Un zeste de traduction — Appel à intérêt

Projet de traduction de cours disponibles sur la plateforme Openstax College

a marqué ce sujet comme résolu.

Pour les présents contenus, je préconise une approche similaire : faire des essais limités de traduction afin de déterminer les combinaisons les plus efficaces.

C’est prévu. ;)

Cela étend, plus il y a de traducteurs sur un même contenu, plus la charge de travail sera mieux répartie et, sauf exception, il n’est pas nécessaire de tout traduite et publier en une fois. Selon l’avancement (etc.), la publication peut se faire par étape. Si des traducteurs veulent traduire tel chapitre à leur charge sans utiliser d’outils de traduction, c’est tout à fait possible.

Certes, pour avoir fait un test, l’usage d’un traducteur est un gain de temps mais il faut bien prendre le temps de relire le paragraphe traduit pour vérifier si le sens est correct, si la traduction d’une terminologie technique est correcte, etc. Le contrôle « manuel » reste nécessaire, et certains pourraient privilégier le fait d’avoir une maîtrise plus directe sur la traduction elle-même.

En ce qui concerne les illustrations, dans un premier temps, il est envisageable de préserver l’illustration en utilisant, dans la légende, le terme en anglais, entre parenthèses, à côté de son équivalent français. La traduction des illustrations peut se faire dans un second temps.

@Holosmos : Concernant les contenus que j’ai vérifié, rien de bien anormal. La structure de la matière est logique et l’enseignement direct (l’explication a lieu dans fioritures et est agrémentée d’un exemple au besoin).

+4 -0

Concernant les contenus que j’ai vérifié, rien de bien anormal. La structure de la matière est logique et l’enseignement direct (l’explication a lieu dans fioritures et est agrémentée d’un exemple au besoin).

Donc dans l’idée ce serait traduit et quasiment automatiquement validé ?

J’ai parcouru aussi de mon côté certains tuto de maths. Et honnêtement c’est assez baroque amha. Correct mais fleuve pour pas grand chose.

Mais si on traduit un texte c’est pas pour le retoucher beaucoup derrière. Est-ce que ça rentre pas en contradiction avec une « qualité ZdS » ? Est-ce que les traducteurs/auteurs feront eux-mêmes un travail de pédagogie pour s’adapter à ZdS?

Concernant les contenus que j’ai vérifié, rien de bien anormal. La structure de la matière est logique et l’enseignement direct (l’explication a lieu dans fioritures et est agrémentée d’un exemple au besoin).

Donc dans l’idée ce serait traduit et quasiment automatiquement validé ?

De ce que j’en comprends, l’idée c’est qu’on valide surtout la conformité de la traduction en tant que telle. La pédagogie et l’exactitude technique étant déjà présupposés de par la réputation d’OpenStax (mais je ne peux personnellement pas en juger, sur aucun de leurs cours).

+0 -0

Je sais que la qualité de la traduction automatisée a considérablement augmenté, ainsi que la qualité des logiciels de correction (gramalecte est un excellent outil gratuit).
Pour les présents contenus, je préconise une approche similaire : faire des essais limités de traduction afin de déterminer les combinaisons les plus efficaces. Généraliser ensuite la méthode.

etherpin

Est-ce que suivant l’outil utilisé il peut y avoir des restrictions sur la licence du contenu produit, puisque c’est ce logiciel qui produit le texte ?

Pour rebondir sur les problématiques liées à l’établissement d’un «cadre commun» pour la traduction des termes techniques, je me suis souvenu que j’avais suivi un cours dédié justement à de la traduction où l’on travaillait sur des textes un peu académiques (avec donc leur lot de termes et de jargon derrière).

L’idée du cours était de travailler en binôme avec un locuteur dont la langue native était celle de la source et un locuteur dont la langue, et à travers ce détail (par forcément important dans la discussion j’en conviens ^^’) d’aborder les problématiques techniques de la traduction «collaborative» (à savoir arriver à travailler un peu efficacement à plusieurs sur un même texte). Nous avions pour ce faire utilisé une plateforme qui s’appelle TraduXio (qui est un projet libre — cf le repo pour plus d’infos — et lancé par des académiques si je ne dis pas de bêtises, avec possibilité d’héberger son instance, de garder les droits sur le texte, etc).

Vis à vis du problème du cadre commun pour les termes techniques, TraduXio offrait je me souviens la possibilité d’avoir un glossaire propre au projet et de facilement se référer aux autres occurences de traduction du texte. Comme c’est peut-être un peu abstrait ce que je dis, vous pouvez voir un exemple de la manière dont ça se présentait avec un des textes de démo de la plateforme ici.

Je lance ça un peu en vrac, le logiciel n’est pas forcément hyper activement maintenu, et je n’ai rien à voir avec le projet initial donc c’est pas vraiment de la «publicité gratuite» que je me permets, mais je signale juste l’existence du projet qui peut-être peut donner des pistes / inspiration pour trouver une organisation efficace ici. Je sais que les développeurs / mainteneurs de l’instance avaient été assez contents d’avoir des retours lorsqu’on utilisait la plateforme pour le cours, et étaient assez ouverts aux suggestions et autre (mais comme je le disait, je ne sais pas s’ils peuvent toujours être très actifs sur le projet malheureusement).

+2 -0

Pour en revenir à la traduction, est-ce qu’on se lance comme ça si on veut traduire ou vous préférez qu’un membre du staff crée le tutoriel, comme il s’agit d’une initiative du staff ?

klafyvel

C’est le staff qui s’occupe de la création des tutos (et initialement à tous le moins, de l’ajout des traducteurs). ;)

Donc dans l’idée ce serait traduit et quasiment automatiquement validé ? Mais si on traduit un texte c’est pas pour le retoucher beaucoup derrière. Est-ce que ça rentre pas en contradiction avec une « qualité ZdS » ? Est-ce que les traducteurs/auteurs feront eux-mêmes un travail de pédagogie pour s’adapter à ZdS?

Pour l’instant, on traduit et on valide. S’il y a des adaptations à faire (ou des erreurs à corriger), on a tout le temps de le faire par la suite et de le signaler au besoin aux auteurs (il faudra également vérifier les éventuels errata sur la plateforme).

Chaque chose en son temps sinon on arrivera à rien, AHMA.

L’idée du cours était de travailler en binôme avec un locuteur dont la langue native était celle de la source et un locuteur dont la langue, et à travers ce détail (par forcément important dans la discussion j’en conviens ^^’) d’aborder les problématiques techniques de la traduction «collaborative» (à savoir arriver à travailler un peu efficacement à plusieurs sur un même texte). Nous avions pour ce faire utilisé une plateforme qui s’appelle TraduXio (qui est un projet libre — cf le repo pour plus d’infos — et lancé par des académiques si je ne dis pas de bêtises, avec possibilité d’héberger son instance, de garder les droits sur le texte, etc).

C’est une option sur laquelle je suis tombé avant de soumettre l’idée en interne, oui. Mais l’utilisation de traducteurs automatiques (DeepL, MateCAT,…) et d’une bonne vieille relecture par la validation devrait être amplement suffisant. :)

+1 -0

J’ajoute que l’avantage des licences libres, c’est qu’elles nous permettent de faire toutes les corrections voulues, en plus de la traduction – tant qu’on ne laisse pas croire que c’est une stricte traduction.

SpaceFox

J’ai lu avec attention le texte de la licence, j’ai compris qu’ils demandaient une mention de la source en bas de chaque page. Mais il n’évoque pas le cas de la traduction et n’est pas très clair en cas d’adaptation. Je ne vois rien qui concerne "une stricte traduction".

+0 -0

Je trouve ça quand même un peu risqué de passer beaucoup de temps à traduire un texte sans essayer de poser une pédagogie propre à ZdS. C’est pas tellement une question de l’ordre de la correction…

Est-ce qu’on fait confiance à ces contenus au point de ne pas questioner leur pédagogie ?

+3 -0

Je trouve ça quand même un peu risqué de passer beaucoup de temps à traduire un texte sans essayer de poser une pédagogie propre à ZdS. C’est pas tellement une question de l’ordre de la correction…

Est-ce qu’on fait confiance à ces contenus au point de ne pas questioner leur pédagogie ?

