La solitude impacte-t-elle votre productivité semi-/professionnelle ?

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Salut,

Au niveau de vos projets persos et/ou professionnels, constatez-vous une baisse de productivité dont vous appréhendez l’origine première comme étant due à la solitude avant/pendant le(s) confinement(s) ?

Cette baisse de productivité ayant comme origines dérivées, durant votre temps de travail (perso et/ou pro) : au lieu de travailler, vous constatez une baisse de la concentration, un besoin de vous évader dans votre imaginaire, de marcher en rond dans la pièce, besoin de se divertir en jouant, ou encore de tchatter avec des gens… (liste non-exhaustive).

Globalement, l’ensemble de ces causes dérivées et la baisse de productivité en elle-même pourraient s’appeler d’une autre façon : perte de motivation.

Bref suis-je le seul à me reconnaître dans ce descriptif ou s’agit-il plutôt d’un mal-être partagé ? Au fond, mon topic sur les outils permettant de construire son réseau d’amis était probablement destiné à pallier ce manque de relations sociales.

PS : et ça me culpabilise vis-à-vis de mes collègues de travail (projets pros) et vis-à-vis de moi-même/famille (projets persos). Idem : cette sensation de culpabilité est-elle partagée ou suis-je le seul dans cette communauté à l’éprouver ?

Édité par HerbeQuiBenchEtSquat

+0 -0

La solitude impacte-t-elle votre productivité semi-/professionnelle ?

Oui.

Et j’observe chez mes collègues une plus grande susceptibilité, en particulier (moi y compris).

Je pense qu’on attend tous avec impatience que tout ça se termine.

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+5 -0
Auteur du sujet

La solitude impacte-t-elle votre productivité semi-/professionnelle ?

Oui.

Et j’observe chez mes collègues une plus grande susceptibilité, en particulier (moi y compris).

Je pense qu’on attend tous avec impatience que tout ça se termine.

Gabbro

heureusement que les vacances de Noël approchent, t’as pris des JDC ? :magicien:

+0 -0

Oui, comme tout le monde. :D Surtout que ma boite fait les congés du 1er janvier au 31 décembre, donc il faut tout liquider pour Noël. Mais c’est pas dit du tout que j’aille en famille cette année.

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+0 -0

Salut ! Oui, c’est pareil pour moi, je n’ai plus aucune motivation et j’envisage sérieusement d’abandonner mon master. Les cours sur Zoom sont irréalistes, impossibles à suivre. Et le gouvernement a bien montré tout le mépris qu’il avait pour les étudiants dans sa procédure de déconfinement. La « dernière étape » est annoncée pour le 15 janvier, mais les universités réouvriront 15 jours plus tard. Toutes les enquêtes sur la santé mentale des étudiants montrent que le confinement a des effets très anxiogènes et dépressiogènes, et pourtant, on passe « après les derniers »…

"Les accidents dans un système doivent se produire, mais il n’est pas obligatoire qu’ils produisent pour vous et moi." Laurence Gonzales - Deep Survival

+2 -0

Salut ! Oui, c’est pareil pour moi, je n’ai plus aucune motivation et j’envisage sérieusement d’abandonner mon master. Les cours sur Zoom sont irréalistes, impossibles à suivre. Et le gouvernement a bien montré tout le mépris qu’il avait pour les étudiants dans sa procédure de déconfinement. La « dernière étape » est annoncée pour le 15 janvier, mais les universités réouvriront 15 jours plus tard. Toutes les enquêtes sur la santé mentale des étudiants montrent que le confinement a des effets très anxiogènes et dépressiogènes, et pourtant, on passe « après les derniers »…

rezemika

Les témoignages que j’ai vus qui parlent d’étudiants en train de craquer, c’était surtout les universités qui faisaient n’importe quoi (certains avec des cours visio de 8h à 20h, par exemple).

EDIT : c’est un exemple sur ce que j’ai vu passer, je me demande s’il y a des études approfondies. Moi le distanciel m’arrange mais parce que mes cours sont nuls et que je préfère ne pas les suivre chez moi que ne pas les suivre dans une salle de classe.

Édité par Phigger

+0 -0

Au niveau de vos projets persos et/ou professionnels, constatez-vous une baisse de productivité dont vous appréhendez l’origine première comme étant due à la solitude avant/pendant le(s) confinement(s) ?

Cette baisse de productivité ayant comme origines dérivées, durant votre temps de travail (perso et/ou pro) : au lieu de travailler, vous constatez une baisse de la concentration, un besoin de vous évader dans votre imaginaire, de marcher en rond dans la pièce, besoin de se divertir en jouant, ou encore de tchatter avec des gens… (liste non-exhaustive).

HerbeQuiBenchEtSquat

Oui, à cause de l’isolement mais aussi la disparition d’à peu près toutes les activités. C’est dur et usant de rester concentré et de se motiver à faire des choses (sur le temps professionnel comme personnel) sans avoir de quoi se rafraîchir les idées.

Mais non, les besoins que je ressens seraient de me livrer à des activités qui sont pour le moment impossibles (aller au cinéma, sortir prendre un verre), donc en attendant je n’ai juste envie de rien.

Et c’est aussi un ressenti que j’ai entendu de plusieurs personnes. Donc non, je ne me sens pas coupable de cette baisse de motivation (enfin un peu vis-à-vis de mes contenus en cours d’écriture sur le site, mais tant pis).

Édité par entwanne

Au niveau de vos projets persos et/ou professionnels, constatez-vous une baisse de productivité dont vous appréhendez l’origine première comme étant due à la solitude avant/pendant le(s) confinement(s) ?

HerbeQuiBenchEtSquat

Projets pros pas tant que ça. Au contraire, j’ai tendance à prendre des heures sup' pour tenter de satisfaire le maximum de clients qui sont tous à crans en cette période de fin d’année. Puis c’est intéressant.

En revanche pour mes projets persos et ma vie quotidienne, c’est pas ouf … si je dois résumer mon weekend : Cyberpunk 2077. En faite, j’ai envie de jouer, rien d’autre ; c’est triste. Pas envie de sortir (en plus il peut), pas envie d’appeler des gens (hormis ma famille) et je vais peut-être coder un truc perso pendant une heure ou deux avec ThinkerView ou Role’N Play en tâche de fonds puis plus rien. J’avoue que cette période est très néfaste, tout le monde je pense arrive au même conclusion (exprimé également dans ce fil) : faut que ça se finisse. On se vaccine et roule ! On oubli cette histoire, on passe à autre chose ! :3

Tant de choses, tant de vies, tant de possibilités.

+0 -0

Salut ! Oui, c’est pareil pour moi, je n’ai plus aucune motivation et j’envisage sérieusement d’abandonner mon master. Les cours sur Zoom sont irréalistes, impossibles à suivre.

rezemika

Je suis en première année de DUT Mesures Physiques, j’éprouve la même chose que toi en ce moment… Je passe 8h de cours devant un ordinateur à essayer de travailler mais en ne faisant rien car j’en suis incapable… J’ai pensé comme toi à abandonner, mais je m’accroche à l’idée que ça ne vas pas durer…

le gouvernement a bien montré tout le mépris qu’il avait pour les étudiants dans sa procédure de déconfinement.

Je suis entièrement d’accord avec toi, depuis quelques années ils font n’importe quoi avec l’enseignement. Déjà la réforme des lycées est une idiotie qui semble former à la fois des élites et des incultes, mais pas des gens entre les deux (le cultivé).

Il semble que je fais parti de la «génération covid», celle qui a eu son bac sans le passer, qui accède à l’enseignement supérieur avec plus de lacunes et qui aura un diplôme universitaire peu significatif…

+0 -0

@Orage : ce que tu décris, pour moi ce n’est pas (entièrement) la faute du gouvernement. Les enseignants doivent aussi s’adapter aux conditions du distanciel, et j’en vois pas mal ne pas le faire du tout. Si tu fais 8h/jour en visio, alors c’est que tes enseignants n’ont fait aucune adaptation.

+1 -0

@Phigger C’est vrai, on travaille beaucoup. Mais d’une certaine façon si on faisait moins alors notre diplôme serait fortement incomplet et ça c’est très problématique je trouve… :(

Après, c’est peut-être aussi à ceux qui nous dirigent d’assumer de prendre des directives qui vont dans le sens des étudiants et de leurs études plutôt qu’aux profs. Après tout, c’est leur métier de prendre des décisions. Et puis en soi les profs sont payés pour faire des heures et je comprends qu’ils les fassent tant qu’il n’y a rien qui leur permet d’alléger le nombre.

Je pense très franchement que nos dirigeants sont fautifs. Même en prenant tout le recul que je peut, il n’y a qu’eux qui peuvent concrètement agir.

+0 -0

@Orage : il faudrait surtout changer énormément la façon d’enseigner à distance, notamment en passant à un système désynchronisé. Moins (beaucoup moins) d’heures en visio pour donner des sujets d’exercices et plutôt se rendre disponible pour répondre aux questions des étudiants. Et je rappelle que c’est le boulot des enseignants la pédagogie, et des universités de modifier leur façon de travailler pour s’adapter.

+1 -0

Si ça peut aider à relativiser, pense aux handicapés, aux gens qui ont de graves problèmes de santé, qui sont à la rue ou surendettés, qui doivent travailler jour et nuit pour faire survivre leur entreprise, ceux qui vivent dans des zones de conflits…

C’est sûr, le confinement a des conséquences néfastes, mais ça m’agace un peu la tendance générale au désespoir et à la pleurnicherie, "le confinement va me tuer". Faut arrêter un peu de passer son temps à se plaindre contre des événements contre lesquels on ne peut rien, et qui ont un impact quand même très limité. Pour l’immense majorité des gens ça reste très confortable au quotidien, on a largement ce qu’il faut en moyens de communication pour lutter contre la solitude, et ce n’est l’affaire que de quelques mois avant que la vie redevienne normale. Si vos seuls soucis sont de ne pas pouvoir aller au cinéma ou boire un verre avec vos amis, prenez un peu sur vous les gens.

Si pendant que tu travailles tu as envie de tourner en rond ou de jouer, c’est peut-être simplement car ton boulot ne t’intéresse pas assez pour lutter contre les distractions en télé-travail.

Édité par anonyme

+2 -9

@Orage : il faudrait surtout changer énormément la façon d’enseigner à distance, notamment en passant à un système désynchronisé. Moins (beaucoup moins) d’heures en visio pour donner des sujets d’exercices et plutôt se rendre disponible pour répondre aux questions des étudiants. Et je rappelle que c’est le boulot des enseignants la pédagogie, et des universités de modifier leur façon de travailler pour s’adapter.

C’est très facile à dire, beaucoup plus difficile à organiser à une échelle d’université et surtout sur des groupes potentiellement disparate. Ce que tu proposes me rappelle un peu une espèce de pseudo classe inversée. On avait mis ça en place pour des étudiants de master il y a quelque temps (bien avant le confinement). Ça avait plutôt bien marché, mais on parlait d’un groupe minuscule (5 personnes), donc il est facile de répondre effectivement aux questions sans que ça prenne des plombes, et surtout les étudiants étaient bons et motivés (donc les questions reçues étaient intéressantes pour l’enseignant !). Il y en a un dans le tas avec qui ça n’avait pas marché, parce qu’il avait trop de lacunes d’années précédentes et s’est découragé. Maintenant imagine ça sur un groupe disparate de 200 personnes qui viennent tout juste d’avoir le bac, qui sont pour certains isolés dans une piaule avec peu de moyens et d’espace, et loins de leurs proches pour la première fois de leur vie. Pas sûr que ce soit substantiellement mieux que des cours classiques virtuels. Et tu aurais pas mal d’étudiants qui se plaindraient de ne pas avoir de "vrais" cours (si j’étais mauvaise langue, je parierais qu’il y aurait un fort recoupement avec ceux qui se plaignent maintenant d’en avoir trop d’ailleurs :-° ).

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+3 -0

@adri1 : je proposerais de mixer un peu, mais de pas mal réduire la proportion de cours classiques en distanciel parce que ça ne me semble vraiment pas adapté en plus je trouve d’être déprimant. Mais je pense que dans tous les cas il y a vraiment un problème d’adaptation au distanciel, avec des cours qui n’ont absolument rien changé à leur façon d’être réalisés.

+0 -0

Si pendant que tu travailles tu as envie de tourner en rond ou de jouer, c’est peut-être simplement car ton boulot ne t’intéresse pas assez pour lutter contre les distractions en télé-travail.

Society

Personnellement mon boulot m’intéresse et je pratiquais déjà le télétravail quotidien avant les confinements. Ça marchait bien parce qu’en dehors de ça je sortais quand je voulais et voyais des gens, je ne me contentais pas de tourner en rond chez moi.
La situation actuelle n’est donc pas comparable, et la baisse de concentration/motivation n’est pas liée à un désintérêt hypothétique dans son travail.

Mais bon, faut prendre un peu sur soi…

avec des cours qui n’ont absolument rien changé à leur façon d’être réalisés.

Tu n’as vraiment pas la moindre idée de l’effort organisationnel énorme que ça prend déjà de faire ça. Faut l’infrastructure et le matériel informatique qui suit, s’assurer d’équiper les étudiants démunis. Faut revoir les procédés d’évaluation (c’est ultra-chronophage), comment faire des séances d’exos et des travaux pratiques à distance. Faut adapter le contenu. Le volume d’email explose aussi. C’est chronophage.

Tout ça, c’est invisible côté étudiant et tu te dis sûrement "oui bon, il est gentil le prof là, mais il allume juste zoom et fais la même chose, c’est nul". C’est faux, et c’est vraiment très très facile de dire "il suffit de mixer un peu, et pour moi c’est déprimant les cours à distance". Tu crois que c’est marrant de donner un cours avec 30 carrés noirs et de parler dans le vide ? :-° C’est pénible pour tout le monde, et je t’assure qu’à part certains cas pathologiques, il y a tout un effort en arrière plan que tu ne vois pas pour assurer la continuité des cours. Ajouter par dessus une restructuration complète du format des cours est simplement trop, il n’y a que 24 h dans une journée. J’ai même pas parlé de la recherche tu noteras.

Édité par adri1

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+5 -0

Je ne sais pas ce qu’il en est réellement des autres formations, mais je peux t’assurer que non, les cours que je suis ne voient pas de changement (à part l’annulation des visites de terrain, qui sont pas une grande perte). Le prof a le même diapo, et fait le même cours (et ils se sont pas préoccupés du matos des étudiants, il y en a un qui ne pouvait pas suivre les cours au début et mon responsable n’était même pas au courant - promoe de 28 étudiants). Sur les évaluations, j’ai un module où ça a changé. Mais j’ai peut-être un cursus un peu particulier, et c’est vrai que notamment j’ai pas de matière "vraiment" scientifique, pas d’exercice d’application. Mais quand on me dit qu’on maintient 8h de cours en visio tous les jours, ça ne me semble pas normal.

Pour ce qui est de la déprime chez les profs, ça c’est aussi un vrai sujet, nos profs récurrents ont tendance à déprimer aussi, on essaye de mettre nos caméras au moins en début de cours maintenant pour les aider là-dessus ^^

EDIT : je suis peut-être trop critique parce que j’en ai marre des cours nazes de mon master, tu as raison sur le fait que je ne sais pas ce qu’il se passe réellement en coulisses

Édité par Phigger

+0 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte