Licence CC BY-NC-SA

La géographie, une approche pour comprendre le monde qui nous entoure

Présentation d'une discipline trop méconnue

Dernière mise à jour :

« Il est bien difficile, en géographie comme en morale, de connaître le monde sans sortir de chez soi. » disait Voltaire. Il est vrai que la géographie est une discipline bien trop méconnue du grand public, ou souffrant de nombreux préjugés.

Je vais vous parler d’une discipline que je pratique depuis le début de l’année à la fac, bien que j’aie déjà eu des notions plus ou moins vagues pendant mes années de primaire et de secondaire1.

La géographie, dans sa version moderne, est une discipline relativement récente par rapport aux mathématiques ou à la biologie, même si on la retrouve à l’état embryonnaire chez les Grecs. En effet, ces derniers pratiquaient déjà la géologie, c’est-à-dire l’étude de la Terre. C’est d’ailleurs l’astronome Ératosthène qui inventa ce terme.

Le géographe, le nez dans les livres ? (ClipArt ETC License, etc.usf.edu)

Aujourd’hui, on a une image assez démodée de la géographie. On imagine le géographe avec une longue barbe2, assis devant son bureau en train de dessiner des cartes, connaissant sur le bout des doigts toutes les villes, les chaînes de montagnes, les océans et les plaines du monde. Lorsque dans le livre Le Petit Prince3 le célèbre héros rencontre le Géographe, ce dernier définit sa discipline de la sorte :

Ce n’est pas le géographe qui va faire le compte des villes, des fleuves, des montagnes, des mers, des océans et des déserts. Le géographe est trop important pour flâner. Il ne quitte pas son bureau. Mais il y reçoit les explorateurs. Il les interroge, et il prend en note leurs souvenirs. Et si les souvenirs de l’un d’entre eux lui paraissent intéressants, le géographe fait faire une enquête sur la moralité de l’explorateur. […] Les géographies, dit le géographe, sont les livres les plus précieux de tous les livres. Elles ne se démodent jamais. Il est très rare qu’une montagne change de place. Il est très rare qu’un océan se vide de son eau. Nous écrivons des choses éternelles.

Cette vision est extrêmement réductrice : elle limite le champ de la discipline à seulement un peu de géologie, de toponymie4 et de cartographie. Cependant, si on prend au sens strict la définition de la géographie, on peut la définir comme l’étude de l’organisation et de l’utilisation de l’espace. Une notion qui, en soi, englobe les activités humaines.

La géographie comporte un enjeu fort : en effet, elle marque l’étendue des territoires. Jusqu’au XIXème siècle, les cartes servaient principalement à l’armée : où attaquer ? Quid des obstacles ? Il y avait une question de défense du territoire. La géographie sert aussi à marquer des frontières. On peut donc en imaginer l’usage fait par les nationalistes.


  1. Non sérieusement, c’est une vaste blague la géographie au lycée, rien à voir avec la fac ! 

  2. Bon, OK, de nombreux grands géographes sont barbus, et alors ? 

  3. Le fameux roman d’Antoine de Saint-Exupéry. Pour anecdote, il est dans le domaine public partout dans le monde, sauf en France ! 

  4. Étude des noms propres désignant un lieu. 

Présentation de la discipline

Quelques grands géographes

Élisée Reclus

Élisée Reclus, un des plus grands géographes de l’histoire (domaine public, Nadar)

Elisée Reclus, grand géographe du XIXème siècle, était un anarchiste, et se considérait comme citoyen du monde1. Il a rédigé sa Nouvelle Géographie Universelle, constituant 19 tomes, décrivant avec précision la géographie humaine et physique. Cette encyclopédie était réputée plus neutre que les autres ouvrages de son époque et est considérée comme une référence dans le domaine. Je vous conseille particulièrement de lire le tome 2, qui traite de la France.

Vidal

Paul Vidal de La Blache, encore un autre barbu… (domaine public, Wikimedia)

À l’aube du XXème siècle, Paul Vidal de La Blache, un autre grand géographe, développe le concept de géographie descriptive, consistant en une description des paysages et de la nature. Il était un fervent défenseur de la géographie, considérée comme un simple décor de l’histoire à cette époque. Il est considéré comme celui qui a renouvelé la géographie française. En effet, suite à la défaite française face à la Prusse en 1871, beaucoup de personnes issues des milieux mondains accusèrent les généraux d’être ignorants en géographie. Cette ignorance ayant coûté la défaite, il fallut enseigner aux jeunes Français la géographie pour pouvoir gagner les guerres. Paul Vidal de La Blache est à l’origine des nombreuses cartes (anciennes de nos jours) que l’on peut retrouver au fond des salles de classe.

La géographie descriptive est décrite de la manière suivante par Pierre Deffontaines :

Cette nouvelle géographie donna à l'homme non pas seulement une connaissance du monde mais une méthode pour connaître ; science de l'observation, elle apprit à voir. Tant de gens ne savent pas voir, non pas parce qu'ils ont de mauvais yeux, mais parce qu'ils ont une attention nonchalante qui ne sort de sa torpeur que devant les choses extraordinaires ; on ne voit que l'anormal, l'exceptionnel, les monstruosités ; c'est un des grands préjugés sur lequel est bâti notre système d'observation ; les livres-guides ne nous invitent-ils pas à remarquer seulement les rochers fantastiques, les monuments étonnants, les cascades les plus hautes ?… et l'on en donne avec soin les chiffres-records. Il se crée une mentalité-guide qui associe étrangement le beau au rare. Ce qu'on néglige de remarquer, c'est précisément le plus important, ce qui est typique et trace comme le grand fond de tableau : le paysage classique, la maison typique, la vie profonde, la beauté intime. Le géographe a cet amour secret du terroir, cette esthétique et cette poésie spéciale qui découvrent tous ces faits menus et nombreux dont l'ensemble forme le paysage et la vie de chaque coin de terre…

Dans les années 1960, Pierre George, un géographe sous influence marxiste, décide de réorganiser l’espace français. C’est grâce à ce dernier que la géographie devint une science sociale.

Dans les années 1970-80, la géographie se modernise et se tourne de plus en plus vers les activités humaines : comment organiser l’espace pour les hommes (et la nature) ? Ainsi, on vit apparaître la géographie analytique, basée sur la quantification, et la géographie sociale qui étudie « l’espace vécu » du quotidien, avec la géographie de la santé par exemple.

La cartographie, élément de base du géographe

La cartographie est l’outil de base du géographe. Néanmoins, celui-ci a évolué au fil du temps. Son principe est simple : représenter, de manière subjective (on ne peut pas tout représenter, il faut forcément faire des choix) et de manière conventionnelle (un ensemble de pictogrammes, couleurs, etc.) un lieu avec un rapport à réduction sur une surface plane.

Bien sûr, il est extrêmement difficile de représenter une surface en trois dimensions (la Terre est une sphère imparfaite) en une surface plane. On va donc utiliser des projections. Il en existe pour cela plusieurs types, avec pour chacun leurs défauts et leurs avantages. Parmi ces types de projection, la projection de Mercator est dite conforme : elle conserve les mesures angulaires. De ce fait, si on prend une valeur sur un globe et qu’on la reporte sur la carte, cela est identique. Mais cela pose un problème : les pôles sont plus grands que l’équateur. Ce type de projection est utilisé par les marins.

Mercator

On voit sur cette carte une projection de Mercator. Grâce aux indicateurs de déformation de Tissot, on peut remarquer une déformation (domaine public, Wikimedia)

Pour y remédier, les géographes ont décidé d’utiliser une autre méthode : la projection de Peters. Les continents sont déformés, mais on retrouve les proportions. Ainsi, saviez-vous que le Groenland a la même taille que l’Algérie ?

Peters

La projection de Peters (domaine public, Wikimedia)

La cartographie avait différents objectifs. Ainsi, le roi Louis XIV voulant mieux connaître son territoire, demanda à Cassini de cartographier la France. Il en résulta les fameuses cartes Cassini. Ces cartes avaient des reliefs imprécis, néanmoins on peut constater une juste représentation des distances.

Cassini

Versailles, par Cassini (domaine public)

Au XVIIIème siècle, l’armée se rendit compte du potentiel des cartes. Des cartes d’État major furent dessinées, avec une représentation juste du relief : elles avaient pour but de mieux représenter le terrain pour savoir quelle stratégie utiliser.

Suite à la Seconde Guerre Mondiale, l’IGN succède au Service Géographique de l’Armée. C’est donc elle qui gère la cartographie de la France. Sa mission a évolué, et elle s’occupe tant de la cartographie des forêts (pour l’ONF) que des cartes de randonnée ou des cartes routières.

De nos jours, la cartographie est partout. Dans votre GPS, sur les prospectus, etc. Il existe même une base de données libre se voulant être une alternative à Google Maps : OpenStreetMap.

Comment raisonne un géographe ?

La géographie est une discipline vaste : elle passe des sciences physiques (géologie, climatologie) aux sciences sociales (géopolitique, aménagement du territoire, économie). On peut donc dire que c’est un ensemble hétéroclite de disciplines. Ce qui les relie, c’est le mode de raisonnement : l’approche spatialisée. On raisonne dans l’espace, et non pas en fonction de celui-ci.

En géographie, on change énormément d’échelles. L’échelle, c’est le rapport de diminution entre la réalité et la représentation papier d’une carte. On passe d’une ville à un pays, par exemple. Ce qui est vrai à une échelle n’est plus vrai à une autre. Un exemple simple : Si on regarde le réseau ferroviaire espagnol, on voit une centralisation vers Madrid. Ce qui n’est plus vrai à l’échelle européenne.

Il y a une approche spatiale : quelles sont les relations, quels sont les flux entre les différents territoires ? On peut prendre l’exemple de la diffusion du jazz. En étudiant sa diffusion à travers le monde, on peut s’apercevoir que le jazz est plus implanté à l’Ouest de l’Europe qu’à l’Est, cela à cause du rideau de fer ayant séparé l’Europe occidentale et l’Europe sous domination soviétique jusqu’en 1989.

Un autre cas d’étude particulièrement intéressant est celui de l’hypercentralisme de Paris par rapport à la France. On remarque des relations entre la capitale et la province bien différentes de celles observées en Allemagne avec son modèle fédéral (et encore avant du Saint-Empire Germanique et sa structure éclatée).

À travers ces exemples, on remarque plusieurs règles de raisonnement : une approche pluri-scalaire, une étude des spécificités de chaque espace, et la notion de problématique, qui force à trouver des solutions à des paradoxes. Un exemple de paradoxe est l’usage concurrent du territoire : l’urbain et l’agricole. En étudiant les différents usages, on s’aperçoit qu’ils sont complémentaires ! Cela affine notre raisonnement : rien n’est manichéen. Un des plus grands piège est le déterminisme : il faut toujours lutter contre les idées reçues. Tout phénomène est multifactoriel.

déterminisme : « Qualité des systèmes, des processus dont l’issue ne dépend que des conditions initiales. » (Wiktionary) pluri-scalaire : en prenant compte différentes échelles.


  1. Un géographe qui veut supprimer les frontières, c’est un beau symbole, non ? 

Pourquoi le géographe est indispensable ?

Les enjeux de la géographie

Comme vous l’aurez sûrement compris, la géographie traite des relations entre les hommes et leur territoire. Il y a donc des enjeux forts : l’aménagement du territoire par exemple.

Un espace est perçu et représenté par les sociétés. Cela peut être de différentes manières totalement opposées. Prenons un exemple simple : les friches.

On retrouve de nombreuses friches agricoles en France. Pour les agriculteurs, ces friches sont signe de déclin. En effet, cela revient à dire que la terre n’est plus cultivée, ce qui signifie un abandon.

Au contraire, les friches agricoles peuvent être valorisées. Ainsi, des artistes font des œuvres d’art dans des friches industrielles. Les friches historiques (les ruines) ont une valeur patrimoniale et marquent le temps qui passe.

L’exemple des friches peut vous sembler anecdotique. Il y a d’autres exemples : la localisation du territoire du grand hamster d’Alsace remet en cause la construction d’une autoroute. Il y a derrière ceci de nombreux enjeux : écologique, en cherchant à protéger le hamster, mais aussi social, le projet de l’autoroute désengorgerait le centre-ville de Strasbourg (des camions allemands notamment). Il n’y a pas UNE solution. Un changement d’échelle permettrait de voir les différentes problématiques, et de peser le pour et le contre de chacune des solutions, voire de proposer une solution nouvelle satisfaisant tout le monde. Bref, allier la carpe et le lapin.

Face à ces nombreuses représentations peuvent naître des tensions au sein de la société, les « pros » et les « antis ». Ces rapports orientent les politiques, dans le sens d’organisation, de la gestion économique et sociale d’un territoire. L’enjeu du géographe est donc important : il aide à déterminer le cadre de vie dans lequel des personnes vivent, en trouvant le bon compromis.

Deux citations de Sylvie Brunel sur les enjeux que doit affronter le géographe :

La géographie, c’est une littérature humaniste appliquée à l’espace. Science molle par opposition aux sciences dures ? Non, science tout court, mais science empathique et luxuriante, qui nous explique, jour après jour, pourquoi, face aux menaces et aux risques qui sont brandis sans cesse au-dessus de nos têtes, il ne faut jamais désespérer. Mais agir ensemble, au contraire, au service de l’humanité.

La réalité est toujours beaucoup plus nuancée que les représentations qu’elle suscite. Traiter de la question des biocarburants suppose de connaître les situations locales, le type de plantes cultivées, la condition des paysans, le statut de la terre, les filières agricoles… trop d’éléments beaucoup trop complexes pour le temps de cerveau disponible. C’est pourtant à ça que sert la géographie : appréhender la complexité du monde, réhabiliter la notion de territoire, l’ancrage des sociétés humaines dans des espaces physiques spécifiques. La géographie, ça sert d’abord à faire la paix. Et à accepter l’altérité.

La géographie lycéenne et la géographie universitaire : deux mondes opposés !

La géographie lycéenne est quelque chose que je trouve très rustre : elle s’approche de la géographie de nos grands-parents. Vous savez, cette géographie où vous devez apprendre par cœur toutes les capitales, fleuves, etc. On n'apprend pas (trop) à réfléchir, c’est énormément d’absorption de connaissance. De plus, je la trouve énormément déterministe : on ne donne généralement qu’un seul facteur. Cela, comme démontré précédemment, est faux. Je trouve dommage qu’on donne une vision trop simpliste du monde à nos lycéens. Cela les dégoûte de la géographie. Par exemple, on dit souvent que le Royaume-Uni est isolé car de forme insulaire. Cela est faux, ils ont été au contact d’autres peuples. Un autre cas est de dire que la montagne est peu peuplée, car les conditions de vie sont difficiles : cela est faux. En effet, il suffit de regarder l’Himalaya : une population nombreuse y est établie. Ce qui est vrai à un endroit n’est pas forcément vrai à un autre.

Je ne veux pas dire qu’un système est meilleur que l’autre, de plus la durée des cours n’est pas comparable, mais donner une vision simpliste est à mon sens dommageable. Mais je pense que cela doit être aussi vrai en maths et dans les autres sciences.

Présentation du programme et de la professionnalisation

La géographie universitaire : une grande diversité

Chaque université choisit son propre programme, je pense que cela doit être vrai dans toutes les disciplines. Cela dépend énormément des professeurs et de leurs spécialités.

Néanmoins, on retrouve de nombreux points communs dans les programmes. Je peux citer en vrac :

  • l’étude de la démographie ;
  • l’étude de la géographique physique (glaciologie, géologie, climatologie, hydrologie, biogéographie, etc.) ;
  • l’étude des aires culturelles (Asie, Afrique, etc.) et des espaces socio-économiques (Union européenne, la France) ;
  • l’étude de la ruralité et de l’urbanisme ;
  • l’étude de la géopolitique ;
  • l’étude de la cartographie (humaine, physique, topographique, etc.) ;
  • l’informatique appliquée à la géographie (étude de données, SIG, etc.).

Tout le programme dépend vraiment des professeurs, et je vous recommande de lire les programmes sur les différents sites des universités. Les deux premières années de licences sont généralistes et on commence à se spécialiser en troisième année.

Quels débouchés ?

Généralement, on a coutume de dire que faire géographie débouche de manière systématique vers l’enseignement au collège et au lycée. Cela n’est pas entièrement vrai ! En effet, selon vos choix, vous pouvez :

  • travailler dans l’enseignement : il faut passer un CAPES ou une agrégation pour devenir professeur ;
  • travailler dans la recherche : il faut passer une thèse et vous serez un chercheur ;
  • travailler dans l’administration en tant que technicien territorial ou ingénieur territorial ;
  • travailler dans l’aménagement : le tourisme, les stations de sports d’hiver, l’agriculture, l’environnement, la gestion des ressources (la gestion de la répartition de l’eau par exemple), l’urbanisme ;
  • travailler dans la cartographie : vous pouvez dessiner des cartes (pour les journaux, les collectivités locales, pour les entreprises de prospection minière, dans la gestion des risques, etc.).

En somme, le géographe va se poser toujours la même question : pourquoi l’espace est organisé d’une telle manière ? Cela a des répercussions concrètes : l’aménagement des villes, les corridors écologiques, les politiques d’aménagement du territoire, les conflits territoriaux, l’économie (comment faire cohabiter une activité avec une autre est une question typique).

Au final, c’est une discipline riche. Non, le géographe n’est pas (tout le temps) le nez dans des cartes (même si c’est drôle !). C’est un jonglage entre les sciences de la Terre et les sciences humaines. Bref, quelque chose de passionnant !

XKCD

Tiré du XKCD n°1472.

Pour approfondir

Vous voulez approfondir cette discipline ? Voici quelques ouvrages :

  • Dictionnaire de géographie, de Pascal Baud, collection initiale, Hatier (Fnac) ;
  • La collection La nouvelle géographie universelle, de Élisée Reclus (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19) ;
  • La Terre à vol d’oiseau, de Onémisme Reclus (Gallica).

26 commentaires

Super article ! Par contre, je ne suis pas d'accord avec ta description de la géographie enseignée au Lycée. Ça dépend peut-être des professeurs mais personnellement je n'ai pas eu à apprendre les noms de capitales ou fleuves par coeur (enfin, cette année, c'est-à-dire en seconde) et ça se rapproche assez de celle que tu décris en université (sûrement en moins complet bien sûr).

Médicament flemmard aux pul(p)sions imprécises. “Don’t wait for the perfect moment. Take the moment and make it perfect.”

+2 -0

Pour moi, la vraie question est : pourquoi est-ce que dans le secondaire, histoire et géographie sont systématiquement mélangés ? On se retrouve avec des profs géographes que l'histoire fait chier et des profs historiens que la géographie fait chier (ceux qui aiment les deux sont très rares). De fait, ton article ne fait que confirmer à quel point ces disciplines n'ont rien à voir et à quel point je n'aime pas la géo. ^^

Sinon, corrections orthographiques.

  • bien que j’aie déjà eu des notions
  • un des plus grands géographes de l’histoire
  • un simple décor de l’histoire à cette époque
  • Cette ignorance ayant été le prix de la défaite -> soit « Cette ignorance ayant coûté la défaite », soit « La défaite ayant été le prix de cette ignorance », sinon, ça n'a pas de sens.
  • (Wikitionnary) -> soit « Wiktionnaire » (en français) soit « Wiktionary » (en anglais).
  • Comme vous l’aurez sûrement compris
  • Il y a derrière ceci de nombreux enjeux : écologique, en cherchant à protéger le hamster, mais aussi social : le projet de l’autoroute désengorgerait le centre-ville de Strasbourg -> deux deux-points dans une même phrase, ça va pas.
  • La collection La nouvelle géographie universelle -> « La collection » ne doit pas être en italique.

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+3 -0
Staff

Pour moi, la vraie question est : pourquoi est-ce que dans le secondaire, histoire et géographie sont systématiquement mélangés ? On se retrouve avec des profs géographes que l'histoire fait chier et des profs historiens que la géographie fait chier (ceux qui aiment les deux sont très rares). De fait, ton article ne fait que confirmer à quel point ces disciplines n'ont rien à voir et à quel point je n'aime pas la géo.

On mélange ces deux cours en France ? (vraie question)

Super article ! Par contre, je ne suis pas d'accord avec ta description de la géographie enseignée au Lycée. Ça dépend peut-être des professeurs mais personnellement je n'ai pas eu à apprendre les noms de capitales ou fleuves par coeur (enfin, cette année, c'est-à-dire en seconde) et ça se rapproche assez de celle que tu décris en université (sûrement en moins complet bien sûr).

Situphen

En effet, j’ai un peu forcé le trait. Mais je me rappel avoir apprit toutes les capitales européennes…

Pour moi, la vraie question est : pourquoi est-ce que dans le secondaire, histoire et géographie sont systématiquement mélangés ? On se retrouve avec des profs géographes que l'histoire fait chier et des profs historiens que la géographie fait chier (ceux qui aiment les deux sont très rares). De fait, ton article ne fait que confirmer à quel point ces disciplines n'ont rien à voir et à quel point je n'aime pas la géo. ^^

Sinon, corrections orthographiques.

Dominus Carnufex

Certains détracteurs de la géographie disent que cette discipline n'est que le décor de l'histoire. Mais la géographie se nourrit de l'histoire. Un exemple bête : comment expliquer, en plus de l'attrait du paysage, de l'abondance des anglais dans le sud-ouest français ? Par l'histoire. Mais je pense que ces deux matières sont couplés à cause du modèle de l'école de la III république, et que c'est un héritage. Cela dit, dans mon cursus, j'ai 3h30 d'histoire (mais ça me déplaît pas, au contraire ^^).

J'ai envie de dire : l'histoire, c'est la géographie du passé et la géographie de l'histoire du présent.

Pour les fautes, je vais corriger ;)

édit : merci Arius pour la correction :)

Édité

écolo-utopiste altermondialiste radicalisé sur Internet | La tero estas nur unu lando. PA SHS La géo c’est cool, la carto aussi !

+0 -0

Super article ! Par contre, je ne suis pas d'accord avec ta description de la géographie enseignée au Lycée. Ça dépend peut-être des professeurs mais personnellement je n'ai pas eu à apprendre les noms de capitales ou fleuves par coeur (enfin, cette année, c'est-à-dire en seconde) et ça se rapproche assez de celle que tu décris en université (sûrement en moins complet bien sûr).

Situphen

En effet, j’ai un peu forcé le trait. Mais je me rappel avoir apprit toutes les capitales européennes…

C'est vrai qu'au collège on apprend beaucoup de nom par coeur, d'où surement ton souvenir. Mais au lycée, il y a plus de réflexion et moins de par coeur.

J'ai envie de dire : l'histoire, c'est la géographie du passé et la géographie de l'histoire du présent.

Je suis du même avis.

Médicament flemmard aux pul(p)sions imprécises. “Don’t wait for the perfect moment. Take the moment and make it perfect.”

+0 -0

Merci pour cet article bien sympa qwerty.

Par contre, moi qui suis au secondaire, je ne me souviens pas d'avoir eu à apprendre des noms par cœur. Par contre c'est vrai que je trouves un peu absurde que le prof d'histoire soit le même que le prof de géo et surtout d'instruction civique. Autant les deux premières matières sont plus où moins liées, autant l'instruction civique, je ne vois pas …

J'ai envie de dire : l'histoire, c'est la géographie du passé et la géographie de l'histoire du présent.

Je suis du même avis.

Situphen

Alors c'est que vous connaissez très mal l'histoire, tous les deux. ^^ Ça peut venir du fait que (comme pour la géo), l'histoire du supérieur n'a rieeeen à voir avec l'histoire du secondaire. Qui à mon sens n'est pas de l'histoire mais de la chronologie.

En fait, « la géographie du passé », ça existe, et ça s'appelle la géographie historique. Qui n'est qu'une des nombreuses spécialités de l'histoire. Pour utiliser ta propre définition de la géo, l'approche spatialisée est à peu près absente en histoire : la plupart du temps, on se sert de la géographie pour borner une zone d'étude, parce qu'on ne peut pas tout étudier d'un coup, mais ça ne va pas plus loin. De même, la géographie joue un rôle dans les événements historiques, mais ce n'est qu'une composante parmi de nombreuses autres.

Je suis tenté de dire que si la géographie s'attache à décrire l'organisation de l'homme et de ses activités, l'histoire s'attache à mettre en lumière les dynamiques évolutives, quelles que soient les situations de départ et d'arrivée. Pas du tout la même approche, donc…

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+2 -0

L'approche est la même, en fait (d'après les discussions avec mes profs d'histoire). En gros, l'un étudie à différentes échelles spatiales, et l'autre à différentes échelles temporelles (pour expliquer les dynamiques). D'ailleurs Dominus, tu es en fac d'histoire ?

écolo-utopiste altermondialiste radicalisé sur Internet | La tero estas nur unu lando. PA SHS La géo c’est cool, la carto aussi !

+0 -0

Très intéressent tout ça. Sans compter que l'informatique a offert de nouvelles perspectives dans l'évolution de la géographie. On peut réaliser des statistiques, visualiser l'évolution d'une maladie, évaluer les épicentres où de vilains virus informatiques se propagent, positionner des tweet par pays, identifier l'origine des recherches pour connaître le taux de popularité d'un site internet par rapport à une région du monde et puis bien évidement donner la position géographique d'un possesseur de téléphone qui utilise une application. On peut aussi citer au plus demeurant, la météo qui depuis toujours utilise des cartes interactives pour donner raison au chat qui se passe la patte derrière les oreilles … :D

Si vous êtes intéressé par le pacifique, je vous conseille de consulter les ouvrages de Grégoire Louis Domeny de Rienzi (1789-1843) disponible sur Google Books en libre service. Cherchez "Océanie ou cinquième partie du monde".

Merci pour ton article. :) A mon sens, ça résume bien la géographie.

Tant de choses, tant de vies, tant de possibilités.

+0 -0

Excellent article ! Merci pour les diverses adresses libristes contenues dans l'article.

90% of teens today would die if Facebook was completely destroyed. If you are one of the 10% that would be laughing, copy and paste this to your signature.

+0 -0
Staff

Salut,

Quelques coquilles :

  • "La cartographie, élément de base du cartographe" > du géographe non ?
  • "On voit sur cette carte une projection du Mercator." > de Mercator
  • "cartes de randonnées" > de randonnée
+0 -0
Banni

Un géographe qui veut supprimer les frontières, c’est un beau symbole, non ? Absolument pas, supprimer les frontières est un concept moderne, ça n'a rien a voir a voir avec la géographie. C'est une idéologie politique déconnectée des réalités historiques et géographiques. Ça n'a rien de "beau", c'est même assez laid. Élisée Reclus avait justement cette idée anarchiste de fin des nations, mais c'est totalement subjectif, idéologique. Plus tard la géographie radicale a repris le flambeau d'une politique partiale de la géographie.

La géographie politique (géopolitique) devrait se contenter d'expliquer le pourquoi du comment de la formation des peuples, des empires et des nations en fonction de la géographie, des climats et des topographies et pas essayer de partir du réel pour s'envoler vers un idéalisme de citoyens du monde. S'il existe des frontières, c'est pour des raisons historiques et géographiques. Ce qu'on vous apprend en cours ce n'est pas de comprendre l'Histoire par la géographie mais de créer l'Histoire à partir de la géographie dans un but totalement idéologique et abstrait : la disparition des Nations au profit d'un magma d'interactions humaines au niveau mondial. Inutile de dire que je trouve ça assez dégoutant, mais c'est probablement mon nationalisme exacerbé qui s'exprime ici.

+0 -7

Alors c'est que vous connaissez très mal l'histoire, tous les deux. ^^ Ça peut venir du fait que (comme pour la géo), l'histoire du supérieur n'a rieeeen à voir avec l'histoire du secondaire. Qui à mon sens n'est pas de l'histoire mais de la chronologie.

Mouais, l'histoire au lycée n'a rien de chronologique (ou alors on n'a pas suivi le même programme). Pour moi une chronologie c'est une succession d'étapes et d'évènements, sans forcément un lien entre eux, que tu te dois d'apprendre. Ça c'est l'histoire enseigné au primaire et début collège, fin collège et durant le lycée les liens entre les évènements prédominent sur les dates à retenir, on t'apprend à répondre à des problématique à partir du contexte dans lequel l'évènement a eu lieu et tirer partie justement du passé antérieure à ce contexte pour expliquer pourquoi cela s'est déroulé ainsi.

En tout cas, au bac d'histoire, même en S, connaître les dates et les évènement ne suffisent pas pour avoir la moyenne… Mais je veux bien croire qu'au supérieur c'est encore plus profond que ça, comme pour toute autre matière en fait (le supérieur est rarement une continuité du lycée).

S'il existe des frontières, c'est pour des raisons historiques et géographiques.

C'est certains, mais est-ce que ces raisons sont encore d'actualité ? Il suffit de regarder les frontières en Afrique/Moyen-Orient qui ont été dessinées à la règle par les européens sans tenir compte de la réalité du terrain, se préoccupant uniquement de leurs sphères d'influences. Remettre en question ces frontières peuvent se permettre de mieux concilier avec la réalité du terrain (la Palestine et le Soudan sont des exemples récents frappants).

Sans compter qu'il y a frontière et frontière, en UE c'est une limite administrative qui permet de savoir sous l'autorité de quel État tu es, mais qui est franchissable à souhait par 500 millions de personnes pour d'autres c'est un mur infranchissable ou presque comme entre les Corées. D'ailleurs, sais-tu que la France et l'Italie sont depuis 150 ans en désaccord sur la frontière commune au Mont Blanc ? Bah le dossier n'est jamais mentionné car à vraie dire, on s'en fout presque de savoir à qui appartient réellement ces quelques hectares. D'ailleurs la France a échangé après la 2e GM quelques hectares avec la Suisse pour simplifier la vie de quelques personnes, comme quoi c'est une notion abstraite qu'on peut modeler suivant les besoins et dont l'importance peut être toute relative.

Ce qu'on vous apprend en cours ce n'est pas de comprendre l'Histoire par la géographie mais de créer l'Histoire à partir de la géographie dans un but totalement idéologique et abstrait : la disparition des Nations au profit d'un magma d'interactions humaines au niveau mondial.

Non, ça c'est la réalité du terrain, la notion d'État-Nation, concept très populaire au XIXe siècle est tombé quelque peu en désuétude. Les exemples ne manquent pas autour du monde et la construction européenne en est un exemple moderne.

Inutile de dire que je trouve ça assez dégoutant, mais c'est probablement mon nationalisme exacerbé qui s'exprime ici.

En quoi ? Précise ta pensée, là tu passe juste pour un intolérant, ce qui est vraiment dégoûtant comme pensée.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora.

+4 -0
Staff

Super intéressant, merci !

J'aime bien quand les gens viennent « dépoussiérer » le domaine sur lequel ils travaillent. ^^

Hier, dans le parc, j'ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+0 -0

Salut,

Quelques coquilles :

  • "La cartographie, élément de base du cartographe" > du géographe non ?
  • "On voit sur cette carte une projection du Mercator." > de Mercator
  • "cartes de randonnées" > de randonnée

Aabu

Merci, corrigé ^^

Un géographe qui veut supprimer les frontières, c’est un beau symbole, non ? Absolument pas, supprimer les frontières est un concept moderne, ça n'a rien a voir a voir avec la géographie. C'est une idéologie politique déconnectée des réalités historiques et géographiques. Ça n'a rien de "beau", c'est même assez laid. Élisée Reclus avait justement cette idée anarchiste de fin des nations, mais c'est totalement subjectif, idéologique. Plus tard la géographie radicale a repris le flambeau d'une politique partiale de la géographie.

La géographie politique (géopolitique) devrait se contenter d'expliquer le pourquoi du comment de la formation des peuples, des empires et des nations en fonction de la géographie, des climats et des topographies et pas essayer de partir du réel pour s'envoler vers un idéalisme de citoyens du monde. S'il existe des frontières, c'est pour des raisons historiques et géographiques. Ce qu'on vous apprend en cours ce n'est pas de comprendre l'Histoire par la géographie mais de créer l'Histoire à partir de la géographie dans un but totalement idéologique et abstrait : la disparition des Nations au profit d'un magma d'interactions humaines au niveau mondial. Inutile de dire que je trouve ça assez dégoutant, mais c'est probablement mon nationalisme exacerbé qui s'exprime ici.

macadoum

Ce qu'on apprend en cours, c'est la relation de l'homme avec son territoire, point. Qu'il y aie des frontières ou non, cela ne change pas : juste la relation diffère. Après, certes, y'a la Géographie Radicale. Depuis le début, la géographie est teinté d'un sentiment politique. Et alors ? C'est bien l'une des rare discipline auquel on peut se permettre.

Super intéressant, merci !

J'aime bien quand les gens viennent « dépoussiérer » le domaine sur lequel ils travaillent. ^^

Gabbro

Merci !

écolo-utopiste altermondialiste radicalisé sur Internet | La tero estas nur unu lando. PA SHS La géo c’est cool, la carto aussi !

+0 -0

Je me suis enfin décidé à lire cet article (je déteste la géo au lycée, j'étais pas trop motivé), et ce que je retiens en dehors de ce qui est dit : j'aurais dû le lire plus tôt :) !

Hey, moi c'est polio, et je te souhaite une bonne lecture :p !

+3 -0
Staff

Article intéressant :-)

Par contre j'ai réagis sur le fait que tu dis qu'il est extrêmement difficile de représenter une sphère (de dimension 2) sur un plan. C'est pire, c'est impossible !

C'est un résultat mathématique très important en géométrie. Il est impossible de représenter conformément (en respectant les angles) une sphère dans un plan. Si ça t'intéresse, ça porte un nom : le théorème d'uniformisation de Riemann.

Donc c'est pas un problème technologique si on sait pas bien dessiner une terre dans un plan, c'est un problème de fond :-)

Édité

Ce n’est pas en répétant « Hom, Hom », qu’on démontre des théorèmes sérieux - Siegel Mon Twitter

+3 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte