Comment devenir millionnaire ?

ou plus modestement, comment faire fructifier son argent...

a marqué ce sujet comme résolu.

Reprise du dernier message de la page précédente

KFC, tes placements en bourses pendant tes études, on peut savoir avec quelle genre de sommes tu les as faites ?

Holosmos

Et aussi quels produits et stratégies ? C'est ce qui nous intéresse dans ce topic.

Looping

Petit héritage de quelques milliers d'euros (moins de 10k). J'ai réussi à contracter des prêts auprès de membres de ma famille à taux zéro mais comission fixe, avec reconnaissance de dette in fine sur 10 ans max. J'ai investi ensuite dans diverses OPCVM avec différents degrés de risque (la diversification étant faite au niveau de l'OPCVM en général) en étant sur à +95% de ne pas pouvoir perdre plus que mon héritage moins les commissions, ce qui me permettait de toute manière de rembourser les prêts.

En procédant de la sorte, j'ai une effet de levier intéressant, assez peu de risque du fait de la double agrégation de risque (au niveau de chaque OPCVM qui est évaluée par la banque) et à un niveau plus global par mes soins. Cela m'a donné des rendements pas dégueulasses supérieurs à 6%.

Mais en réalité, j'ai surtout eu pas mal de chances parce que j'ai acheté en masse des MBS polonais libellés en franc suisse, qui ne valaient rien juste après 2008, puisque pour rappel, les subprimes sont des ABS / MBS. Sauf que J'ai dégagé de très grosses plus valus dessus pour deux raisons:

  • la peur du MBS s'est vite estompée devant les performances économiques de la Pologne par rapport à la zone euro et la stabilité du franc suisse et donc grosse évaluation des titres.
  • Juste après que la Suisse ne décide subitement de supprimer le cours plancher du franc, la valeur de ce dernier explose par rapport au zloty et donc le cours du titre également.

J'ai vendu juste avant que le soufflé ne retombe en comprenant que des défauts allaient voir le jour côté emprunteurs.

Plus d'info

l'économie n'est pas un jeu à somme nulle il faut bien avoir ça en tête, savoir placer son argent et avoir des notions d'économie ça peut rapporter sans pour autant prendre du pognon à quelqu'un d'autre.

Ca c'est dans la théorie. Dans la pratique, si tu fais des grosses plus-values sur le marché du secondaire et que tu les matérialises, il y a peu de chance que cela ait été fait en finançant l'économie réelle, pas de hausse de la composante marchande ou de service du PIB et donc tu auras forcément lésé quelqu'un, directement ou indirectement.

Et on ne fait pas vraiment fortune en achevant sur le marché du neuf des Bons du Trésor ou des Bons de Trésorerie.

Édité par KFC

« Kommunist Fried Chicken » | Macroeconomics: Three decades of intellectual regress

+2 -0
Auteur du sujet

Je suis ce sujet et je trouve les discussions très intéressantes, sauf que je n'y connaît pas grand chose. Vous auriez des liens pour s'informer sur les bases de la finance personnel ? Tout ce que est investissement, placement, intérêt, etc.

tleb

Il y a le site La finance pour tous qui a pour but de répondre à cet objectif.

Ça m'intéresserait bien de mettre la main sur cette littérature, si tu as des titres de documents qui te viennent à me conseiller, je suis preneur !

Voici un article sympa du blog de Captain Economics ! Au delà de l'explication basique l'article contient pas mal de réf vers les articles académiques pour ceux qui veulent en savoir plus ! Le blog contient pas mal d'autres articles sur la finance que ça soit d'un point de vue théorique ou pratique et l'auteur à fait son mémoire de M2 sur l’efficience du Forex.

Sinon il me semble bien que cet ouvrage contient une très belle explication sur l'évolution de la finance d'un point de vue théorique (de Bachelier à l'après Black-Scholes). Le reste de l'ouvrage est aussi intéressant et propose une approche de la finance très différente de ce qu'on l'habitude de faire les économistes ou le grand public.

Édité par Demandred

“Your manuscript is both good and original. But the part that is good is not original, and the part that is original is not good.” Samuel Johnson

+3 -0

L'article de Captain Economics est sympa mais il oublie un truc fondamental sur la difficulté à trancher entre Schiller et Fama : par hypothèse, toute déviation du marché sera corrigé rapidement via des opportunités d'arbitrages. On considère généralement qu'elles arrivent en temps nul.

Autrement dit, c'est le serpent qui se mord la queue puisque Fama va te dire : voila la preuve de l'efficience du marché, il rentre en ordre en temps (quasi-)nul. De l'autre Schiller va pouvoir te dire : tient, une existence d'OA est la preuve d'une déficience de marché.

C'est plus devenu un débat sémantique entre économistes qu'un vrai sujet de finance parce que les OAs existent belles et bien et savoir si c'est une rupture théorique ou non ne change pas les modèles qui font l'hypothèse qu'elles n'existent pas par approximation (ils y a toujours des types qui vont profiter des bonnes occasions très rapidement et ainsi faire disparaître ces opportunités).

Par ailleurs, l'hypothèse AOA est essentielle pour garantir l'intérêt même de l'existence des marchés financiers : l'existence et l'unicité de la mesure de probabilité risque-neutre. C'est à dire qu'il n'y a pas de prime pour le risque. Sans cela, exit l'évaluation des titres vu que sans, il n'y a pas de garanti que deux portefeuilles ayant la même valeur à une date $t$ futur aient la même trajectoire à tout instant intermédiaire. Et donc c'est l'anarchy in the UK.

Une introduction très claire se trouve ici. Je pense vraiment que dans le cadre de la finance, il faut oublier l'économie classique qui ne nous apprend rien en pratique, et notamment parce que les outils des marchés financiers se foutent à peu près des hypothèses sous-jacentes et sont très performatifs.

« Kommunist Fried Chicken » | Macroeconomics: Three decades of intellectual regress

+2 -0
Dead

Les boites qui bossent dans l'énergie renouvelable n'ont d'intérêt que par les montagnes de subventions qu'elles reçoivent, mais en dehors de ça l'arnaque est fabuleuse et jamais personne ne deviendra millionnaire en investissant là dedans… Autant se payer des actions Total.

+1 -3

Ce genre de business fonctionne comme une taxe sur les gens qui n'ont pas les moyens d'investir dans les énergies renouvelables. La seule raison de leur rentabilité exceptionnelle apparente vient de l'obligation de rachat imposé à EDF. Voir ici.

Sans cette obligation, EDF rachèterait l'électricité au même prix qu'elle le produit. Rappelons qu'en France, c'est une grosse majorité nucléaire, avec un complément principalement hydraulique. Est-ce que ce tarif serait suffisant ? La cours des comptes et la commission de régulation de l'énergie nous disent que non.

Donc qui paie pour cette différence ? Et bien tous les consommateurs, à travers la CSPE. En 2015, elle était fixée à 19.5€ par MWh, dont la très grande majorité servait à racheter de l'électricité renouvelable. Voir les chiffres exacts par ici. On peut remarquer que cette contribution seule est déjà plus élevée que le coût de production de l'énergie hydraulique.

Donc en gros, oui, ça peut être rentable, en ponctionnant l'argent des gens qui ne peuvent pas investir dans ce genre de montages. Heureusement les choses changent, doucement en Allemagne, à 65% en Angleterre et complètement en Norvège par exemple.

Bref, tu peux te faire de l'argent. Pas beaucoup, et en prenant aux pauvres pour donner aux riches. Et j'ai fait un hors sujet, mais je voulais prendre un peu de temps pour expliquer la remarque de Mr Phacochère.

Auteur du sujet

Et sinon que penser du crowdfunding (financement participatif) ? Pensez-vous que ce mode de financement puisse devenir prépondérant ?

Par exemple :

Le financement participatif en capital, aussi appelé equity crowdfunding, permet une prise de participation en actions dans les entreprises financées et une rétribution financière via les dividendes et la plus-value potentielle réalisée (exemples :Smartangels, Investir99, Anaxago, SparkUp, Wiseed, Raizers, Sowefund). Les investisseurs deviennent alors actionnaires. Ces plates-formes donnent accès au plus grand nombre à l'investissement dans les PME non cotées, à l'instar des réseaux de business angels. L'avantage majeur de l'equity crowdfunding est de permettre à des créateurs d'entreprise de lever des fonds très rapidement, étant donné le fort attrait que représente ce moyen de financement pour les investisseurs. Il permet également d'investir dans des entreprises qui auront un impact direct sur l'économie locale, de développer son réseau en rencontrant des entrepreneurs dynamiques.


Sauriez-vous où trouver des placements ou équivalents qui permettent des taux meilleurs que les 2 % que j’ai actuellement tout en permettant facilement de s’assurer que je ne fiance pas des industries que je cherche à éviter lors de mes achats ?

Gabbro

Gabbro, toi qui cherchais des investissements éthiques, peut-être est-ce un mode d'investissement qui peut t'intéresser ?

Le financement en royalties, aussi appelé royalty crowdfunding, permet un investissement en vue d’une contrepartie financière, sans dilution du capital. Le porteur de projet verse chaque trimestre aux investisseurs un pourcentage de ses revenus pendant 3 à 5 ans. Ce mode de financement est particulièrement adapté pour des levées de fonds en amorçage de 20 000 à 100 000 €.

Aujourd’hui, en France, seulement deux plateformes proposent ce mode de financement : We do good, dédiée aux projets à impact positif, et My Pharma Company, spécialisée dans la santé.

Édité par Looping

Et sinon que penser du crowdfunding (financement participatif) ? Pensez-vous que ce mode de financement puisse devenir prépondérant ?

C'est un truc qui fait le buzz et se développe mais je doute que ça devienne réellement prépondérant. Une banque est d'ailleurs un crowdfungind indirect : elle collecte l'épargne des individus et l'oriente vers des gros projets rentables. Les gros projets ont besoin de plusieurs millions de $ (voir milliards) pour se financer, c'est impossible de financer ça directement via l'appel a des particuliers et bien trop complexe à gérer.

Le crownfunding est bien dans une phase d’amorçage d'une activité, quand on n'a pas accés au financement bancaire. Ou pour de petites activités. Mais dès qu'on dépasse des petits volumes ça devient peu adapté.

“Your manuscript is both good and original. But the part that is good is not original, and the part that is original is not good.” Samuel Johnson

+0 -0

En effet. Jolie liste. Je ne connais que Wiseed parmi ceux que tu cites (plus de nom qu'autre chose). Je vais aller voir ce que donne les autres. En particulier les deux derniers, qui ressemblent plus à des obligations qu'à des actions à vu de nez (ce que je préfère personnellement – c'est comme ça que j'avais entendu parler de Wiseed, ils proposent des obligations de coopératives).

Après, ce reste des investissement risqués, il faut en être conscient.

À Demandred, les millions, pas encore, mais les 400 à 500 k€ sont régulièrement atteints.

Édité par Gabbro

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+0 -0
Ce sujet est verrouillé.