Holosmos

L’essentiel est que le contenu soit intéressant, bien enseigné et abordable. Je ne suis pas un adepte de l’idée d’hésiter à importer un contenu juste parce que la pédagogie serait différente. Oui, la pédagogie est différente. Elle est, par essence, propre à son/ses auteur(s). Il n’y a, d’ailleurs, pas qu’une seule pédagogie sur ZdS.

Cette question aurait pu se poser pour le MOOC FUN. Au final, c’est l’un de nos meilleurs contenus.

Où se joue la différence ? Là, on a un contenu. Sur ZdS, si on continue à nous regarder dans le blanc des yeux comme nous en avons si bien l’habitude, on n’en a pas.

Je rappelle la finale de mon premier post :

Vous pouvez évidemment émettre des suggestions et autres remarques, mais l’idée est de ne pas trop tergiverser pour, au final, ne rien faire.

On peut débattre pendant 10 ans sur la pertinence ou non d’importer un contenu, mais j’en reviens toujours au même point : on passe tellement de temps à discuter que rien ne se fait et au final, la "pédagogie de ZdS" ne se dévoile pas… car aucun ou peu de contenus apparaissent.

On aura toujours le temps d’améliorer les contenus dans X mois. Pour l’instant, je crois qu’il est important de ne pas se perdre dans des considérations hypothétiques. Ce sont de bons cours qui ont fait l’objet de relectures tout aussi (si ce n’est plus) minutieuses qu’ici et sous licences permissives. Je crois qu’on devrait accorder un minimum de bénéfice du doute et de respect pour les auteurs qui ont pondu ces cours, de la même façon que nous respectons nos propres auteurs.

S’il y a des éléments problématiques ou autres, on pourra toujours corriger plus tard (et entretemps, on aura du contenu qui intéressera des membres et visiteurs d’orientations diverses). Chaque chose en son temps. Rome ne s’est pas construite en un jour, ZdS non plus. Il n’y a pas le feu, on a le temps de bien faire les choses mais j’en ai un peu ras-le-bol de nos habitudes à débattre inlassablement sans jamais rien faire au final. Parfois, faut se jeter à l’eau, devenir proactif et "prendre des risques". ;)

+12 -0

Voici la répartition actuelle au sein du staff (d’autres staff pourront se joindre ultérieurement). N’hésitez pas à indiquer le contenu dont la traduction vous intéresserait. Il s’agit surtout d’avoir une idée de la répartition selon les contenus. :)

Astronomie

@Arius

Anatomie/physiologie

@Ekron

Physique

@Migwel

Sociologie

@qwerty

Staff : n’hésitez pas à éditer ce post.

+3 -0

Idem pour le tutoriel d’astronomie.

Le tuto est déjà en partie créé et le MP devrait être prêt dans le courant de la semaine prochaine (je n’aurais pas le temps de le faire ce weekend). :)

+2 -0

Je remonte ce sujet pour 1) confirmer que c’est bien toujours en cours, 2) que l’appel à participation n’est pas clôturé.

Je vous invite vraiment à venir donner un coup de patte ! :)

+2 -0

Bonjour, je veux bien participer, je n’ai pas de préférence particulière pour un sujet.

Un peu hors-sujet mais Wikiversity peut constituer une source aussi, par contre ce n’est pas revue par des pairs (ou plutôt l’accréditation des auteurs n’est pas vérifiée ou inexistante) mais normalement c’est sourcé.

Hello,

Je pense que la traduction du cours "Introduction à la physique" aurait besoin d’un coup de patte (@Migwel) ?

Un peu hors-sujet mais Wikiversity peut constituer une source aussi, par contre ce n’est pas revue par des pairs (ou plutôt l’accréditation des auteurs n’est pas vérifiée ou inexistante) mais normalement c’est sourcé.

Yep, c’est juste que dans le cas présent, c’est plus simple de traduire un contenu déjà revu. Cela évite une charge de travail trop importante de ce point de vue.

+2 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte