté Python en 2021 Vim serait le 3ème éditeur le plus utilisé parmi les répondant·e·s avec 7% de parts. Donc oui on peut tout à fait dire qu’il est populaire (et je dis ça en utilisant emacs btw).

Aïe, on ne peut pas toujours faire des articles aussi bon que ce que l’on espérait.

Le titre gagnerait tellement à juste être écrit en français.

À la première lecture, je n’ai juste pas compris. Et comme l’article raconte un peu n’importe quoi au début ça n’a pas vraiment été clair que vous allez juste parler des déplacements …

À vrai dire, le but était d’avoir un jeu de mot sur leçon de vie, gérer ses émotions. Mais c’était capilotracté.

Il y a probablement un problème de cadrage avec cet article. L’avantage c’est qu’on ne peut que s’améliorer!

Selon ce sondage concernant la communauté Python en 2021 Vim serait le 3ème éditeur le plus utilisé parmi les répondant·e·s avec 7% de parts. Donc oui on peut tout à fait dire qu’il est populaire (et je dis ça en utilisant emacs btw).

entwanne

Bon, j’admets. 5 à 7 fois moins populaire que VS Code en éditeur principal mais je suis vraiment surpris pas la section “IDE/Éditeur utilisés en plus du principal” qui affirme qu’un quart des répondant utilises Vim en tant qu’éditeur secondaire.

Ça me semble fou comme chiffre.

À vrai dire, le but était d’avoir un jeu de mot sur leçon de vie, gérer ses émotions. Mais c’était capilotracté.

Oh ! Effectivement un petit peu. 🤏
Désolé pour la critique un peu acerbe. Je pense surtout que le billet a mal géré son public.

+1 -0

Je serais curieux de savoir ce qu’il y a derrière cette notion d’« éditeur secondaire ». Si c’est « l’éditeur utilisé pour aller faire une petite modif vite fait sur un fichier sans avoir à sortir l’artillerie lourde ou directement sur le serveur », c’est pas très étonnant.

L’éditeur secondaire est juste l’éditeur que tu utilises en priorité quand tu n’as pas ton éditeur principal sous la main. Ou même sur un poste qui n’est pas le sien et où l’éditeur principal serait présent (cas des gens qui ont des configurations aux petits oignons.)
Pour faire « une petite modif vite fait sur un fichier » on a souvent, de nos jours, Nano sur toutes les distributions Linux, et NotePad sur les Windows, tandis que sur nombre de BSD et d’Unix propriétaires on peut ne pas avoir Vim présent. Bref, àmha, aucune raison de répondre Vim en masse pour ce cas de figure si ce n’est pas un vrai second choix.

Édition : À noter que de nombreux/nombreuses éditeurs/applications ont un mode Vim intégré (AbiWord, Kate, QtCreator, Sublime Text, Emacs, les applications utilisant la bibliothèque ReadLine —bash/gdb/mysql/…— et des shell Bourne —ksh/zsh/…—, etc.) ou un/une greffon/extension pour incorporer le fonctionnement de Vim (Atom, Eclipse, Eclipse, Eclipse, Idea, WebStorm, pyCharm, RubyMine, CLion, PhpStorm, AppCode, NetBeans, Notepad++, Visual Studio, Visual Studio, Outlook, SQL Server, Word, Xcode, etc.) Du coup, il ne serait pas surprenant que nombre de ces personnes utilisant Vim en éditeur secondaire l’utilisent déjà indirectement dans leur éditeur primaire…

+0 -0

Je ne sais pas trop quel est le public cible de ce billet, mais pour moi il rejoint la longue liste d’arguments sur la pile de « pourquoi j’ai autre chose à faire de ma vie que toucher à cette chose qu’est vim ».

SpaceFox

Il y a un excellent article/billet de ViEmu qui explique pourquoi il est difficile de revenir en arrière une fois qu’on s’y met vraiment : « Why, oh WHY, do those #?@! nutheads use vi? »

Ça ne me choque pas du tout que vim soit en éditeur secondaire, car il est effectivement présent de base sur plusieurs distributions Linux ou installé sur des serveurs.
Et pour les gens qui ont l’habitude d’un gros éditeur, ça peut rester pratique d’avoir un outil léger à côté pour éditer un fichier de conf par-ci par-là.

Pour l’éditeur secondaire, la force de l’habitude entre en jeu : je vois beaucoup de développeurs qui utilisent vi sur les serveurs tout simplement parce qu’on leur a dit d’utiliser ça un jour (ou qu’ils l’utilisaient il y a longtemps, etc) et qu’ils n’ont jamais cherché plus loin (nano par exemple).

Il y a un excellent article/billet de ViEmu qui explique pourquoi il est difficile de revenir en arrière une fois qu’on s’y met vraiment : « Why, oh WHY, do those #?@! nutheads use vi? »

Gil Cot

Je connais ce billet, et il ne m’a jamais convaincu de m’attaquer au mur qu’est la courbe d’apprentissage de vi (on pourrait discuter de la pertinence des exemples donnés, mais ça n’est pas le sujet).

D’autre part, je précise que je parle de moi, là. Si vous êtes fans de vi et ses dérivés et que vous adorez cet IDE, tant mieux pour vous. Mon propos, c’est juste que je n’ai pas trouvé l’intérêt de m’attaquer à un IDE avec une courbe d’apprentissage pareille et une ergonomie aussi spécifique, que l’article lié ne me convainc pas, et que ce billet est pour moi un argument supplémentaire pour ne pas y passer du temps (le simple concept que « vim-adventures » puisse exister est pour moi un red flag de plus).

On peut tout à fait adorer vi et ses dérivés, et comprendre que l’on peut être aussi efficace sans cet outil. Tout comme je comprends que l’on puisse être efficace avec.

Un simple Notepad++ et tous les trucs qu’on m’a fait essayer ont une certaine courbe d’apprentissage, et un « vscode-adventure » ou un « eclipse-adventure » seraient bienvenue pour les gens qui apprennent par la gamification :D

Mais nous sommes entièrement d’accord (c’est juste que dans ton premier commentaire, il n’était pas clair –pour moi en tout cas– que tu ne parlais que de toi) :)

On peut tout à fait adorer vi et ses dérivés, et comprendre que l’on peut être aussi efficace sans cet outil. Tout comme je comprends que l’on puisse être efficace avec.

Je ne sais pas trop quel est le public cible de ce billet, mais pour moi il rejoint la longue liste d’arguments sur la pile de « pourquoi j’ai autre chose à faire de ma vie que toucher à cette chose qu’est vim ».

SpaceFox

Bien configuré, c’est un éditeur fantastique pour LaTeX. Pour le reste, je ne sais pas.

Quelques précisions (que je n’ai pas jugées utile de signaler en message privé car le billet ayant été déjà publié ailleurs.)

Première section

Enfin, il y a des opérateurs étonnamment spécifiques tel que g?, qui permet de transformer le texte via l’algorithme ROT132. […] En cherchant un peu, il semblerait que ce soit un héritage des premiers temps de l’internet, avant la démocratisation de l’usage des balises spoiler. Mais peut-être que quelqu’un de mieux versé que moi dans les arts sombres a plus de choses à raconter sur le sujet !

Elvis et Vim ont pas mal abusé de la touche g en plus d’utiliser toutes celles laissées disponible par le Vi historique.

Je ne dirai pas que ROT13 est un vieil héritage car c’est encore largement utilisé et surtout utile malgré les balises spoiler …qui se révèlent peu utiles dès qu’on n’a pas JS et/ou CSS actif pour quelque raison ou quand on consulte le code source de la page web. D’ailleurs, cette balise fonctionne dans les mails ou sur la messagerie instantanée ? Même en restant sur le web, ça marche sur les plateformes de microbloging par exemple ?

Pourquoi ROT13 plutôt que les 24 autres variantes ? Certainement parce-qu’il s’agit d’un chiffrement simple par substitutions où il n’est pas nécessaire de fournir/convenir de table de correspondance (il faut juste connaître le décalage à opérer…) Et mieux, quand celui-ci est de 13 (pour un alphabet de 26 caractères) ça devient une simple opération symétrique (la même routine chiffre et déchiffre) donc plus accessible. En fait, c’est tellement accessible que juste la commande tr suffit.

Deuxième section

Vous serez probablement intéressés par les opérateurs t (to) et f (forward) qui permettent d’avancer jusqu’à un caractère donné. Par exemple, tm permet d’avancer juste avant le prochain caractère « m »

Pour moi, ce serait plutôt (je divulgâche un tuto en cours)

  • f = jump onto fisrt character ; find and move at next character
  • t = jump up to a character ; find and move untill next character

Troisième section

Au lieu d’appliquer un opérateur sur un mouvement, ils permettent d’agir sur des objets. Il existe un bon nombre d’objets, tels que aw (a word), as (a sentence) ou ap (a paragraph) qui agissent respectivement sur un mot, une phrase ou un paragraphe. Vous pouvez ainsi supprimer le mot courant en entrant daw (delete a word). Les objets textuels commençant par a sélectionnent l’objet en incluant les espaces. Ils disposent aussi de cousins commençant par i (pour inner) qui sélectionnent l’intérieur de l’objet, sans les espaces, ou juste l’espace (si le curseur se trouve sur une espace).

Comme dit, la sélection inclue les espaces… Aussi je n’aime pas trop utiliser l’article indéfini (même si c’est le cas dans l’aide de Vim) car celui-ci correspond plus au résultat du inner (en tout cas dans ma vision/logique). Cela n’engage que moi, mais j’aime plutôt utiliser d’autres mots qui font sens à mon goût :

  • i = inside (en particulier quand il s’agit de délimiteurs)
  • a = around (en fait on peut utiliser all pour indiquer qu’on prend les délimiteurs avec)

Au passage, je pense qu’il y a une erreur de balisage zMarkdown dans l’énumération des cousins.

Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte