Arrêter l'école a 16 ans

La seconde tentative

a marqué ce sujet comme résolu.

Reprise du dernier message de la page précédente

Y a pas de plan A…

Raison de plus pour réfléchir ! Partir de l’école n’est pas la seule solution ! Quid de changer d’établissements ? Dans quelques mois tu aura fini la seconde, tu va pouvoir aller dans beaucoup de filières différentes, pourquoi ne pas essayer ?

Ce que tu ne semble pas comprendre est que passer ton bac en candidat libre n’est pas une solution suffisante pour pouvoir reprendre les études.

Tu ne supporte plus l’école c’est une chose mais il y a d’autres écoles, d’autres filières voir d’autres formes d’enseignements.

+5 -0

Le problème c’est que je ne PEUX plus continuer d’y aller.

Non. Tu estimes que tu ne peux plus. D’où notre conseil que tu ailles consulter, parce que ce sont le genre de choses que des professionnels de santé peuvent mieux analyser que toi.

Non. Je veux tenter le bac en candidat libre, pour plus tard, si je change d’avis et que je veux retourner faire des études, pouvoir me retourner.

Donc le plan c’est quoi ? Espérer le petit miracle pour avoir ton bac, et après ? Rien ? T’es au courant que tu vas dans le mur ?

Rien ne m’empêche de faire ça après l’arrêt du lycée, vu que j’aurais du temps. Actuellement, je n’ai pas du tout le temps

Mythe du lycéen qui croit qu’après 30-35h de travail il n’a plus de temps. Faudrait que tu ouvres un peu les yeux sur la quantité de gens qui travaillent et s’occupent plus de 60h par semaine.

+2 -1

Le problème c’est que je ne PEUX plus continuer d’y aller. Ça ne sert à rien d’essayer de m’en dissuader, ma décision est déjà prise. Mon but n’est pas de me prouver qu’il est possible de réussir sans avoir fait d’études. Le but est d’abroger cette souffrance.

Je ne veux pas être morbide, mais ma femme me disait la même chose, à propos de se suicider (à une époque heureusement révolue). Ce que tu fais est une fuite en avant et un suicide scolaire n’est pas une solution, peut être que sur le moment ça soulagera, mais très vite après tu peux retourner dans ta dépression sans solution possible (car tu auras quitté l’école, l’étape d’après ce serait quoi ?).

Ce n’est pas parce que tu es convaincu du bien fondé de ta démarche qu’on te laissera faire (et que ta mère doit te laisser faire). Ta démarche ne va pas résoudre ton problème car manifestement il est mal établi d’une part, et que tu n’as pas de solution ou réfléchi à une solution mais à comment contourner le problème qui je pense reviendra tôt ou tard sans thérapie ou élaboration d’une vraie solution.

Rien ne m’empêche de faire ça après l’arrêt du lycée, vu que j’aurais du temps. Actuellement, je n’ai pas du tout le temps >_<

Il faut que tu étayes un peu. En quoi tu n’as plus le temps ? Le collègue et la seconde sont peut être les années scolaires où tu as le plus de temps libres (cours pas très difficiles, peu de devoirs). Tu as un week-end complet pour faire ce que tu veux, et probablement 4-5h par soir de dispo. Tu as énormément de temps libre à priori, ou alors tu en veux juste plus (mais quoique tu fasses, il te sera probablement jamais suffisant). Il faut peut être que tu apprennes à organiser le dit temps libre avant de dire que tu n’en as pas. Car en seconde, dire que tu n’en as pas assez, c’est soit que tu as de gros soucis scolaires (beaucoup de devoirs à faire, cours particuliers) ou de grosses obligations familiales. Donc si, tu as assez de temps libre pour faire ce que l’on te conseille… Très probablement. Ou justifie toi un minimum.

Non justement, la majorité des matières je les travaille déjà chez moi, parce que ça m’intéresse, mais sous un autre angle.

Mais sans la possibilité d’évaluer ton niveau, sans obligation scolaire, es-tu sûr que cela tiendra ? Tu sais, une fois qu’on est entré dans le cycle de ne rien faire du style : "oh, aujourd’hui la flemme de bosser les maths, je le ferais demain", puis demain devient après-demain et ainsi de suite, cela devient très difficile d’en sortir. Il n’est pas impossible que tu ne bosses ces matières à un rythme suffisant que parce que l’école t’impose un minimum de rythme.

Je ne peux plus y retourner car cela engendre une souffrance vraiment énorme parce que je faisait quelque chose que je n’aimais pas, d’une manière que j’aimais pas.

Tu veux apprendre le code comment ? Tu n’es pas obligé d’aller à l’autoécole, tu peux lire le bouquin, acheter un logiciel pour le faire à la maison tout seul. Mais le fait que tu aies abandonné sans chercher une solution pour malgré tout réussir cet examen est un soucis.

Y a pas de plan A…

C’est bien là tout le problème…La fuite en avant, ce n’est pas une solution, quoique tu en dises. Pour avoir vécu ce cas dans un contexte plus morbide, je peux te le dire.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora. #JeSuisArius

+10 -0

Il faut arrêter le mythe du type trop intelligent pour vivre en société. Il y a corrélation entre haut QI et troubles sociaux, mais ce n’est pas systématique.

Et tout au plus, si le mythe est fondée, si le test est bien fait et si drulac a un niveau au dessus de la moyenne ça explique tout au plus pourquoi il est mal a l’aise à l’école, mais ça ne justifie pas pour autant de quitter l’école.

Kje

En effet, et je ne voulais pas prétendre le contraire. Je me suis donc mal exprimé. Je disais cela pour répondre à Razakhel, qui semblait vouloir dire que ce genre de test n’a aucun intérêt. Or, il peut justement permettre de savoir si l’on est HQI, et donc expliquer ce sentiment. Ca ne résous pas, mais ça explique, ce qui est déjà un bon point de départ, et parfois même un indispensable pour se sentir mieux (puisque parfois, l’ignorance est pire que ses conséquences).

Tu ne supporte plus l’école c’est une chose mais il y a d’autres écoles, d’autres filières voir d’autres formes d’enseignements.

Je plussoie fortement, et particulièrement pour les « autres formes d’enseignements ».


Enfin, par peur que ça se soit noyé dans mon pavé, je le répètes : je ne saurais trop te conseiller d’aller voir un bon psychiatre qui saura te conseiller et t’aider à y voir plus clair dans ton projet. Peut-être même t’aidera-t-il à trouver une voie de formation qui te conviendra, voire même une solution que personne ici n’a encore proposé. Dans tous les cas, ça vaut le coup d’essayer.

NB : J’ai bien dit psychiatre (ou à défaut psychologue), surtout pas de psychanalyste. Et si possible, un qui soit compétent avec ce qui ne relève pas des maladies mentales. Pour ça, tu peut demander à ton médecin traitant s’il connait un confrère dans le coin. ;)

"Les accidents dans un système doivent se produire, mais il n’est pas obligatoire qu’ils produisent pour vous et moi." Laurence Gonzales - Deep Survival

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Non. Tu estimes que tu ne peux plus. D’où notre conseil que tu ailles consulter, parce que ce sont le genre de choses que des professionnels de santé peuvent mieux analyser que toi.

Holosmos

Sans vouloir dire, je pense ici que tu vas trop loin. Nous ne connaissons pas Drulac, nous n’avons pas une vision d’ensemble de son vécu, de ses craintes, de ses souffrances et de son environnement. Nous ne pouvons pas dire s’il est bon ou non qu’il quitte l’école et si son état lui permet ou non de poursuivre sa scolarité actuelle.

Le diriger vers un suivi médical et/ou psychologique et/ou d’orientation scolaire est à mon sens louable, mais tu ne peux de mon point de vue pas lui imposer de certitude de ce type sans le connaître.

Mythe du lycéen qui croit qu’après 30-35h de travail il n’a plus de temps. Faudrait que tu ouvres un peu les yeux sur la quantité de gens qui travaillent et s’occupent plus de 60h par semaine.

Holosmos

Idem ici, si tu considères que travailler 60 heures par semaine est normal, grand bien t’en fasse, ce n’est en revanche pas mon point de vue. Par ailleurs, peut-être souhaite-t-il réaliser beaucoup d’activités en dehors de son travail, ce qui requiert une large plage de temps réservée.

Bref, je pense qu’il serait bon d’éviter les certitudes et les arguments d’autorité.

Édité par Taurre

#JeSuisArius

+4 -0

On est obligé de faire des diagnostics à l’emporte pièce. Tout ce que dit Drulac fait penser à une dépression. Conclure que c’est une dépression est bien évidemment hâtif, mais c’est la règle d’un forum.

Ici : diagnostic à la hache : Drulac fait une dépression. Le rejet de l’école n’est pas la cause de la dépression, ce n’est que la manifestation d’une dépression plus profonde. Arrêter l’école ne résoudra rien.

Ce qu’il dit sur la course à pied est intéressant… Courir à pied est un moyen d’évacuer un mal intérieur … mais ça ne guérit rien.

+3 -0

Il est evident que cette decision est peu souhaitable.

Comme ca a ete dit plus haut, tu devrais donc tres probablement consulter pour que quelqu’un t’aide a "survivre" ces quelques annees de lycee, plutot que de capituler.

Avec l’experience, tu te rendras compte que les problemes que tu rencontres resurgissent tant que tu ne les regle pas, surtout les problemes de cet ordre.

Fuir n’est pas une solution, seulement une maniere de retarder l’echeance. Dans tous les cas, une decision aussi delicate ne doit pas etre prise seule.

+1 -0

Bon, puisque le débat que Drulac voulait éviter est relancé, mettons-y notre grain de sel :-° . Ce sera bien sûr sur des points de détails, sans quoi notre message aurait une utilité certaine, ce qui dépasserait de loin l’entendement.

Et c’est là que je rejoints puissamment elegance (pour une fois) : il te faudrait un suivi par un psychologue. Ou mieux : par un psychiatre. Et je ne veux absolument pas dire que tu as une quelconque "maladie" mentale ou quoi que ce soit de ce genre. Mais les psy ne sont pas là que pour diagnostiquer des schizophrènes et mettre des gens sous camisoles (sauf les très mauvais :( ). Un psychiatre pourrait t’aider à réfléchir à ta condition actuelle et à trouver une voie qui te satisferait tout en prenant moins de risques.

rezemika

Ce n’est pas parce qu’un psychiatre est médecin que c’est forcément mieux, hein. En vérité, le psychologue le plus adapté pour ces types de situation, eh bien… ce sont les Conseillers d’Orientation Professionnel, que Drulac voit déjà. Tant que j’y suis, d’ailleurs : @Drulac, que te dis ton COP sur la situation actuelle et sur ton choix ?
Après, vu la force de ce qui est vécu, un autre suivi peut-être nécessaire, mais je m’étonne que le COP n’en ait pas parlé. Après, privilégier un psychiatre à un psychologue, je vois mal la pertinence de la chose.
Mais traçons un trait définitif sur le psychanalyste, ’fectivement : ça ne t’aidera pas pour ce sujet-là, ni psychologiquement, ni économiquement :-°

  • Premièrement, le fait d’être HQI (Haut Quotient Intellectuel) est handicapant, car cela apporte aussi une autre perception du monde, et parfois même une pensée arborescente. Et dans notre société, être différent, c’est juste la pire chose qu’on puisse être.
  • Enfin, le « papa de l’internet » a fait une superbe vidéo à ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=Eo8YOtldEcI.
rezemika

Encore une fois, il s’agit d’un point de détail, mais je suis en fort désaccord. Détruisons là, comme Holosmos l’entendait, l’équivalence souffrance ↔ intelligence/précocité/HQIcité . On peut être malheureux à l’école/dans la société sans être HQI ou au contraire, être indubitablement HQI sans être malheureux en cours 1 . La vidéo que tu cites ne fait que soutenir cette équivalence et flatter le narcissisme histrionique de tout un chacun ("Oh là là, je suis tellement intelligent, je suis tellement malheureux"). Tout ça tient de l’heuristique de pensée, de l’idée reçue, rien d’autre.


  1. J’en ai croisé, c’est désespérant ces spécimens-là >_< … 

Édité par Dwayn

Très occupé ces temps-ci. Laissez un MP si besoin

+4 -0

On est obligé de faire des diagnostics à l’emporte pièce. Tout ce que dit Drulac fait penser à une dépression. Conclure que c’est une dépression est bien évidemment hâtif, mais c’est la règle d’un forum.

elegance

Justement, on ne dispose que de quelques morceaux d’information, évitons donc de lancer des mots lourd de sens comme « HQI », « dépression » ou autre sans le moindre fondement et, surtout, sans être des personnes habilitées pour poser ce genre de diagnostics.

Conseiller une personne de s’entourer et de demander conseil c’est une bonne chose, lui balancer mille maux dont elle pourrait souffrir en est une bien moins bonne.

Aussi, soit dit en passant : de grâce et par pitié, arrêter les phrase du type « la vie c’est … » ou « la vie ce n’est pas … », il n’y a rien de plus horrible comme argument d’autorité. La vie, d’après le CNRTL, c’est : « [le] fait de vivre ; ensemble des phénomènes et des fonctions essentielles se manifestant de la naissance à la mort et caractérisant les êtres vivants. ». Si vous sortez de cette définition, vous ne définissez plus la vie, mais de quelle manière vous entendez qu’elle doit être vécue. Vous donnez donc une opinion et non une vérité.

Édité par Taurre

#JeSuisArius

+7 -0

Non. Tu estimes que tu ne peux plus. D’où notre conseil que tu ailles consulter, parce que ce sont le genre de choses que des professionnels de santé peuvent mieux analyser que toi.

Holosmos

Sans vouloir dire, je pense ici que tu vas trop loin. Nous ne connaissons pas Drulac, nous n’avons pas une vision d’ensemble de son vécu, de ses craintes, de ses souffrances et de son environnement. Nous ne pouvons pas dire s’il est bon ou non qu’il quitte l’école et si son état lui permet ou non de poursuivre sa scolarité actuelle.

Le diriger vers un suivi médical et/ou psychologique et/ou d’orientation scolaire est à mon sens louable, mais tu ne peux de mon point de vue pas lui imposer de certitude de ce type sans le connaître.

On va se gener. Non, il n’est pas bon qu’il quitte l’école. S’il le fait, c’est un échec scolaire.

Et avoir des "souffrances" a ce point, qui lui empêche de suivre une scolarité normale, c’est très probablement pathologique. C’est pas un diagnostic, c’est une constatation.

EDIT :

Vous donnez donc une opinion et non une vérité.

Bien que ce sont des opinions et pas des vérités. Tu connais la verite toi ?

Tu es en droit de penser qu’il faut de la modération et de la comprehension dans ce cas. C’est ton droit. Mais devant une décision aussi extrême, on peut aussi réagir avec force, pour essayer de lui faire comprendre ses erreurs. C’est notre droit.

Mythe du lycéen qui croit qu’après 30-35h de travail il n’a plus de temps. Faudrait que tu ouvres un peu les yeux sur la quantité de gens qui travaillent et s’occupent plus de 60h par semaine.

Holosmos

Idem ici, si tu considère que travailler 60 heures par semaine est normal, grand bien t’en fasse, ce n’est en revanche pas mon point de vue. Par ailleurs, peut-être souhaite-t-il réaliser beaucoup d’activités en dehors de son travail, ce qui requiert une large plage de temps réservée.

Holosmos a dit "qui travaillent et s’occupent plus de 60h par semaine", pas "travaillent 60h". Beaucoup ont une vie après le boulot et font des activités. Cela amène à plus de 60h d’activités dans la semaine. Qu’un lycéen avec 25h de cours (d’après son blog) n’a plus le temps de rien faire, c’est un peu abusé.

Bref, je pense qu’il serait bon d’éviter les certitudes et les arguments d’autorité.

Taurre

Il fait une connerie et il va en chier toute sa vie a cause de cela. C’est une certitude. (non, je ne lis pas l’avenir. C’est juste une tres tres tres forte probabilité).

Ce n’est pas parce qu’un psychiatre est médecin que c’est forcément mieux, hein. En vérité, le psychologue le plus adapté pour ces types de situation, eh bien… ce sont les Conseillers d’Orientation Professionnel, que Drulac voit déjà. Tant que j’y suis, d’ailleurs : @Drulac, que te dis ton COP sur la situation actuelle et sur ton choix ?
Après, vu la force de ce qui est vécu, un autre suivi peut-être nécessaire, mais je m’étonne que le COP n’en ait pas parlé. Après, privilégier un psychiatre à un psychologue, je vois mal la pertinence de la chose.

Dwayn

Si c’est une dépression (= une maladie) et pas simplement un état dépressif, il faut probablement un complément médicamenteux au traitement. Et avant de voir un psychologue, il faut écarter le diagnostic de dépression. Donc psychiatre.

@Drulac

Un moment donné, il faut commencer à assumer. Tu veux faire une connerie. Personne (ni nous, ni ta mère) ne pouvons t’en empêcher. Ca va bousiller ton avenir, mais c’est ta vie. Tu cherches la solution de facilité, sans réfléchir à la suite. Comme on te l’a dit, c’est une fuite. En attendant de quitter l’école, tu fais quoi ? Tu en sembles même pas commencer à réfléchir à la suite.

Tu attends quoi comme réponse en venant sur ce forum ?

Édité par gbdivers

Pour poser des questions ou simplement discuter informatique, vous pouvez rejoindre le discord NaN.

+2 -0

Ce n’est pas parce qu’un psychiatre est médecin que c’est forcément mieux, hein. En vérité, le psychologue le plus adapté pour ces types de situation, eh bien… ce sont les Conseillers d’Orientation Professionnel, que Drulac voit déjà.

En effet, je voulais juste dire qu’étant médecins, ils ont peut-être plus d’expérience et de solutions à proposer. J’avoue que je me suis vraiment mal exprimé, j’ai écris ça quand il était deux heures du mat’, j’aurais dû me relire. :-°

Encore une fois, il s’agit d’un point de détail, mais je suis en fort désaccord. Détruisons là, comme Holosmos l’entendait, l’équivalence souffrance ↔ intelligence/précocité/HQIcité . On peut être malheureux à l’école/dans la société sans être HQI ou au contraire, être indubitablement HQI sans être malheureux en cours.

En effet, mais je ne parlais d’équivalence. Je disais juste que malaise + HQI = lien probable entre les deux = on sait le pourquoi du malaise. Je n’ai pas dit HQI = malaise, et encore moins malaise = HQI. Aussi je suis d’accord avec le fait qu’on puisse être HQI et heureux, ou malheureux et non-HQI.

La vidéo que tu cites ne fait que soutenir cette équivalence et flatter le narcissisme histrionique de tout un chacun

Comme je le disais juste au dessus, je ne parlais pas d’équivalence. Cette vidéo était bien sur à prendre au second degré. Toujours est-il que notre société est très excluante pour ceux qui sont différents, etcette vidéo tente justement de souligner cela avec du 2nd degré.

Mais comme tu le dit toi-même, nous nous écartons du sujet initial, et le débat semble se relancer. Il serait peut-être sage de l’arrêter ?


Edit :

Si c’est une dépression (= une maladie) et pas simplement un état dépressif, il faut probablement un complément médicamenteux au traitement. Et avant de voir un psychologue, il faut écarter le diagnostic de dépression. Donc psychiatre.

Euh, là tu va un peu loin à mon avis. Oui, voir un psychologue ne peut être que bénéfique, ne ce serait-ce que pour l’aider à réfléchir à ce sujet. Mais nous ne sommes pas là pour juger de son état psychologique, émotionnel ou mental, et heureusement d’ailleurs.

"Les accidents dans un système doivent se produire, mais il n’est pas obligatoire qu’ils produisent pour vous et moi." Laurence Gonzales - Deep Survival

+0 -0

Oh pardon, j’ai cru que j’étais sur Zeste de Savoir. Pas Doctissimo…

Sérieusement les gens, conseiller de parler avec un psychologue est une chose utile (et je l’invite d’ailleurs à le faire car ceux-ci ont eu des cas similaires et peuvent donc poser les bonnes question), commencer à parler de traitement médicamenteux en est une autre, et elle est beaucoup moins utile.

Tout le monde a donné un avis construit, si Drulac ne veut pas le suivre, s’il ne fait pas une introspection, ce n’est pas à nous de le "sauver". C’est sa vie.

Il a le droit de quitter l’école, mais Drulac, je ne partirais pas tant que je n’aurais pas un plan A, B, C et F sérieusement. Commences déjà à chercher du travail, si tu comptes quitter les cours. C’est ton avenir qui est en jeu, il faut un peu plus que "je me casse et puis je verrais bien".

Édité par Arius

Assez occupé IRL — MP au besoin. Je ne mords pas (toujours)

+11 -0

On va se gener. Non, il n’est pas bon qu’il quitte l’école. S’il le fait, c’est un échec scolaire.

gbdivers

Qu’en sait-on ? Qui sommes-nous pour dire quelle est la meilleure solution dans sa situation ?

Et avoir des "souffrances" a ce point, qui lui empêche de suivre une scolarité normale, c’est très probablement pathologique. C’est pas un diagnostic, c’est une constatation.

gbdivers

La constatation, ce sont les souffrances, pas la pathologie.

Holosmos a dit "qui travaillent et s’occupent plus de 60h par semaine", pas "travaillent 60h".

gbdivers

Dans ce cas, je retire ce que j’ai dit plus haut.

Il fait une connerie et il va en chier toute sa vie a cause de cela. C’est une certitude. (non, je ne lis pas l’avenir. C’est juste une tres tres tres forte probabilité).

gbdivers

Le fait qu’il prenne une décision maintenant (dans un sens ou dans l’autre) ne signifie pas qu’elle est irrévocable ou définitive, ni qu’elle va décider du restant de son existence.

Tu attends quoi comme réponse en venant sur ce forum ?

gbdivers

Sur ce point, je te rejoins totalement.

#JeSuisArius

+1 -0

Euh, là tu va un peu loin à mon avis. Oui, voir un psychologue ne peut être que bénéfique, ne ce serait-ce que pour l’aider à réfléchir à ce sujet. Mais nous ne sommes pas là pour juger de son état psychologique, émotionnel ou mental, et heureusement d’ailleurs.

rezemika

Oui, justement, on ne peut pas "juger" de son état émotionnel ou mental, si c’est une dépression ou autre chose. Seul un médecin peut faire ce diagnostic et ecarter une depression.

C’est pas un diagnostic de ma part, c’est justement le contraire : un aveu d’impossibilité de faire un diagnostic (parce que je ne suis pas médecin et que l’on ne fait pas de diagnostic via internet).

Oh pardon, j’ai cru que j’étais sur Zeste de Savoir. Pas Doctissimo…

Sérieusement les gens, conseiller de parler avec un psychologue est une chose utile (et je l’invite d’ailleurs à le faire car ceux-ci ont eu des cas similaires et peuvent donc poser les bonnes question), commencer à parler de traitement médicamenteux en est une autre, et elle est beaucoup moins utile.

Arius

Je ne sais pas comment ca se passe du Doctissimo. Mais quelqu’un vient en expliquant qu’il souffre et a des problèmes sociaux graves. Lui conseiller de voir un médecin, ce n’est pas aller trop loin. Ne pas le faire revient au final à faire nous même un diagnostic de non-depression (et quand on dit "tu as besoin de voir un psychologue et pas un médecin", c’est bien un diagnostic que l’on fait).

EDIT :

La constatation, ce sont les souffrances, pas la pathologie.

Taurre

C’est ce que j’essaie de dire : on ne peut pas dire "ce n’est pas pathologique". Parce que dire cela, c’est un diagnostic, ce que l’on ne peut pas faire. Donc, je suis d’accord avec toi, on ne constate pas la pathologie. Mais ce n’est pas a nous non plus de l’exclure.

Édité par gbdivers

Pour poser des questions ou simplement discuter informatique, vous pouvez rejoindre le discord NaN.

+2 -0

Le fait qu’il prenne une décision maintenant (dans un sens ou dans l’autre) ne signifie pas qu’elle est irrévocable ou définitive, ni qu’elle va décider du restant de son existence.

Taurre

Si elle n’est pas irrevocable ni definitive, elle va tout de meme etre tres difficilement rattrappable.

On peut toujours se couper un bras en esperant qu’il repousse, mais bon…

+1 -0

Je ne sais pas comment ca se passe du Doctissimo. Mais quelqu’un vient en expliquant qu’il souffre et a des problèmes sociaux graves.

gbdivers

Pardon, j’ai mis en gras le passage qui me dérangeait. Drulac semblait justement plutôt à l’aise niveau strictement social, c’est au niveau de l’apprentissage qu’il a plus de mal. Cependant, je conçois qu’il est plus facile de ranger les personnes dans des cases pré-existantes (problèmes d’apprentissage = misanthrope = HQI sans doute), mais c’est assez loin de la réalité.

Édité par Dwayn

Très occupé ces temps-ci. Laissez un MP si besoin

+1 -0

Je suis tombé sur l’article de Drulac concernant son temps libre, je vais le commenter un peu car je pense quand même qu’il y a un soucis :

Plus 2h20 de trajets par semaines. Plus 5 heures de trous ou je ne peux rien faire…

Tu dis que tu ne peux rien faire à ces moment-là, en es-tu vraiment sûr ? Même en conduisant chaque matin pour aller au boulot, ou en attendant le bus je m’occupais. Je liais des trucs sur le net, j’écoutais des podcasts, des conférences ou des trucs qui détendent. Tu dis que tu n’as pas le temps pour réfléchir à ton avenir, à un plan B, pourtant tu as 7h de temps que tu ne mets pas du tout à profit alors que tu peux largement le faire à ces moment là.

J’ai augmente le nombre d’entrainements que je fait par semaine. Je fait maintenant en moyenne 5h a 7h de course par semaine.

Tu fais beaucoup de sports, peut être trop pour un amateur. La recommandation étant de 2.5-3h par semaine. Déjà tu peux rentabiliser ce temps en réfléchissant sur ton avenir ou en écoutant des choses (la radio, des podcasts ou des confs). Tu pourrais aussi dégager quelques heures pour faire autre chose à la place.

J’ai commence les lecons de conduite ce qui me prend 2h a 4h par semaines. N’ayant pas encore le code de la route, cela me prend encore 4h par semaines en plus.

Comme tu dis que tu n’y vas plus, on peut supposer que ce temps là est récupéré ?

Le rythme scolaire etant la, je switch plus souvent entre chez mes deux parents (qui sont divorces), ce qui ajoute environ 3h par semaines de perdu en trajet.

Et tu fais quoi pendant ce temps là ? Rien ? Tu pourrais faire quelque chose.

De plus, cet emploi du temps bien charge genere pas mal de fatigue. Il faut bien se detendre, c’est pour ca que je cours plus(+). Etant habitue a dormir peu, je carbure a 6h30 de sommeil en moyenne par nuit en ce moment, a voir sur le long terme

Je pense qu’à ton stade le sport supplémentaire n’est pas nécessaire, qu’il vaudrait mieux que tu fasses quelque chose qui te plaise (ça détend aussi) ou dormir (ça repose mieux que le sport).

Une semaine faisant 168h, il me reste encore un peu moins d’une cinquantaine d’heures par semaines de libre.

Ce qui est un nombre plutôt cohérent étant donné que tu dors peu et que tu travailles relativement peu (étant au début du lycée). Pour te dire, je perds plus de temps en trajet quotidien que toi (c’est 45 minutes le trajet, 10 fois par semaine), je travaille plus que toi (40h par semaine plutôt que 25-29h) et je parviens à sortir voir des amis, lire de la doc, regarder des films / séries confs, coder et avoir une activité associative et même faire du sport. Et étant adulte, je dois gérer la paperasse aussi ce qui prend aussi du temps.

Bref, tu as du temps libre, mais apparemment tu l’exploites assez mal. Et je pense que cela est un des principaux problèmes que tu as, il serait bien que tu parviennes à tenter de le résoudre autrement qu’en dégageant les 29h de l’école, que tu utiliserais mal à priori. En tout cas tu as largement le moyen de consolider ton plan A, B, C et autres rapidement… Fixe toi des priorités aussi, il est plus urgent pour toi de savoir comment résoudre cette situation que de coder ou de faire du sport à l’intensité que tu souhaites pour le moment.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora. #JeSuisArius

+11 -0

Je ne sais pas comment ca se passe du Doctissimo. Mais quelqu’un vient en expliquant qu’il souffre et a des problèmes sociaux graves.

gbdivers

Pardon, j’ai mis en gras le passage qui me dérangeait. Drulac semblait justement plutôt à l’aise niveau strictement social, c’est au niveau de l’apprentissage qu’il a plus de mal. Cependant, je conçois qu’il est plus facile de ranger les personnes dans des cases pré-existantes (problèmes d’apprentissage = misanthrope = HQI sans doute), mais c’est assez loin de la réalité.

Dwayn

Je te l’accorde, le "sociale" est de trop.

Le reste, a propos de misanthropie et HQI, j’ai pas compris le rapport. Mais osef.

Pour poser des questions ou simplement discuter informatique, vous pouvez rejoindre le discord NaN.

+1 -0

@Renault : argumenter le fait qu’il est possible de trimer pendant 40h par semaine et de gérer ses papiers, sortir avec ces potes, faire des trucs, etc. seulement en parlant de ta propre expérience, ça me paraît un peu fallacieux. Ce n’est pas parce que tu en es capable que tout le monde en est capable.

+0 -0

Ce n’est pas parce que tu en es capable que tout le monde en est capable.

Cela n’a pas de sens. Le temps étant le même pour tout le monde, chacun peut dans le même laps de temps faire des choses similaires, à moins d’avoir des différences fortes intellectuellement ou physiquement parlant pour certaines activités. S’il y a 50h de dispo par semaine, il peut réfléchir à son avenir. C’est évident. Il en a le temps visiblement.

Le problème vient manifestement d’un problème d’organisation (ne pas mettre à profit le temps disponible qui semble impossible à exploiter) et de priorité (quand tu penses à ton avenir, certains loisirs doivent être mis en suspend, question de logique).

Accuser le manque de temps c’est se tromper de problème et trouver un bouc émissaire à ses soucis. Et cela ne résout rien. D’autant que si en 50h de temps dispo dans la semaine il ne peut raisonnablement réfléchir à une solution à son avenir, les 30h libérées par l’école ne seront apparemment pas suffisantes.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora. #JeSuisArius

+3 -1

Le fait qu’il prenne une décision maintenant (dans un sens ou dans l’autre) ne signifie pas qu’elle est irrévocable ou définitive, ni qu’elle va décider du restant de son existence.

Taurre

Si elle n’est pas irrevocable ni definitive, elle va tout de meme etre tres difficilement rattrappable.

Ramsey

Je plussois. C’est dangereux de dire que ce n’est pas irrévocable. Effectivement on peut trouver une suite de "si…" pour trouver une porte de sortie mais la vérité est que partir de l’école à 16 ans provoquera l’absence d’étude supérieur possible dans 99% des cas.

Rien que le fait de vouloir passer le bac en candidat libre, on est a moins de 50% d’y arriver :

En 2013, 49 % des candidats libres ont décroché leur bac selon le ministère de l’Education nationale, contre 86,8 % des candidats scolarisés.

l’etudiant

rajoutons qu’il est pas dans sa dernière année (bosser 2 ans et demi seul c’est dur), que le bac n’est pas une fin en soit, que la majorité des études sup. le refuserons car triant sur dossier, etc.

Donc oui on peut probablement trouver des gens qui ont réussi mais quitter le lycée maintenant est très probablement une sanction irrévocable.

+5 -0

Je suis tombé sur l’article de Drulac concernant son temps libre, je vais le commenter un peu car je pense quand même qu’il y a un soucis

Merci, je ne l’avais même pas vu et je me dois de le commenter aussi.

C’est la rentree. En seconde ca me fait 29h de cours par semaines. Plus 2h20 de trajets par semaines. Plus 5 heures de trous ou je ne peux rien faire… Il faut encore ajouter environ 40min de devoirs par semaines. Ajouter a cela 45minutes pour se preparer le matin, fois 4 jours. Ca fait deja 40h de prise par semaine a cause de la rentree.

En seconde et première j’avais 38h de cours par semaine. J’avais 2h30 de trajets par jour. Tous les midis j’avais 1h30, dont 1h où je ne faisais rien. Je me levais à 5h45 et rentrais chez moi à 19h30, j’étais obligé de dormir à moitié dans le bus. Pour tout te dire j’en ai même fait une amnésie temporaire tellement c’était infernal. Alors oui je ne faisais pas mes devoirs, faute de temps, mais pour les 40min que tu fais j’estime que ça ne compte pas.

Au passage, je précise aussi qu’actuellement en Master, à part les heures de cours, je subis les mêmes contraintes (excepté le midi qui est maintenant à 2h) et pourtant je m’en sors très bien. J’ai du boulot monstre à faire pour le temps qui m’est accordé, et pourtant ça se passe.

Oui c’est mon cas personnel, en attendant je souhaite que tu ne puisses dormir 4h par nuit pendant deux ans pour voir ce que ça fait. 40h de prises par semaine, tu peux t’estimer clairement heureux de ne pas avoir plus, parce que c’est franchement que dalle.

+10 -1
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte