La classe Prépa

Is it dangerous to go alone ?

a marqué ce sujet comme résolu.

Reprise du dernier message de la page précédente

Ah là oui, je suis totalement d'accord avec toi sur ce point. En fait, c'est surtout les ADS et le TIPE (Analyse de Documents Scientifiques) qui permettent de s'ouvrir un peu l'esprit. Personnellement je profite des vacances pour lire une série d'articles sur la théorie des catégories, c'est le seul moment où j'ai vraiment le temps de faire ce genre de choses. C'est triste …

+0 -0

Pour avoir lu plusieurs TIPE de mes camarades à Normale, je trouve ça tristement scolaire. Leurs textes se résument à des explications techniques et théoriques. Aucune part pour l'interrogation du sujet, sa compréhension profonde, les différents acteurs et l'histoire de la pensée dans le domaine.

Les ADS je ne sais pas ce que c'est mais j'imagine que c'est dans la même trempe, non ?

Personnellement je profite des vacances pour lire une série d'articles sur la théorie des catégories, c'est le seul moment où j'ai vraiment le temps de faire ce genre de choses.

Pourquoi ne pas lire un livre de « vulgarisation » de M. Berger par exemple ? Pourquoi ne pas lire du Poincarré ou du Dieudonné (le mathématicien) ? Pourquoi ne pas regarder les articles historiques des notions que tu vois en cours ? Pourquoi ne pas regarder la gazette des mathématiciens de la SMF ? Pourquoi ne pas regarder des conférences ?

+0 -5

Pour avoir lu plusieurs TIPE de mes camarades à Normale, je trouve ça tristement scolaire. Leurs textes se résument à des explications techniques et théoriques. Aucune part pour l'interrogation du sujet, sa compréhension profonde, les différents acteurs et l'histoire de la pensée dans le domaine.

C'est valorisé au concours de montrer une réflexion profonde sur le sujet pourtant. C'est pas au travers de quelques exemples que tu peux juger tous les TIPE.

Les ADS je ne sais pas ce que c'est mais j'imagine que c'est dans la même trempe, non ?

Un ADS c'est une épreuve du concours où tu as un article scientifique à expliquer et résumer, suivi d'un entretien. Ça t'oblige à bien comprendre de quoi tu parles et exposer le processus de réflexion des chercheurs.

Pourquoi ne pas lire un livre de « vulgarisation » de M. Berger par exemple ? Pourquoi ne pas lire du Poincarré ou du Dieudonné (le mathématicien) ? Pourquoi ne pas regarder les articles historiques des notions que tu vois en cours ? Pourquoi ne pas regarder la gazette des mathématiciens de la SMF ? Pourquoi ne pas regarder des conférences ?

Holosmos

Ben parce que j'en ai envie ? La programmation fonctionnelle ça m'intéresse, et cette série d'articles (c'est ceci) parle justement des liens entre programmation fonctionnelle et théorie des catégories. En fait je ne vois pas bien où tu veux en venir, tu me reproches quoi exactement ?

+1 -0

Je ne crois pas avoir tiré de généralités sur les TIPE, je parle bien des leurs.

Ensuite je ne te fais aucun reproche et j'ai du mal à comprendre pourquoi tu es sur la défensive. Je voulais juste te montrer qu'il y a des moyens simples et légers pour s'extirper de la prépa même pendant les périodes de cours.

+0 -4

Ah, j'ai dû mal interpréter ton enchaînement de "Pourquoi" alors, désolé. S'extirper de la prépa pendant les périodes de cours est assez difficile puisqu'il ne faut pas s'attaquer à de trop gros morceaux. Lire une revue le week-end par exemple c'est jouable, mais un gros bouquin pas vraiment par exemple. Je pense que tu sur-estimes un peu le temps libre qu'on a en prépa, on bosse fréquemment jusqu'à 23h, même si le week-end est plus tranquille.

+1 -0

Ah, j'ai dû mal interpréter ton enchaînement de "Pourquoi" alors, désolé. S'extirper de la prépa pendant les périodes de cours est assez difficile puisqu'il ne faut pas s'attaquer à de trop gros morceaux. Lire une revue le week-end par exemple c'est jouable, mais un gros bouquin pas vraiment par exemple. Je pense que tu sur-estimes un peu le temps libre qu'on a en prépa, on bosse fréquemment jusqu'à 23h, même si le week-end est plus tranquille.

Grimur

C'est surtout qu'il faut une certaine tranquillité d'esprit pour faire des truc de ce type. Personnellement j'ai surtout tendance à plutôt me divertir quand j'ai du temps maintenant sur complètement autre chose que mon domaine d'étude. À l'inverse des vacances ou de ma formation précédente plus tranquille.

Édité par inkhey

+2 -0

Tu verras énormément de choses en maths et en physique

Techniquement, peut-être, mais la culture générale et philosophique des sciences chez les taupins reste très légère (voire même inquiétante quand ça se limite à parler sans cesse de l'axiome du choix).

Holosmos

C'est vrai, mais je me demande à quel point c'est différent en fac, à quel point on est poussé à apprendre par soi-même (je ne connais pas tant de personnes que ça qui ont fait une fac de maths ou de physique). Des quelques faqueux que je connais, niveau culture scientifique c'était sensiblement la même chose que les taupins. Ceux qui avaient une culture plus solide que les autres sont intéressés par la recherche ; les taupins qui avaient une culture plus solide que les autres étaient intéressés par la recherche, du moins les étudiants que j'ai croisés. J'ai pas vraiment l'impression que la culture scientifique soit dictée par la dichotomie fac/prépa, même si la fac peut y pousser un peu plus.

Je voulais juste te montrer qu'il y a des moyens simples et légers pour s'extirper de la prépa même pendant les périodes de cours.

Oui euh, alors quand tu as déjà taffé ton cours de maths 5 heures dans la journée en plus des cours, même si tu aimes les maths en général tu préfères passer à autre chose, comme ton cours de physique.
Bien sûr, c'est possible d'apprendre, je ne dis pas le contraire. Mais il faut aussi se rendre compte que comme la charge de travail imposé est largement plus élevée en prépa qu'en fac, un moyen "simple et léger" en fac ne le sera pas forcément en prépa.

Tiens sinon, je viens de voir que le format des TIPE va évoluer : https://www.scei-concours.fr/tipe/CadreTIPE2017.pdf . Ils vont notamment enlever l'ADS. :(

+2 -0

C'est vrai, mais je me demande à quel point c'est différent en fac, à quel point on est poussé à apprendre par soi-même (je ne connais pas tant de personnes que ça qui ont fait une fac de maths ou de physique). Des quelques faqueux que je connais, niveau culture scientifique c'était sensiblement la même chose que les taupins. Ceux qui avaient une culture plus solide que les autres sont intéressés par la recherche ; les taupins qui avaient une culture plus solide que les autres étaient intéressés par la recherche, du moins les étudiants que j'ai croisés. J'ai pas vraiment l'impression que la culture scientifique soit dictée par la dichotomie fac/prépa, même si la fac peut y pousser un peu plus.

Je ne vais pas trop oser à me prononcer, mon parcours est un peu atypique. Ce qui est certain, c'est qu'à la fac il y a un terrain plus favorable à des recherches personnelles.

La population étant également différente entre la prépa et la fac, c'est difficile de comparer. Mais pour ma part, dès que j'ai commencé à montrer de l'intérêt pour les maths, j'ai rapidement pu rencontrer des gens et être un peu plus encadré. Mais je crois que n'importe qui d'autre aurait pu avoir la même chose, il y avait beaucoup de choses en places pour aider les élèves intéressés (on était incités à rencontrer les chercheurs, on pouvait demander des aménagements pour avoir des cours exotiques ou des préparations aux concours, etc.).

+0 -2

Il y a quand même une différence d'objectifs entre les classes prépa et les facs, et ça compte pour beaucoup dans le choix d'orientation.

Si l'objectif est de faire des études scientifiques au sens strict (c'est à dire, devenir mathématicien, ou physicien, ou chimiste, etc.), il semble plus logique d'aller à la fac, car c'est de toute façon là que tu atterriras après la prépa. Si tu as envie de faire des études d'ingénieur ou d'entrer dans une école spécialisée, aller en prépa me paraît plus logique.

Mais effectivement, ta personnalité compte pour beaucoup dans ton choix. Histoire de te fournir un témoignage supplémentaire, voici ma situation. En terminale, j'aimais bien les sciences, mais je savais pas trop quoi faire dans la vie. J'avais des notes raisonnables, mais sans pour autant avoir des notes extraordinaires et sans travailler énormément. Je savais aussi que je n'étais pas intéressé par les IUT et les BTS, ni par les écoles privées. Du coup, restaient soit les classes prépa, soit la fac.

Je n'avais à l'époque pour m'aider à choisir que mes enseignants, et il était courant d'entendre que pour survivre en prépa, il faut travailler 20 h par jour. Je n'avais pas envie de ça, donc je me suis inscrit à la fac, et ça m'a beaucoup plus, tellement que ça fait 6 ans que j'y suis (je suis en maths). o/

Mais ce qui est important dans cette histoire, c'est que je ne savais pas avec certitude que c'était le bon choix pour moi avant d'y être : en gros, il faut tester et c'est pas du tout évident de pressentir les choses.

J'arrive peut-être après la guerre (c'est fou quand même, le débat s'est fini en trois jours :o ), mais les phases APB sont loin d'être terminées a priori ..

J'ai lu (plus ou moins en travers) les messages précédents et je voulais réagir sur deux points (je suis moi-même en SPÉ cette année) :

  • Concernant le manque de culture scientifique, ou la non-maitrise des bases : certes la prépa c'est beaucoup de bachotage et tout le monde est bien formaté, mais faut pas abuser non plus ! Primo il y a le problème du temps déjà évoqué (quand on prépare des concours, il se réduit énormément), et secondo je pense que la prépa est bien plus enclin à la culture scientifique que la majorité des autres filières scientifiques (je parle d'une moyenne de tous les élèves qui suivent une formation)
  • De mon point de vue, je confirme (à contre cœur) l'impression que certains ont d'un manque d'ambition. Ce n'est clairement pas une généralité, mais force est de constater qu'une bonne partie de ma promo (je n'ai rien pour le prouver, mais encore une fois c'est mon impression) n'a strico sensu aucune idée du métier qu'ils souhaitent exercer plus tard … La prépa ne se résume pour eux qu'à obtenir la meilleure école possible (encore là c'est totalement subjectif, j'entends "meilleure" au sens des classements académiques).
    Ils ne savent même pas ce qu'on y fait ! (certes ce sont des écoles généralistes mais ça reflète quand même un cruel manque de perspectives ..)

Sinon, je plussoie largement le côté formateur et autres bienfaits cités dans les messages précédents. Mais il est clair que ces effets se révèlent beaucoup plus quand tu réussis ta prépa (ie déjà bien classé dans ta classe/promo, sinon c'est très décourageant)

+1 -1
  • De mon point de vue, je confirme (à contre cœur) l'impression que certains ont d'un manque d'ambition.

QuanticPotato

En quoi est-ce mal de ne pas être très ambitieux ? Franchement, je n'ai jamais compris cela… Tout le monde n'a pas envie de devenir ingénieur-chercheur-whatever, même parmi les gens les plus brillants.

Je ne vois pas ce que cela a de mal, et très honnêtement, c'est assez malvenu de reprocher à qui que ce soit « son manque d'ambition ». L'ambition, c'est quelque chose de personnel et d'individuel. Nous n'avons pas tous les mêmes aspirations intellectuelles, culturelles et de manière générale pas tous les mêmes projets de vie. Vouloir envoyer les gens en prépa par ambition seule, c'est la plus mauvaise raison qui soit — en fait, non, la raison la pire, c'est d'y aller pour faire plaisir à ses parents, mais c'est de l'ambition par procuration et rien d'autre.

Édité par c_pages

Vouloir envoyer les gens en prépa par ambition seule, c'est la plus mauvaise raison qui soit

Autant oui, ne pas être ambitieux n'est pas forcément un problème (quoique ça reste un moteur important je pense), autant j'ai du mal à comprendre en quoi l'ambition comme seul motif serait un problème, et encore moins l'un des pires (l'ambition par procuration, en revanche, c'est autre chose…). Sans ambition de la part de certains, je doute que l'humanité serait au point technologique et scientifique où elle en est actuellement. Vouloir faire toujours plus et au maximum, c'est quand même un peu ce qui nous empêche de crever de froid, de maladie, et nous permet d'être tranquilou devant un ordi avec le pouvoir de récupérer des infos fantastiques à n'importe quel instant.

À mon avis, cracher sur l'ambition, c'est encore pire que d'en attendre de la part de tout le monde.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+1 -0

Envoyer les gens ≠ Y aller.

Par « envoyer les gens en prépa par ambition seule », je comprends le syndrome du « tu es doué, il faut que tu ailles en prépa ».

Édité par Gabbro

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+1 -0

Attention il parle "d'envoyer les gens en prépa par ambition seule", ce n'est pas une diatribe contre l'ambition mais contre l'ambition comme seul motif pour faire une prépa.

C'est différent notamment parce qu'y aller par ambition seule, c'est perpétuer une vision parfaitement élitiste et déformée des études supérieures : "je sais pas quoi faire alors je fais une prépa, comme ça même si je sais pas ce que je ferai, je serai un paumé d'élite qui s'en sortira forcément".

Édité par nohar

I was a llama before it was cool

+4 -0

Vouloir envoyer les gens en prépa par ambition seule, c'est la plus mauvaise raison qui soit

Autant oui, ne pas être ambitieux n'est pas forcément un problème (quoique ça reste un moteur important je pense), autant j'ai du mal à comprendre en quoi l'ambition comme seul motif serait un problème, et encore moins l'un des pires (l'ambition par procuration, en revanche, c'est autre chose…).

adri1

En effet, ce n'était pas ce que je voulais dire, désolé pour le manque de clarté. Gabbro et nohar ont bien compris ma pensée.

Je n'ai rien contre les gens ambitieux, au contraire. Mais il faut que cela vienne de soi, et que ça ne soit pas forcé. En outre, j'ai quand même l'impression que l'ambition seule, ça n'existe pas ou quasiment pas. Les gens qui ont envie d'aller loin, quel que soit le sens que cela peut avoir, sont ceux qui sont intéressés par un domaine en particulier, et qui s'y investissent à fond. Il y a des gens qui ont des attentes élevées, et ça n'est pas réservé aux gens qui font une classe prépa, loin de là. En fait, ça n'est même pas réservé aux gens qui font des études, et encore moins à ceux qui font des études supérieures.

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte