Perspectives d'évolutions du système éditorial

Vers une nouvelle ère du contenu des memebres ? #MyOpenDiscussion

a marqué ce sujet comme résolu.

Bonsoir les Agrumes :)

Il y a eu une discussion relative à la rédaction et à l’édition sur ZdS. Je me propose de vous faire une synthèse des discussions qui ont eu lieu en mettant en surbrillance les idées principales et les axes de réflexion qui en sont ressorties. Ce sujet n’est donc pas écrit en mon nom, il s’agit là d’un document de synthèse dont les idées émanent bien de plusieurs membres.

Commençons par les problèmes qui ont été mis en évidence, et nous poursuivrons par les pistes de réflexion qui ont été proposées.

Les problèmes

Le cycle de publication

Le processus de publication de contenu sur ZdS est parfois jugé lourd et il gagnerait à être allégé. D’après les informations que j’ai eues, certains contenus sont toujours en attente, mais il est difficile de déterminer s’il s’agit d’un souci de validation ou d’un souci de rédaction de la part des auteurs qui ne réagissent plus. On note par ailleurs que certains contenus n’ont pas toujours de validateur affecté.

Les tutos en bêta

La bêta a été examinée. Certains membres se demandent si elle représente un réel intérêt dans la pratique, en observant les retours généralement obtenus : des remarques d’ordre secondaire qui n’aident pas toujours le contenu en cours de rédaction à évoluer vers sa forme définitive. Cela prend la forme de pinaillage sur l’orthographe ou de simples encouragements, par exemple.

La place des billets

Nous pouvons observer une certaine popularité pour le format du billet/tribune. Ce contenu a une particularité : il n’est pas soumis au cycle de validation classique. Certains (dont moi) ont supporté l’hypothèse que quelques auteurs privilégient les billets plutôt que les mini-tutos en partie pour outrepasser cette étape de validation, permettant ainsi de voir leur contenu disponible presque immédiatement et d’avoir des retours rapidement sur le contenu.

Nous remarquons d’ailleurs que certains billets (ou séries de billets) ont une qualité de mini-tuto (ou de tuto si l’on considère une série complète).

Par ailleurs, quelqu’un nous fait remarquer qu’un billet peut constituer une bonne base de travail : cela pourrait être vu comme un brouillon qui bénéficie de commentaires et de retours concrets et pertinents, pouvant le faire évoluer en « vrai » tuto un jour.

En résumé, la question est la suivante : les billets seraient-ils une forme d’évasion du cycle normal de publication ?

Vers une nouvelle forme d’édition

Le billet comme colonne vertébrale

Nous le savons, sur Zeste de Savoir, chacun peut tenir sa tribune en y rédigeant des billets libres de validation. C’est un levier qu’il pourrait être intéressant d’exploiter d’autant plus, réglant par là-même certains problèmes évoqués avant.

Un petit contenu n’a pas forcément besoin de subir le cycle de validation actuellement en vigueur. Le cycle de publication normal pourrait se centrer d’autant plus sur les billets. Le billet serait ainsi la forme initiale d’un contenu, qui pourrait évoluer (promu) par la suite en « vrai » article ou « vrai » tutoriel. Ce cycle s’affranchit de l’étape de validation formelle a priori. Disons qu’à la place, la validation se passe en conditions réelles directement sur le terrain ! Selon l’accueil d’un billet, celui-ci pourrait donc être promu, ce qui est là un travail d’éditeur de la part de ZdS. (pour ceux qui connaissent, un système similaire existe sur LinuxFR. Un article de journal peut être promu en dépêche)

L’effet de bord positif attendu est de décharger la validation et de rendre le processus plus souple pour l’auteur qui bénéficie aussitôt des retours de la communauté, réglant aussi le souci de pertinence des tutos en beta.

Encore plus loin

Connaissez-vous Medium ? Il s’agit d’une plateforme de blogging où chacun peut y tenir sa tribune. La valeur ajoutée de cette plateforme réside dans son travail d’éditeur : dès la page d’accueil, il y a des contenus de divers auteurs mis en avant, lesquels sont dits curated, dans le jargon. C’est un peu comme un agrégateur de tribunes.

Il a été question de s’inspirer de ce genre de plateforme à la Medium, mettant en avant ainsi le contenu rédigé par la communauté, par le biais de leur tribune. En supposant que la refonte du système éditorial favorise le contenu, la page d’accueil pourrait, à l’image d’un Medium, accentuer le côté éditorial du site et donner de l’importance aux auteurs et à ce qu’ils rédigent.

Par ailleurs, certains ont proposé l’idée d’ajouter la possibilité de pouvoir faire des claps (fr. : applaudissements) sur un contenu apprécié. Encore une inspiration de chez Medium !

À titre personnel, j’ai le sentiment qu’aujourd’hui ZdS s’articule surtout autour de son forum, plutôt qu’autour de son contenu. Si un nouveau modèle entre en vigueur, on pourrait équilibrer les forces et Zeste de Savoir pourrait assumer d’autant plus son côté éditeur.

Pour terminer cette section, je pense que la tagline de Medium véhicule un peu l’idée que l’on pourait aussi appliquer chez nous :

Read and share new perspectives on just about any topic. Everyone’s welcome.

Traduction : Lisez et partagez de nouvelles visions sur à peu près n’importe quel sujet. Tout le monde est le bienvenu !

Technique

Enfin, certaines conséquences techniques ont été relevées. La bonne nouvelle c’est qu’il serait déjà possible d’unifier les contenu : les ID ne sont pas partagés entre billet/tuto/article, ce qui permet donc des transpositions plutôt simplement. Le fait qu’un contenu soit un billet, tuto ou article n’est qu’un ID de type en base de données.

Par contre, la refonte du système éditorial impliquerait sûrement aussi une refonte du front-end de ZdS puisque la forme doit pleinement accompagner le fond (encore une fois : à la Medium).

Enfin, nous noterons que l’arrivée de la v30 ce matin fait un pas dans ce sens :

En v30.1, la page de profil d’un membre de Zeste de Savoir sera déplacée de, par exemple, zestedesavoir.com/membres/voir/Aabu, vers zestedesavoir.com/@Aabu. L’adresse sera ainsi plus propre à partager, avec comme objectif plus lointain de faire de cette page une meilleure vitrine des contenus publiés, tel qu’on puisse presque s’en servir comme d’un “blog”.

Zeste de Savoir 30 “Elpis” : l’avant-goût d’une nouvelle direction

Conclusion

J’espère avoir été assez représentatif des gens qui ont participé aux discussions et ne pas avoir trahi la pensée des membres qui se reconnaîtront dans les idées que j’ai retranscrites ;)

J’aimerais préciser que même s’il y a une inspiration Medium claire, c’est à cela près que Zeste de Savoir ne partage évidemment pas les même incentives économiques que Medium. Il n’est donc bien évidemment pas question de traiter le contenu en tant que monnaie d’échange et de mettre des paywalls partout sur le site, ni de bidouiller un algorithme pour optimiser le profit plutôt que la qualité.

Qu’en pensez-vous les Agrumes ?

Salut,

Merci pour ce message détaillé et l’effort de synthèse qui est venu avec.

mais il est difficile de déterminer s’il s’agit d’un souci de validation ou d’un souci de rédaction de la part des auteurs qui ne réagissent plus. On note par ailleurs que certains contenus n’ont pas toujours de validateur affecté.

Les trois problèmes existent : les validateurs sont pas toujours dispo, les auteurs mettent parfois du temps à réagir, et l’équipe de validation est ultra-maigre (on est seulement 3 à faire effectivement de la validation en ce moment, 2 vraiment actifs !).

L’idée générale de laisser tomber la bêta dans son rôle actuel (ou la garder pour que les membres puissent discuter d’idées de tutos et de plans encore parcellaires) et d’utiliser les billets comme crash test vers de la validation me plait assez dans le sens où le contenu sera dispo tout de suite aux membres. Un truc ultra-chiant actuellement est que l’on pert les commentaires quand on promeut un billet en article. On a eu plusieurs fois le cas d’une conversation intéressante sur le billet qu’on ne retrouve plus sur l’article. C’est un point technique, probablement peu difficile à régler, mais bloquant pour un tel fonctionnement.

Connaissez-vous Medium ? Il s’agit d’une plateforme de blogging où chacun peut y tenir sa tribune. La valeur ajoutée de cette plateforme réside dans son travail d’éditeur : dès la page d’accueil, il y a des contenus de divers auteurs mis en avant, lesquels sont dits curated, dans le jargon. C’est un peu comme un agrégateur de tribunes.

Mouais, vue la qualité moyenne de Medium, je pense pas qu’aller vers ce modèle de publication soit une super idée… :-° Il y a quelques bons articles complètement noyés sous la masse de gens qui écrivent sur des sujets non-maîtrisés et/ou qui n’ont rien d’intéressant à dire. Faut faire gaffe à pas tomber là-dedans. Ça me parait jouable avec un système de tribune qui sert de crash test mais relativement peu mise en avant par rapport au contenu promu.

+4 -0

Un truc ultra-chiant actuellement est que l’on pert les commentaires quand on promeut un billet en article. On a eu plusieurs fois le cas d’une conversation intéressante sur le billet qu’on ne retrouve plus sur l’article. C’est un point technique, probablement peu difficile à régler, mais bloquant pour un tel fonctionnement.

Ah, voilà un élément technique que j’ignorais. En effet, c’est un point à régler si l’on imagine un système de contenu promu.

Il y a quelques bons articles complètement noyés sous la masse de gens qui écrivent sur des sujets non-maîtrisés et/ou qui n’ont rien d’intéressant à dire. Faut faire gaffe à pas tomber là-dedans.

C’est clair ! Je ne m’inquiète pas forcément parce qu’à l’heure actuelle, je ne pense pas pouvoir dire qu’on a du contenu non-maîtrisé (mais les validateurs ont sûrement une autre version de l’histoire ?).

À vrai dire, j’imaginerais bien un système où certains membres (par exemple les validateurs) du site auraient la pouvoir de pousser en avant ou promouvoir certains contenus. On peut aussi imaginer une combinaison prenant en compte les claps (qui ne sont pas forcément réservés au membres) et l’avis des validateurs pour déterminer la promotion d’un contenu, ou même tout simplement le feeling général d’un billet selon son accueil. Tout est possible !

Comme je l’ai dit, il y a bien des éléments peu reluisants que l’on ne veut surtout pas reprendre du système Medium et je pense qu’on sera tous d’accord là-dessus. Mais comme Zeste de Savoir n’est pas une entreprise commerciale, nous sommes maître du système à mettre en place qui ferait régner la qualité d’information et de pédagogie, poursuivant ainsi la mission de ZdS.

+0 -0

Un petit contenu n’a pas forcément besoin de subir le cycle de validation actuellement en vigueur. Le cycle de publication normal pourrait se centrer d’autant plus sur les billets. Le billet serait ainsi la forme initiale d’un contenu, qui pourrait évoluer (promu) par la suite en « vrai » article ou « vrai » tutoriel. Ce cycle s’affranchit de l’étape de validation formelle a priori. Disons qu’à la place, la validation se passe en conditions réelles directement sur le terrain ! Selon l’accueil d’un billet, celui-ci pourrait donc être promu, ce qui est là un travail d’éditeur de la part de ZdS. (pour ceux qui connaissent, un système similaire existe sur LinuxFR. Un article de journal peut être promu en dépêche)

Je comprends pas bien ce passage. La validation est l’intérêt d’une publication non billet. Et il est déjà possible actuellement de proposer un billet pour la validation.

(on est seulement 3 à faire effectivement de la validation en ce moment, 2 vraiment actifs !).

On devrait peut-être organiser un recrutement. On doit pas être plus de 5 valido

C’est clair ! Je ne m’inquiète pas forcément parce qu’à l’heure actuelle, je ne pense pas pouvoir dire qu’on a du contenu non-maîtrisé (mais les validateurs ont sûrement une autre version de l’histoire ?).

En fait, la question est surtout d’ouvrir le système de publication de telle sorte à éviter le problème par construction. Les contenus de mauvaise qualité sont actuellement évités complètement par construction parce que toute mise en avant est contrôlée (et on voit relativement peu de mauvais contenus en validation de toute façon, les refus définitifs sont extrêmement rares). Si on dit maintenant que tout contenu passe par une phase billet, et que la validation vient en second temps par dessus pour la promotion en article/tuto (ça revient à dire que la phase bêta est transformée en billets publics directement), a priori on devrait conserver ce contrôle qualité par construction aussi tant qu’on continu à mettre les billets en second plan par rapport au contenu effectivement validé. C’est juste un point qui me parait pas difficile à prendre en compte, mais auquel il faut faire gaffe parce que la qualité des contenus est une de nos marques de fabrique.

+4 -0

Salut,

En tant qu’ancien validateur, je confirme ce que adri1 a relevé : il faut la conjonction d’un validateur compétent et disponible et d’un auteur disponible et réceptif. Ce n’est pas toujours facile d’avoir les deux. À noter aussi que la longueur du processus et la qualité attendue peut être démotivante pour les auteurs (et les validateurs sous d’autres aspects).


En tant qu’auteur, cela ne me dérange pas du tout de mettre à la retraite le système de bêta actuel, qui est souvent peu efficace. La qualité des retours des validateurs est très supérieure à ce qu’on voit habituellement en bêta. L’investissement et l’expérience des validateurs n’est pas du tout comparable à un relecteur lambda.

Je suis ouvert à un système de publication plus libre avec validation a posteriori possible. Ça résout un point pénible pour moi qui est la durée entre le moment où on écrit quelque chose qu’on pense valoir la peine d’être lu et le moment où il peut effectivement être lu par tous après des mois de processus de validation. Avoir de la prépublication me semble positif pour résoudre ça !

Cependant une refonte du process pour ressembler à une publication libre avec promotion doit être bien réfléchie, parce qu’il y a plein de besoins à bien prendre en compte pour que ça fasse ce que l’on veut. Il y a tout un système à imaginer. Rien d’insurmontable, je pense. :)

Actuellement, je ne me sers des billets pour des sujets un peu plus léger ou moins approfondis, mais je ne vois pas d’obstacle à l’étendre à d’autres choses si on fait toujours une distinction forte entre ce qui est validé et ce qui ne l’est pas.

Du coup, on convergerait vers :

  • pas de bêta ;
  • les contenus sont directement publique, avec un statut de Tribune ;
  • de la même façon qu’avec les billets aujourd’hui, rendre le contenu public entraîne la mise dans un premier mécanisme de filtre/mise en avant a posteriori où les contenus de type spam/erreur de manip sont dégagés, et ceux qui sont propres sont mis en une (le format de cette mise en avant peut changer et avoir plusieurs niveaux par exemple simplement Accepté vs Mis en avant) ;
  • les très bons contenus (avis de la validation, à combiner éventuellement avec les votes des membres, i.e. utiliser ces derniers pour attirer l’attention des validos) sont mis dans l’équivalent du pipeline de validation actuelle (si l’auteur est intéressé) et subissent un processus d’édition et relecture détaillée avec un validateur compétent. De tels contenus gagnent le statut ultime de contenu Validé.

Ça parait pas mal, quid des détails ?

+6 -1

Je vais avoir du mal à détailler correctement ce soir, puisque je découvre cette discussion et que je suis bien fatigué. Mais ça me semble une très mauvaise idée. La force de ZdS, c’est cette validation exigeante. C’est aussi ce qui nous distingue. Faire comme Médium, c’est devenir Médium, en moins connu. Faire de validation, chiante parfois, il faut le reconnaître, c’est faire autre chose. Peut-être une niche comparée aux gros, mais ça ne me semble pas un problème en soi, de tenir une niche.

Dire que les billets servent à avoir des retours immédiats me semble bizarre, c’est le but de la béta, et ça ne marche bien. Dire qu’ils peuvent servir de base pour faire des articles / tuto, ça me semble bizarre, c’est théoriquement possible, mais presque jamais fait. Il faut aussi dire qu’un billet, même juste et bon, ce n’est pas un article. Quand je rédigeais (ça fait un an et demi que je n’ai rien fait, là… pour diverses raisons pas liées à la validation ^^ ), je mettais à peu près un tiers du temps à avoir un texte propre, un tiers pour avoir un contenu fini (image, source, orthographe, réponses à la béta), et le dernier tiers pour faire la validation. Et ce denier tiers comptait autant que les deux autres pour la qualité du contenu. Je crains très fort que peu d’auteurs acceptent de passer autant de temps en plus si les billets deviennent la voie normale.

Parce qu’il y a aussi ça : ce qu’on considère comme normale nous pousse à emprunter une voie. Et aujourd’hui, c’est les contenus validés la voie normale. Même si, honnêtement, il y a assez peu de différence concrète entre billet et article. À part la validation.

Proposer qu’on se passe de validation formelle et qu’on promeuve un article à l’applaudimètre (selon l’accueil) me fait bondir au plafond. C’est tout le contraire de ce qu’on faisait jusqu’ici. C’est tout le contraire de ce qui fait la force de ZdS de mon point de vue.

Améliorer la béta, oui, fluidifier la validation, oui, mais pitié, on a besoin d’un espace pour le partage des connaissances, de manière fiable et pédagogique, sur la web francophone. Et j’ai l’impression que ce projet nous en éloigne très fortement.

+2 -0

@Gabbro : j’ai l’impression que tu comprends ce qui est proposé de travers.

La validation existerait toujours. Je ne crois pas avoir lu de remplacer la validation actuelle par un applaudimètre.

La nouvelle formule ne peut pas être comparée à celle actuelle, justement car les billets sont un mode de publication à part et plus léger, et donc utilisé presque exclusivement comme ça par les auteurs de billets.

L’idée est justement de fluidifier l’écriture en passant plus facilement d’un type à l’autre. Et d’ailleurs rien n’empêche d’aller direct en validation dans le système actuel comme dans un hypothétique nouveau système.

Les modalités exactes sont importantes parce qu’on veut absolument garder cette distinction nette entre ce qui est validé et ce qui ne l’est pas.

Je répondrai demain, je vais dire des bêtises si je fais ça ce soir. Mais pas fan du tout de ce qui est proposé là. Même sans parler du « Encore plus loin »…

Je crois qu’il s’agit d’une mauvaise réponse à un vrai problème, celle de la chute ces dernières années (parce que c’est pas nouveau) des contenus validés.

+0 -0

Dire que les billets servent à avoir des retours immédiats me semble bizarre, c’est le but de la béta, et ça ne marche bien.

Les commentaires sur les billets sont souvent plus intéressants que sur la bêta. Pour soulever des problèmes de fond parfois, ou pour étendre la discussion. Ça marche mieux que la bêta pour remplir le rôle de la bêta !

Dire qu’ils peuvent servir de base pour faire des articles / tuto, ça me semble bizarre, c’est théoriquement possible, mais presque jamais fait.

Perso, je ne le fais jamais parce que je me dis que la valeur ajoutée par la validation ne vaut pas le coup par rapport à la discussion perdue. Si ce problème de discussion perdue est réglée, on revient finalement à quelque chose de proche de la bêta. Il y a aussi plein de billets (les signets, les opinions) qui ne s’y prêtent pas, mais ce n’est bien sûr pas un problème..

Il faut aussi dire qu’un billet, même juste et bon, ce n’est pas un article. Quand je rédigeais (ça fait un an et demi que je n’ai rien fait, là… pour diverses raisons pas liées à la validation ^^ ), je mettais à peu près un tiers du temps à avoir un texte propre, un tiers pour avoir un contenu fini (image, source, orthographe, réponses à la béta), et le dernier tiers pour faire la validation. Et ce denier tiers comptait autant que les deux autres pour la qualité du contenu. Je crains très fort que peu d’auteurs acceptent de passer autant de temps en plus si les billets deviennent la voie normale.

Les billets remplacent juste la bêta, et auraient la même visibilité qu’aujourd’hui. Force est de constater que la crainte que les billets allait remplacer les contenus validés étaient infondée et que les gens sont toujours intéressés par ce qu’apporte la validation.

Proposer qu’on se passe de validation formelle et qu’on promeuve un article à l’applaudimètre (selon l’accueil) me fait bondir au plafond. C’est tout le contraire de ce qu’on faisait jusqu’ici. C’est tout le contraire de ce qui fait la force de ZdS de mon point de vue.

Je ne pense pas que quiconque souhaite partir sur de l’applaudimètre. Au pire s’en servir comme mesure de l’intérêt porté au contenu pour le considérer à la validation. Ça parait pas idiot de concentrer les efforts de validation sur un contenu qui plait lorsque l’opportunité se présente (ce qui n’empêche pas aussi de valider des contenus de niche pour lesquels un valido est disponible ; perso valider un contenu technique me fait toujours tripper même si je sais qu’il n’y aura pas beaucoup de lecteurs).

Je pense que revoir le système de publication est primordial, c’est lent, démotivant, et la bêta n’est pas efficace du tout. Finalement, le changement proposé revient juste à rendre cette dernière publique et plus visible, comme les billets actuels, parce qu’à l’observation ça marche mieux pour avoir des retours intéressants.

+0 -0

Après, la question que je me pose, c’est quid des contenus comme le mien que je poste en bêta très tôt pour avoir un retour sur le plan et ma façon de le construire ? Et du coup ça mène à une toute nouvelle manière de le construire et rédiger, et si j’étais passé par un billet je ne l’aurais sûrement pas fait.

+1 -0

Après, la question que je me pose, c’est quid des contenus comme le mien que je poste en bêta très tôt pour avoir un retour sur le plan et ma façon de le construire ? Et du coup ça mène à une toute nouvelle manière de le construire et rédiger, et si j’étais passé par un billet je ne l’aurais sûrement pas fait.

Phigger

Je pense que dans un nouveau système la bêta peut continuer à exister.

Réflechir au workflow global me semble important. On peut imaginer beaucoup de chemins différents et de point de passage de l’un à l’autre.

Coucou.

Avant de nous lancer dans un long débat, pour lequel nous, en tant que communauté, avons prouvé à maintes reprises un savoir-faire hors du commun, j’aimerais vous proposer quelques remarques.

De ce que je vois, nous avons plusieurs ressentis qui se confrontent déjà ici. Les uns ressentent de la frustration sur notre système éditorial, les autres ressentent que notre système actuel est très bien, et on est déjà en train de parler de changements.

Il y a peut-être un moyen assez simple de décider si oui ou non il faut changer quelque chose au système éditorial de ZdS : c’est de commencer par rassembler des données factuelles, qui vont nous permettre de décider de la nécessité de changer les choses, et à quelle vitesse/profondeur.

Est-ce qu’il serait possible d’obtenir quelques indicateurs statistiques sur le caractère attractif ou repoussant de notre système, en examinant l’évolution, sur les dernières années :

  • Du nombre de contenus envoyés à la validation,
  • Du nombre de contenus qui ont été validés,
  • Du nombre d’auteurs distincts qui ont envoyé des contenus à la validation,
  • Du nombre d’auteurs distincts dont le contenu a été validé ?

Il y a sûrement d’autres indicateurs à trouver, et je vous fais confiance pour compléter cette liste, mais en ce qui me concerne, mon ressenti est que le système éditorial actuel est tellement repoussant pour les auteurs que nous nous dirigeons vers un tarissement. Et comme c’est seulement un ressenti, je suis mal à l’aise à l’idée de participer ou même lire un débat en l’absence de données concrètes.

Est-ce qu’une bonne âme aurait la gentillesse de faire ça pour nous ? :)

Edit: S’il s’avère que nous sommes en train de nous épuiser au niveau des auteurs et des contenus, alors il sera inutile de camper sur nos définitions préférées de billet, de bêta ou de tutoriels, et nous devrons sûrement consacrer notre énergie à un effort collectif d’imagination pour réinventer tout ce bazar.

Edit 2: Si je commence à parler de tarification au lieu de tarissement, c’est sûrement que je ferais mieux d’aller me coucher. :D

+9 -0

1. L’identification du point central

Pour moi, Zeste de Savoir vise à publier du contenu :

  1. Francophone
  2. En libre accès
  3. Didactique

Avec une préférence pour les contenus accessible aux débutants et aux savoirs pratiques, sans que ça ne soit indispensable. Aucun contenu n’est refusé à priori : si quelqu’un est assez intéressé par un sujet quelconque au point d’écrire un contenu de qualité (au sens des 3 points précédents) sur un sujet légalement publiable, alors on le publie.

De mon point de vue, ce but ne doit pas changer.

Par contre, on devrait pouvoir trouver un moyen plus efficace d’y arriver, parce que…

2. Ça fait dix ans que l’on sait que la manière actuelle de publier est inefficace

En ce qui me concerne, ça fait maintenant plus de 10 ans que j’ai commencé à valider – même si je ne valide plus maintenant :

Et ça fait plus de dix ans que je constate que ce système de validation ne fonctionne pas, et qu’on a le recul nécessaire pour l’affirmer. Et que si même on constatait qu’en fait on a toujours autant de nouveaux contenus qui arrivent en validation, je pense qu’on aurait intérêt à réfléchir à tout ça quand même, parce qu’on pourrait sérieusement améliorer le processus.

2.1. Le constat actuel

Il faudrait que l’on vérifie les statistiques (@firm1 par exemple ?) mais pour moi, il est clair que nos publications sont quasiment à l’arrêt. J’écris ce message le samedi 6 mars 2021 (très tôt), et sur les 4 tutos de la page d’accueil, deux ont été publiés en aout 2020 et un en septembre 2020 :

2.2. Pourquoi ça grippe ?

  1. Le processus de validation est beaucoup trop long et lourd, à la fois pour les auteurs et les validateurs. Je fais un focus sur ce point dans la suite.
  2. La bêta est inefficace, en particulier parce que quand on y a des retours, ils sont très souvent à côté de la plaque (pinaillage orthographique sur un texte à peine construit, ou simple encouragements – qui sont sympa mais n’aident pas à avancer).
  3. Il n’y a aucune ligne éditoriale, ce qui conduit à l’envoi en validation de contenus hors de l’esprit du site, et n’aide pas les auteurs.
  4. Il n’y a pas d’accompagnement des auteurs dans le processus de rédaction, et les efforts en ce sens n’ont pas tellement donné grand-chose de probant.
  5. Il reste des zones obscures et mal définies, comme la différence tuto / article, les problématiques de taille de contenu, etc. ce qui n’aide pas à s’y repérer et à démarrer la rédaction de quoi que ce soit.
  6. On a une page de demande d’aide, mais elle est peu mise en avant.
  7. Les outils de rédaction peuvent être encore améliorés, même si depuis les dernières mises à jour ça va déjà mieux.
  8. On est tous bénévoles, auteurs comme validateurs ou développeurs, avec les disponibilités aléatoires que ça implique et les limitations de « ressources » associées.

2.3. Un peu d’historique de ce qui a été tenté et pourquoi

La triste vérité, c’est que Zeste de Savoir n’a jamais vraiment réfléchi ni son processus d’édition, ni son processus de validation. On s’est contentés, en 2014, de refaire grosso modo à notre sauce ce qu’avait fait le Site du Zéro en son temps, parce que ça fonctionnait à peu près.

Et c’est comme ça qu’on s’est retrouvés avec des tutos, des articles, et des contenus validés (chacun par un validateur).

Je ne sais plus de quand date la bêta sur ZdS. Sur le SdZ, c’était assez catastrophique parce qu’elle avait en gros l’effet inverse de celui voulu (à savoir : permettre aux auteurs de récolter des avis « du public » tôt dans leur processu d’écriture, pour pouvoir s’y adapter). Des mauvais tutos étaient lus par des débutants complets, adorés par ceux-ci, et les auteurs ne comprenaient pas que lesdits tutos soient refusés en validation ensuite.

On l’a quand même mise sur ZdS en comptant sur une meilleure communauté ; et en effet on a pas ce problème. Mais s’il y a des retours intéressants, c’est quand même loin d’être le gros des retours – quand retours il y a.

On a essayé d’accompagner les auteurs avec les presse-agrumes. Je ne sais plus trop si ça a fonctionné sur le coup, mais en tous cas le système semble avoir disparu du site, dans les faits.

2.4. Focus sur le processus de validation

En l’état, le processus de validation est pénible pour les auteurs et pour les validateurs, pour diverses raisons :

  • Les outils ne permettent pas de commenter directement et facilement le code. Dès lors, faire des remarques nécessite de trouver des astuces, et généralement c’est long et chiant à faire pour le validateur, et long et chiant à prendre en compte pour l’auteur.
  • Le processus de validation est un long tunnel opaque pour l’auteur quand il a envoyé son contenu, et pour le validateur quand il a envoyé ses remarques.
  • Une fois que le validateur a réservé un contenu, si par hasard il n’est plus disponible, il n’y a presque aucun moyen de le savoir1.
  • Parfois un contenu reste non réservé en validation, mais aucun moyen pour l’auteur de savoir pourquoi.
  • Les délais peuvent être extrêmement longs. C’est normal, dans le sens où comme on est tous bénévoles (auteurs comme validateurs), on ne peut pas exiger de délais de prise en compte. Les gros contenus sont aussi par nature longs à travailler. Mais parfois, c’est juste trop, et c’est démotivant pour les auteurs.

3. Alors, on fait quoi ?

Je n’ai pas de solution miracle, mais pour moi :

On doit réfléchir à un moyen de continuer à publier du contenu tel que le vise Zeste de Savoir (cf point 1), mais de façon plus agréable pour tout le monde (auteurs et équipe éditoriale) et efficace.

On ne doit rien s’interdire dans cette réflexion : si on a une solution qui nécessite de remettre complètement à plat les notions de tuto, d’article et même de validation, allons-y.

Et pour ce faire, voici ce que je propose.

3.1. Dès que possible

Le but est d’assurer l’existant au moins jusqu’à une éventuelle évolution ou transition, et de partir sur des bases claires et saines pour la suite.

  • On recrute des validateurs supplémentaires (« permanents » ou disponibles pour un coup de main de temps en temps), histoire d’assurer le traitement des contenus, parce qu’aujourd’hui le site fonctionne comme ça.
  • On définit clairement une charte éditoriale pour le site, avec le type de contenu visé et les différents formats pour y parvenir (articles/tuto/… et ce qu’ils veulent dire). Le point « didactique » en particulier devrait être explicité, parce que c’est le point non-trivial qui fait que l’on accepte ou non un contenu comme étant « de qualité à être publié sur ZdS ».

3.2. À moyen terme

  • On réfléchit à comment on peut faire pour fluidifier le processus d’écriture et de publication sur ZdS (c’est en fait ce qu’à commencé à faire ce présent sujet).
  • On réfléchit à des outils techniques pour échanger sur un contenu pour l’améliorer : qu’il y ait une validation comme aujourd’hui ou un autre système, on aura toujours besoin d’un système pour que l’auteur et « l’éditeur » (aujourd’hui le validateur) puisse échanger efficacement sur le contenu pendant le processus de validation.
  • On réfléchit à ce qu’on peut mettre en place d’un point de vue éditorial pour accompagner les auteurs.
  • On réfléchit à la façon de pérenniser tout ça sachant que toutes les équipes sont bénévoles, donc que n’importe qui peut disparaitre du jour au lendemain sans prévenir et que c’est déjà arrivé.

3.3. À plus long terme

On implémente tout ce qui est discuté en 3.2.

3.4. Dans le futur d’un monde merveilleux

Zeste de Savoir est la plateforme francophone de référence de qualité en libre accès.


Merci de m’avoir lu, à vous les studios.


  1. Sur le SdZ et au début de ZdS, Thunderseb faisait un travail de « référent de la validation » et suivait ce genre de chose.

Salut,

Je suis également intéressé par ces statistiques. Mais, j’ai le même ressenti que nohar, et c’est d’ailleurs la base de ma réflexion quand je réfléchis aux interfaces de rédaction de ZdS1 — comment rendre le processus (à mon échelle, de rédaction) plus fluide ?

J’ai déjà redirigé plusieurs personnes sur ZdS car iels voulaient une plateforme de publication. Certains ont même commencé à écrire. Mais il en est ressorti la même chose, généralement : déjà, l’interface de rédaction est compliquée, et de plus, le processus éditorial est assez lourd.

Ce sont deux points sur lesquels on pourrait travailler. Concernant l’interface, on y réfléchit, donc. Concernant le processus… bon bah c’est ce sujet, de facto.

L’épouvantail Medium

Le nom de Medium a été mentionné et je vois déjà plusieurs personnes réagir dessus, donc j’aimerais tout de suite préciser quelque chose. C’est moi qu’ai mentionné Medium pour la première fois sur Discord dans le cadre de la discussion citée dans le premier post.

En parlant de cela, je parlais de prendre les bonnes idées de l’interface de Medium, car l’équipe qui gère le site sait de quoi elle parle d’un point de vue typographie, lisibilité, bonnes pratiques, et aussi retours aux auteurs (cf. le système de “claps”). Je ne parlais que de ces bonnes idées empruntées à l’interface ou des concepts de Medium ; il n’a jamais été question de devenir une copie moins connue. Ça n’aurait strictement aucun intérêt. Medium a des bons côtés (son interface, à l’exception des popups, et certains concepts, comme les claps), mais aussi beaucoup de mauvais (le contenu, notamment, ainsi qu’un processus éditorial volontairement inexistant et qui n’est pas du tout dans l’esprit de ZdS).

Un exemple d’inspiration de Medium, c’est cet extrait de maquette (réalisée la semaine dernière), qui représente le bas d’un article. On y voit un moyen de dire directement aux auteurs⋅trices à quel point on a aimé leur contenu, dans l’esprit des claps, mais qui fonctionnerait même déconnecté⋅e (contrairement aux claps). Point de reprise de la partie toxique de Medium ; juste les bonnes idées (pour ici résoudre le souci du faible nombre de retours aux auteurs).

Qu’est-ce qui est important, sur ZdS ?

Il est très, très important de ne pas renier nos valeurs en évoluant. C’est souvent un risque dés lors qu’on change — et c’est probablement la cause des fréquentes résistances aux changements que l’on croise dans tous les projets. Pour éviter ça, faisons le point : quels sont les éléments très importants pour ZdS, que l’on ne doit surtout pas trahir ?

  • La connaissance pour tous, en libre accès, gratuite  ;
  • diffusée par tous ;
  • avec un standard de qualité élevé, actuellement garanti par la validation.

Finalement, tout le reste peut bien changer tant qu’on garde ces principes (corrigez-moi si j’en oublie, il est tard). Mais il est extrêmement important de les garder. C’est ça qui fait notre différence. Si on perd un de ces points, on devient un site lambda sans vraie valeur ajoutée.

Je répète et j’insiste : selon moi, à part ces trois points, tout le reste peut changer. J’inclus le fait de remettre à plat les types de contenus, ou le principe actuel de la validation. Tout. On ne doit rien s’exclure.

Faire plaisir aux auteurs

Quand j’ai lancé cette discussion sur Discord, à l’origine, c’était ça mon objectif : faire plaisir aux auteurs. En offrant des outils efficaces et un processus agréable de publication. L’idée, c’est que Zeste de Savoir assume beaucoup plus son rôle de plateforme de publication, et qu’on ait pas à rougir en présentant ZdS comme tel.

J’ai envie de pouvoir dire « tiens, tu veux publier un cours/article/machin ? va sur ZdS, ça marche bien, c’est efficace, et c’est sympa ! ».

Concernant l’efficacité des outils, c’est un travail en cours. Pas insurmontable, mais non négligeable, on ne va pas se mentir.

Concernant l’efficacité de notre processus éditorial — il a de grandes qualités, notamment sur ce qu’il apporte aux auteurs⋅trices, aux contenus, etc. Mais il est très lourd, et comme certains l’ont fait remarquer, il peut s’écouler des mois pour valider un petit contenu. Si c’est pas un délai anormal pour un gros contenu, ça se comprend moins quand on parle d’un mini tuto. Et là tout de suite, on a des mini-tutos dans ce cas.

N’oublions pas que nous, on connaît le site. On sait comment ça marche derrière, et souvent, on connaît personnellement les validateurs. Par contre, ce n’est pas le cas d’une nouvelle ou d’un nouveau qui viendrait sur ZdS pour écrire son cours ou son article. De son point de vue, on aurait une équipe éditoriale un peu mystérieuse qui serait là pour relire le contenu — c’est une sacré barrière ! Pas étonnant que l’essentiel des rédacteurs sont déjà dans la communauté. Alléger le processus (sans pour autant en réduire la qualité) et démystifier la validation (ça c’est beaucoup de la communication) peut aller dans ce sens.

La solution évidente c’est recruter. Mais si on peut ajuster le processus éditorial au passage, sans transgresser les principes de ZdS, autant ne pas se priver.

On peut aussi (et ce n’est pas incompatible !) mieux communiquer sur le processus, avoir une interface qui rende mieux compte d’où en est la validation, etc.

Favoriser l’évolution des billets en article

Pour ce qui concerne les contenus de type “article” (ou même mini-tutos, pourquoi pas), je suis assez favorable à l’idée. La seule chose, c’est qu’actuellement, il est très difficile de différencier un contenu non validé (billet) d’un contenu validé (article). Je suis a peu près sûr que beaucoup confondent.

Donc oui, mais il faudrait clarifier un peu tout ça je pense. Parce que si les gens confondent billet et article, iels ne vont pas considérer le côté validé. Les contenus validés doivent rester ce qui est mis en avant sur ZdS.2

Au passage, petite note technique.

Un truc ultra-chiant actuellement est que l’on pert les commentaires quand on promeut un billet en article. On a eu plusieurs fois le cas d’une conversation intéressante sur le billet qu’on ne retrouve plus sur l’article. C’est un point technique, probablement peu difficile à régler, mais bloquant pour un tel fonctionnement.

Ah, voilà un élément technique que j’ignorais. En effet, c’est un point à régler si l’on imagine un système de contenu promu.

C’était en réalité une volonté de faire comme ça, initialement. Mais dans l’absolu, convertir un billet en article sans perdre les commentaires n’est pas particulièrement complexe. C’est même potentiellement plus simple. La seule potentielle difficulté que je vois, c’est de pouvoir faire une validation tout en gardant le billet-devenu-article publié comme un billet (et je soupçonne que l’idée de dupliquer le contenu vient de là, initialement). Mais on peut considérer que la validation peut se faire alors que le contenu est techniquement toujours un billet (par un MP ou un système mieux intégré qu’on pourrait imaginer).

Un système efficace pour les tutoriels ?

Zeste de Savoir se targue de ne publier que des cours vérifiés, de qualité. Et franchement, jusqu’à présent ça marche très bien, si on regarde la qualité des cours ! Je me pose donc la question de la pertinence de pouvoir publier à tous des cours non-relus, donc sans garantie.

On a donc deux choses qui s’opposent un peu :

  • on veut que la validation soit plus rapide, plus efficace, éventuellement en prenant le monde entier comme relecteur, avec l’exemple des billets et de leurs commentaires ;
  • mais on ne veut pas publier de cours non-validés.

Comment résoudre ce souci ? Là tout de suite je ne sais pas trop… la question qui peut se poser, c’est aussi lequel de ces deux points est le plus important : veut-on accepter de publier (avec un avertissement… sera-t-il vu et lu ?) des contenus non-validés pour avoir l’effet-billet, ou ne pas le faire et trouver une autre solution ?

Effet billet qui me semble d’ailleurs d’autant très psychologique, car entre un billet et une bêta d’un article ou d’un mini-tuto, la forme est la même, l’interface est la même (ou presque), et la charge de travail de relecture est la même (ou presque). Seul change le contexte, et le fait qu’il n’y a pas d’injonction à relire pour un billet, contrairement à une bêta.

La bêta d’un moyen ou gros tuto est assez différente car le contenu est par essence plus massif, donc plus dur à relire.


Je ne voulais qu’écrire quelques lignes en réponse à nohar et à la question technique des conversions de billets, mais j’ai un peu dérapé. Oups. J’aurai sans doutes plus de choses à ajouter, et d’une façon un peu plus structurée, mais il est tard. En plus je vois que SpaceFox a publié un message qui me semble également très bon. Donc on verra demain c: .


  1. Réflexion que je tiens régulièrement sur Twitch, si vous voulez venir voir, en discuter, et donner votre avis.
  2. Rien n’empêche d’en plus mettre mieux en avant la tribune des membres, mais il faudrait que ce soit séparé, et clairement présenté comme tel.
+4 -0

Je glisse un petit message au milieu de ce long débat qui commence, et pour lequel je rejoins beaucoup des points qui ont été énoncés, notamment sur la visibilité et la pertinence de la bêta.

Sans aller jusqu’à une refonte potentiellement souhaitable du processus de validation, est-ce qu’il ne serait pas possible de prendre quelques mesures techniques faciles pour donner plus de visibilité aux contenus en bêta ?

  • Afficher les derniers contenus mis à jour en bêta sur la page d’accueil1.
    Actuellement une bêta est visible le jour de sa première publication, via un sujet qui apparaît sur le forum. Toute mise à jour sera ensuite pratiquement invisible pour les personnes qui ne suivent pas le sujet.
  • Avoir un lien public pour partager les contenus en bêta.
    Je ne crois pas qu’il soit souhaitable que les bêtas s’affiche sur l’accueil pour une personne non connectée sur le site, mais j’aimerais bien que des gens extérieurs puissent relire une bêta si je leur en donne le lien.

Parce que la bêta est une bonne idée que j’aimerais conserver, elle reste utile pour obtenir des retours ou discuter des orientations à donner au contenu, mais elle n’est pas assez mise en avant.


  1. Je sais que la page est déjà chargée et qu’il est plutôt question de l’alléger, mais je pense que cette visibilité est nécessaire.

À titre personnel, j’ai le sentiment qu’aujourd’hui ZdS s’articule surtout autour de son forum, plutôt qu’autour de son contenu.

Moi j’ai plutôt l’impression inverse. Le forum vivote et surtout son interface ne me donne pas envie d’y aller. Comment faire pour avoir un aperçu des discussions en cours ? Si je clique sur "Forum", on me propose un gros menu déroulant qui fait peur, et aucune information utile (où sont les nouvelles discussions intéressantes ?) avant d’avoir fait son choix; donc je n’utilise presque jamais ce mode de visite. La liste des derniers sujets sur la page d’accueil donne envie, mais elle ne liste que 4/5 topics, une vue myopique des discussions. Je la regarde de temps en temps, je vais lire ce qui a l’air rigolo, et quand j’ai répondu à un topic j’ai ensuite les notifications qui me motivent pour y revenir. C’est pas la joie.

Par contre les contenus, là, c’est la joie ! Un billet sur la levée du pain, ou sur les roches machins en finlande (bon les compagnies de CRS c’est un peu trop extrême pour moi mais chacun ses goûts), c’est un vrai plaisir à découvrir. Et c’est pas grave si on a des contenus comme ça publiés qu’une fois par semaine, une fois par mois, de toute façon c’est des trucs longs qui prennent du temps à lire, donc on saturerait si le rythme était trop soutenu.

Je n’ai pas d’avis sur la question validation / pas validation. Quand j’écris sur le ZdS je préfère faire un billet parce que c’est plus simple/rapide, et que je ne vise pas le meilleur contenu possible mais seulement le fait de réussir à écrire quelque chose sur mon temps très limité pour cela; mais tant mieux si le processus de validation marche pour d’autres gens.

Par contre je serais preneur d’une distinction entre les documents de contenu et les documents "signets", ou la version intermédiaire très rapide en seulement quelques paragraphes (par exemple mon propre document acheter des livres en ligne sans passer par Amazon, qui ne casse pas trois pattes à un canard et que je qualifierais de "micro-billet", c’est l’équivalent d’un auto-thread Mastodon). Les deux formes de contenus sont utiles, mais comme je ne remarque les contenus que par la page d’accueil, dont l’espace est limité, je trouve dommage que les "petits" trucs cachent les gros. Je me demande si on ne pourrait pas simplement utilier le forum pour les billets-signets, et trouver une forme intermédiaire pour les micro-billets.

Bonjour à tous,

Déjà, merci @nohar de recadrer le sujet. Je tiens à dire que j’apprécie. Je n’étais pas dans les échanges qui ont abouti à cette conclusion, et de mon point de vue, c’est une mauvaise idée. Avant de détailler, j’ai cru qu’il s’agissait d’un affaiblissement de la validation à cause de certains termes, comme décharger la validation en promouvant selon l’accueil et surtout à cause de l’épouvantail Médium1 dont parle @Amaury.

Sur ce,

Quel est notre but ?

ZdS est un site de partage de connaissance pour tous.

Ça veut dire ne pas jeter les nouveaux qui veulent qu’on fasse leurs devoirs, mais les guider. Ça veut dire gratuit, accessible à tous, etc. Ça veut aussi dire faire des contenus aussi pédagogiques que possible.

J’insiste sur ce point : un auteur, chez nous, est souvent un type qui connait bien son domaine, mais n’a pas l’habitude plus que ça d’en parler. Quand j’étais validateur, la plupart de mes retours étaient sur la pédagogie, pas le fond, maitrisé par les auteurs.

Des contenus juste et pédagogique, c’est-à-dire ouvert au maximum de gens (ils peuvent être complexes, mais c’est une complexité intrinsèque, pas ajouté par un défaut de pédagogie).

Quel est le problème ?

@Nohar disait que certains trouvaient le système actuel très bien, soyons clairs, pas moi (mais l’alternative proposée en premier lien ne fera pas mieux à mon avis, j’y reviens). ^^

Avant toute chose, on a beaucoup moins de contenu qu’à une époque. Je n’ai pas de métrique fiable, mais il y a quelques années, quand le problème de la diminution du nombre de contenus validés se posaient, j’avais dit que les mois à moins de 4 contenus validés étaient des petits mois. Autant dire que ça fait longtemps qu’on a pas eu de gros mois. C’est en partie normal (le site muri), mais il y a un risque de flétrissure à ce niveau. Surtout que certains contenus vieillissent, et qu’ils seront de plus en plus nombreux à le faire.

Donc, derrière ce problème, quels sont les problèmes ?

  • Notre objectif est exigeant, ce qui de façon intrinsèque complique les choses. Sauf que ça, on ne veut pas y toucher.
  • On n’aide pas nos auteurs. La béta est là pour ça, mais en pratique, ça ne marche pas.
    « Bonjour, tu vas rédiger pendant des heures, on va être exigeant sur la qualité finale, et on te laisse te démerder. Bisous. »
    Ça ne peut pas marcher, et ça ne marche pas bien.
  • Le processus pour atteindre notre objectif (càd, la validation) est particulièrement lourd et inefficient. Dire « partie machin, tu dis truc, faudrait dire bidule », ça oblige l’auteur à fouiller son tuto, et le validateur à retourner voir si c’est mieux.
  • Il y a sur le site un historique, qui devient un passif à intégrer pour les nouveaux. Du vocabulaire spécifique, une interface parfois lourde sur les contenus, un chemin de validation explicité dans un gros tuto dont je doute que tous les auteurs le lisent…

Quelles sont les solutions ?

Techniquement tout d’abord, fluidifier les retours. De nombreuses choses ont été proposées, sur le forum par le passé, dans ce sujet un peu. En très gros, le système de travail en commun des éditeurs de textes serait bien :

  • A écrit un texte ;
  • B ajoute des commentaires et des propositions de correction ;
  • A accepte ou refuse les corrections, et répond aux commentaires (par modification, ou par un message) ;
  • B regarde les corrections (non) appliquées, et continue la discussion.

Plus besoin de naviguer dans le tuto, le validateur sait ce qui a été fait.


Il faut améliorer la béta. Cette amélioration doit aller dans le sens de plus de suivi et d’aide des auteurs. Donc elle doit se faire tôt, et doit être vue comme une pré-validation. Typiquement, avoir un validateur attribué dès la béta. Un référant de l’équipe qui connait le contenu, et qui peut accompagner l’auteur au besoin. C’est sûr, il y aura de la perte : c’est beaucoup plus de travail pour les validateurs, et tout ne sera pas publié, mais ça devrait permettre de publier plus, et plus facilement pour les auteurs.

L’idée sous-jacente, c’est de se rapprocher du système dans l’édition papier : l’éditeur ne dit pas oui ou non une fois le contenu fini, mais il accompagne ses auteurs dès que ceux-ci se sont manifesté, et qu’il juge le livre prometteur.

Pourquoi j’aime pas trop la solution proposée en haut ?

Va-t-elle favoriser les retours, en particulier précoces ?
Je pense que non. Un billet est déjà un contenu à part entière. Soit on va se retrouver avec des billets pas finis, soit on n’aura pas de retours précoces.

Va-t-elle favoriser les mises en validation ?
Je crains le contraire : le billet est un contenu fini. Donc on peut se contenter de ça : on est passé en page d’accueil, on a fait un truc qui nous convient. Bon, il disparait vite, mais c’est pas la mort, et ça nous épargne un long et complexe processus de validation supplémentaire.

Va-t-elle changer la manière dont les billets sont perçus ?
Je pense que oui. Actuellement, les billets sont libres, et sont utilisés, surtout, pour du contenu très divers. S’ils servent, à termes, comme béta, ce sera fourre-tout. Petits machines, tuto pas finis, tuto finis mais dont l’auteur ne veut pas aller plus loin. On risque de se retrouver avec un système encore moins lisible qu’aujourd’hui.

Et si on crée un système de billet spécifique aux bétas et contenus propres non validés ?
Ça revient à faire un encart « béta » sur la page d’accueil. Cela ne résout pas le problème de base, et met en avant des contenus pas finis.

Et alors quoi ?

Le nombre de contenus validé s’effondre. On est chaque mois en dessous du niveau bas d’il y a 3 ans. Ça pourrait être un signe de maturité, ou bien de sénescence.

Cela est dû, au moins en partie, à un processus long, complexe, dans lequel l’auteur est laissé seul. Toute solution doit à mon sens simplifier et clarifier les choses.

Ce qui pourrait être fait facilement :

  • Un recrutement, si besoin est.
  • Nommer un point de contact de la validation. Pas un chef (je sais que c’est un repoussoir pour beaucoup), mais juste quelqu’un qui soit identifié et qui soit la personne référente pour poser des questions lorsque l’on est auteur. Un validateur ne répond plus ? Comment marche la validation ? On MP le contact validation.

Techniquement :

  • Une meilleure interface de relecture et correction des contenus.

Du point de vue procédure :

  • Un meilleur suivi / accompagnement du début à la fin du contenu. Y compris après, d’ailleurs. Bref, comme un éditeur.
  • Sûrement d’autres choses, mais ce débat date formellement d’hier soir, pour moi. ^^

Il est d’usage de conclure par une ouverture. Il y a 10 ans, le web marchait beaucoup par blog. De nombreux blogueurs que je suivais sont passés sur les réseaux sociaux. Ils font des trucs plus courts, moins fouillés. Et ils finissent par faire des threads (liste de message) de leurs threads un peu fouillés. Bref, des listes de billets de blogs, en version chiant à faire et à lire. Mais avec incroyablement plus de public.

La façon de faire a changé, et on est encore à l’ancienne. Mais tant mieux, de mon point de vue. On n’a pas l’audience, on est vieux jeu (moi, surtout…), mais ce n’est pas pour autant que l’on est dénué d’atout. Cherchons à corriger nos défauts, mais aussi à valoriser nos qualités, nos spécificités. :)

J’espère avoir été plus clair et plus précis qu’hier soir.

PS : il y a un point dont je n’ai pas parlé, c’est l’accompagnement des nouveaux auteurs qui n’osent pas se lancer. Mini-article (par exemple sur l’actualité), contenus collaboratifs… Tout ça n’existe pas et pourrait aider à réduire drastiquement la hauteur de la marche. Sauf que le problème ici est culturel : on ne voit pas ce genre de contenus sur ZdS, donc on ne se propose pas de le faire, même s’ils respectent 100 % des critères de qualités, justesse, pédagogie…

PS2 : la culture du long et de l’exigeant se vois bien ici et dans ce genre de débat. Ça doit faire un peu peur au petit auteur qui veut juste pointer un petit truc qui lui a pas plus dans le processus. :-°


  1. Qui fait fuir les oiseaux, on est cohérent. :D
+6 -0

J’ajoute un petit point sur ce que j’ai dit par rapport à la visibilité des bêtas : actuellement il est difficile de communiquer ce sur quoi on souhaite des retours sur notre contenu, c’est souvent « perdu » dans des posts du forum, où l’on explique aussi ce qui a été mis à jour dans la version, mais mêlé à d’autres discussions.

Je pense que l’encart « Cette version est en "BÊTA" ! » pourrait servir à ajouter un texte explicatif pour décrire ce qui a été fait dernièrement et ce qu’on aimerait voir relire en priorité.

Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte