La longueur des articles sur Zeste de Savoir

Conseiller les auteurs ou free style complet ?

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Staff
Auteur du sujet

Bonjour chers agrumes,

J'ouvre ce topic, après avoir lu certains commentaires de cet article (et plus particulièrement le commentaire de Spacefox). Je vous avoue que je fais partie de ceux que la longueur d'un texte peu rebuter si le titre de l'article ne me parle déjà pas (et là c'était le cas).

Autant, je suis fan du style d'écriture de Dominus Carnufex, autant je sais que ma limite pour lire un article (et c'est pareil pour un lien que je vois passer sur les réseaux sociaux) est de 5 minutes de lecture maximum. Si je dois mettre plus de 5 minutes à lire un article, JE (et ce n'est peut-être pas le cas de tout le monde) considère que l'on est passé de "Quelqu'un essaye de me faire découvrir quelque chose" à "Quelqu'un veut m'apprendre quelque chose". Et j'aurai naturellement tendance à le voir comme un tutoriel.

En approfondissant la limite des 5 minutes, ça correspond grosso modo à un texte de 2000 mots pour le lecteur moyen. A titre d'exemple, l'interview de Taguan fait 1532 mots (je l'avais trouvé parfait en terme de longueur).

J'en viens donc à me poser là question (car au final c'est carrément une question éditoriale) de savoir :

Est-ce qu'il faudrait prendre en compte dans notre ligne éditoriale un nombre de mot à ne pas dépasser dans le cadre d'un article ?

ça pourrait se traduire comme un ensemble de conseils pour les auteurs visibles depuis la page de création d'un article par exemple.

Suis-je le seul qui as du mal a finir des articles pourtant très intéressants ?

Un moyen simple d-apporter un début de réponse a la question serait de regarde google analytics et savoir au bout de combien de temps les lecteurs quitte la page d'un article en moyenne/mediane/ecart-type/whatever par article.

Mais sinon +1 pour l’idée d'ajouter ou créer une page de conseils a l’écriture (qui il me semble est déjà présente dans le guide du contributeur en cours d’écriture)

Édité par Eskimon

ZdS, le best du Zeste ! Tuto Arduino, blog, etc

+2 -0

Je ne pense pas qu'un article puisse être requalifié en tutoriel de par sa longueur. Je vais prendre, narcissiquement, l'exemple de mon article (le nucléaire dans l'espace), qui était déjà assez long. Il ne fait que la moitié, en nombre de caractères, de l'article de Dominus, mais je ne l'ai pas lu, donc je ne me sens pas à l'aise pour en parler.

Je disais donc que dans cet article, je n'ai fait que présenter les choses, sans jamais vraiment aller dans une logique d'enseignement. Preuve en est le nombre restreint d'équations. Mais dans cette présentation, j'ai essayé de répondre aux questions naturelles que l'on pourrait se poser : qui ? quand ? quoi ? pourquoi ? comment ? (en gros)

Maintenant, on veut limiter à 2000 mots. Je dois en retirer 60-65 %. Qu'est-ce qui n'est pas important ? Je ne pense pas qu'un article soit définit par sa longueur, mais plutôt par son type de message.

De mon côté, je ne semble pas touché par ce problème : quand je décroche d'un article ou d'un tuto, c'est soit que le sujet ne m'intéresse pas, soit que le style me rebute. Et la longueur n'a aucune influence, je décroche souvent en quelques minutes à peine.

Ce qui m'amène à dire que, de mon ressenti, 5 minutes, c'est horriblement court. Quand je lis un morceau de texte qui me tient à peine cinq minutes, j'ai l'impression d'avoir lu une bricole sur Buzzly ou autre site à clics, pas un article.

Je conviens que mon article était long. Ça tient à mon style d'écriture et au sujet lui-même. Si j'ai fait le choix d'un article plutôt que d'un tuto, c'est uniquement parce que je voulais que le contenu soit ancré dans l'actualité. Cet article sur Kober, j'aurais pu l'écrire n'importe quand, mais je voulais que ça tombe à un moment symbolique.

Alors ça repose la question de la distinction entre tuto et article… Si le critère d'actualité ne tient pas, sur quoi se fonde-t-elle ?

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+7 -0

Je suis dans le même cas que firm1. Cette histoire m'intéresse mais je n'arrive pas à dégager assez de temps pour finir cet article.

En regardant les différents commentaires, j'en viens à la conclusion que je n'aime sans doute pas lire (à part pour m'endormir) tout simplement.

Maintenant est-ce-que c'est générationnel, transgénérationnel ? Est-ce-que c'est le cas de beaucoup de gens ? Est-ce-que c'est le public visé pour ZdS ? J'en sais rien très honnêtement.

Happiness is a warm puppy

+0 -0
Staff

Je suis également pour encourager les auteurs à limiter la longueur de leurs écrits. Non pas en imposant une limite, ce qui pourrait être contraignant dans certains cas, mais en suggérant à un auteur de faire un petit effort de synthèse quand cela est nécessaire. Comme beaucoup, j'ai trouvé l'article de Dominus très intéressant amis aussi beaucoup trop long.

J'ai vu passé cet argument en faveur de cette longueur :

je ne puis faire bien comprendre l'apport de Kober qu'en contextualisant beaucoup

Dominus Carnufex

Si le but est de rendre hommage à Kober en la faisant connaître du plus grand nombre, alors je pense que c'est une erreur stratégique. Un article si long rebute forcément de nombreux visiteurs (à tort ou à raison, mais peu importe). Sur 100 visiteurs, si seuls 10 lisent l'articles en entier alors qu'une majorité l'aurait fait avec un article plus court, alors on passe à côté de l'objectif. Un bon article n'est pas forcément un article long. Au contraire, un article accessible et contenant toutes les infos nécessaires touchera plus de monde et ne fera pas perdre de temps aux courageux qui le lisent jusqu'au bout.

Pour les tutos, le problème est exactement le même : pour deux tutos avec le même niveau d'information, je préfère le plus court, tout simplement parce qu'il sera plus rapide à lire. Et pour mettre le même niveau d'info dans un écrit plus court, il faut faire preuve d'esprit de synthèse. C'est une qualité très appréciable chez un auteur, je trouve.

Suivez ZdS sur Twitter ! Et venez aux JZDS Lille !

+5 -0

@ Aabu : Pourquoi pas, surtout que la publication en plusieurs parties a déjà été utilisée pour les "C'est toute une histoire". Mais mieux vaut éviter de rendre ce découpage automatique au-delà d'une certaine longueur : il y a des contenus pour lesquels cela marche très mal. Par exemple, prends les articles parus lors du CDS sur Rosetta, tu peux rapidement voir qu'il est difficile de les découper en plusieurs parties dans y perdre une certaine fluidité de lecture.

Édité par anonyme

+0 -0
Staff
Auteur du sujet

Notons biensur que je n'ai pas envie de remettre sur le tapis la discussion Article vs Tutoriel. Je suis bien conscient que certains article peuvent être longs, très longs même.

S'il n'y a pas moyen de synthétiser les choses comme l'explique ShigeruM, je pense que ce que Aabu propose est une excellente chose. On a l'exemple de l'article "C'est toute une histoire : la cryptographie" (partie1, partie2, partie3 ). Il y avait énormément de chose à dire ici, et le contenu est clairement un article, mais les auteurs ont eu la bonne idée de le découper en 3 parties. Perso, le truc aurait été écrit en une partie, je ne l'aurais jamais fini.

Édité par firm1

Staff

Pour moi, on est ici sur une vraie problématique éditoriale qui va un peu plus loin que la simple longueur des articles et revient à ces questions :

Quel est le but d'un article ? Quel est le meilleur moyen d'arriver à ce but ?

De ce que j'en sais, le but des articles est à peu près le même que celui des articles de presse : présenter des faits, sans nécessairement renter dans un processus d'apprentissage (cf la fin de ce message).

À partir de là, on peut en déduire qu'on se retrouve naturellement avec certaines des contraintes des articles de presse :

  1. Mode de consommation : un article est lu rapidement après parution[^parution], et le lecteur ne veut, et souvent ne peut, pas y passer trop de temps.
  2. Clarté du propos, dans le traitement comme dans le style – ce qui impose de la synthèse dans les propos
  3. Un angle de traitement clair, qui peut être une neutralité du propos ou une prise de position (mais pas un truc bâtard entre les deux).

À propos du point 1, une statistique Google Analytics : en général, on a plus de 80% des lectures d'un article qui se font dans les 48h après sa parution. C'est énorme. Ça implique en particulier qu'un article ne sera pas mis de côté "pour plus tard", et que l'accroche est extrêmement importante, sans bien sûr tomber dans le lien type "pute à clics". Par exemple, l'article "Embryogenèse et effets mécaniques" a très peu de vues et je pense que le titre n'y est pas pour rien.

Aujourd'hui, à cause de notre présentation et des mots utilisés, nos articles sont clairement compris et consommés de cette manière. En particulier, un article de plus d'une semaine est un article oublié qui n'est pratiquement plus jamais vu, au contraire d'un tuto par exemple. Ceci est très largement vérifié dans les stats Google Analytics1.

Au niveau de la longueur, on a clairement ici un double problème :

  • Est-ce que le lecteur va aimer lire des textes longs ?
  • Est-ce que le lecteur va trouver le temps de lire des textes longs ?

Le premier point est très personnel. De mon côté, j'aime beaucoup lire et je n'ai aucun problème avec des contenus un peu longs – au contraire, j'aime bien qu'un article fasse plus que me dire "hé, regarde ça existe" et c'est tout. Donc, ça ne me dérange pas que, d'un point de vue éditorial, on ait à la fois des articles longs et courts ; d'autant plus que si l'article est bien conçu (cf les règles plus haut), quelqu'un qui n'en lit que la moitié a quand même les informations les plus importantes.

Le second point peut quant à lui poser un vrai problème, surtout dans notre société où on a tendance à être sollicités. Comme je l'expliquais ici, il faut 40 à 45 minutes à un lecteur moyen pour arriver au bout de l'article sur Alice Kober. Et là, c'est un vrai problème, parce que non seulement on perds toute personne qui n'aime pas trop lire, mais aussi toutes celles qui aiment et qui n'ont pas autant de temps à consacrer à un seul article. Je sais par exemple que si cet article n'était pas paru un WE où j'avais du temps devant moi, je ne serais jamais arrivé au bout.

Alors que, je le répète, j'aime bien lire.

Là, les 5 minutes cibles de firm1 me paraissent trop courtes comme cible, même si ça ne me dérange pas d'avoir des articles de cette longueur.

Pour moi, un bon article détaillé devrait se lire en une dizaine de minutes. Chez un lecteur moyen, ça fait environ 3000 mots, environ 15000 à 20000 SEC. Dans un traitement de texte, c'est environ 6 pages, et c'est la longueur d'un bon article détaillé dans beaucoup de magazines.

On peut imaginer qu'un article vraiment fouillé monte à 30000, 35000 SEC (5000 / 6000 mots) et donc soit lu en 15 ou 20 minutes chez un lecteur moyen. C'est à peu près la plage de temps qu'on peut se libérer sans trop de difficulté, au-delà ça devient problématique.

La conséquence logique de tout ceci c'est que, d'un point de vue éditorial, nos articles devraient viser 15000 à 20000 SEC pour un article détailler. De plus, l'auteur devrait sérieusement se poser des questions si sa prose dépasse les 35000 SEC.

À ce dernier point, 2 réponses :

  1. Élaguer dans le texte. Il y a sans doute des détails à supprimer sans rien perdre en pertinence.
  2. Publier l'article en deux parties

Alors ça repose la question de la distinction entre tuto et article… Si le critère d'actualité ne tient pas, sur quoi se fonde-t-elle ?

Il y a déjà eu un long débat à ce sujet (je n'ai plus l'URL sous la main mais il doit encore traîner au fond des forums). La règle qui en ressortait ne parlait absolument pas d'actualité, d'où le fait d'ailleurs que la fonctionnalité s'appelle "article" et non "actualités".

La règle était grosso modo :

Si tu découvres un sujet (le lecteur sait qu'il existe, sans vraiment plus), c'est un article.
Si tu apprends sur un sujet (le lecteur peut en faire quelque chose), c'est un tutoriel.


  1. Même si les tutos ont un effet "nouveauté" global, ils sont pour la plupart beaucoup vue sur la durée. Par exemple, on constate que sur les 30 derniers jours, tous les articles les plus vus sont des articles publiés récemment (pas forcément dans l'ordre), tandis que aucun des tutos les plus vus n'est un tuto publié récemment. 

Staff

La distinction tutos/articles est une question intéressante et déjà largement abordée ailleurs, mais à mon sens totalement hors sujet ici : le sujet est exactement le même pour les deux. Un écrit trop long perd en qualité si la longueur n'apporte rien au contenu. Autrement dit, quel que soit le type d'écrit, il est toujours préférable de faire preuve de synthèse dans le propos.

Suivez ZdS sur Twitter ! Et venez aux JZDS Lille !

+3 -0

Autrement dit, quel que soit le type d'écrit, il est toujours préférable de faire preuve de synthèse dans le propos.

ShigeruM

Ce n'est pas si simple. Un contenu trop dense en informations est aussi décrié. Donc, si, délayer un texte pour ne pas surcharger le lecteur d'informations nouvelles a son intérêt.

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+2 -0
Staff

J'ai lu vos commentaires et je suis d'accord sur plusieurs aspects.

Il y a aussi quelque chose d'autre qui fait que je n'ai pas eu envie de lire l'article de Dominus (rien de personnel ofc). J'ai vu que c'était de l'Histoire, c'est pas une matière que j'apprécie beaucoup et avoir un article (beaucoup !) plus court m'aurai donné plus envie de me lancer dans la lecture. Quand un sujet intéresse moins, avoir quelque chose de long donne pas forcément très envie. C'est un avis personnels mais ça me semble pas dingue.

Même sur un article scientifique, j'ai du mal à investir 45 min d'un coup. Je préfère amplement des articles (ou parties d'articles indépendantes) que je peux lire en 10-15 min. Et ce, parce que je sature, même quand j'aime le sujet. Et s'il est impossible de faire une pause suffisamment longue sans avoir perdu le contexte (i.e. sans avoir à relire une bonne part précédente pour reprendre) … c'est embêtant.

Pourquoi pas des articles très longs mais à ce moment je vois plusieurs choses à revoir :

  • la forme (aujourd'hui on se retrouve avec un énorme pavé assez moche et rapidement), c'est pas toujours super agréable à la lecture, mais c'est aussi le point le moins important dans cette liste ;
  • un découpage efficace (aujourd'hui on peut pas vraiment faire de plan) ;
  • des résumés toutes les ~15 min de lecture !

Édité par Holosmos

Ce n’est pas en répétant « Hom, Hom », qu’on démontre des théorèmes sérieux - Siegel Mon Twitter

+1 -0

Le principe du découpage en extraits et/ou du découpage en plusieurs parutions me paraît nécessaire pour des contenus aussi longs.

Par contre, pour ce cas précis, je fais partie de ceux qui apprécient le style rédactionnel de Dominus, et j'aurais été déçu de savoir qu'il a dû élagué son article pour le voir paraître. Une césure forcée, OK, mais un élagage sur un contenu qui se lit aussi bien (c'est subjectif, j'en convient), je trouverais ça dommage.

Améliorons la validation ! - ZdS, faut bien secouer, sinon la pulpe, elle reste en bas !

+4 -1

Je n'ai pas réussi à aller au bout. Trop long, trop détaillé. Il faut m'expliquer en quoi savoir que Evans aimait beaucoup les enfants aide à expliquer les choses. C'est détail inutile. Et malheureusement, ce texte en est truffé. Il ne faut pas oublier que lorsqu'on lit, on est actif ; alors autant regarder une émission à la TV (ou sur le net) sur le même sujet, avec autant de détails, pourquoi pas : je suis assis sur mon canapé, je suis passif. Mais là 45 minutes sur l'ordi, à se concentrer, c'est trop.

Ce qui est dommage, parce que le contenu semble intéressant. Tant pis pour moi. _

Au passage, à mon sens il s'agit plus d'un dossier que d'un article. Oui je sais, je fais chier. :] Mais ce sont deux choses bien distincts pour moi. Au moins un dossier je sais que ça va être long (et donc je ne les lis pas, notez bien).

+10 -1
Staff

Coyote, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi. Dominus a peut-être un style qui se lit bien, mais ce n'est pas une raison pour passer des heures sur ses écrits si ça ne se justifie pas. Et là, comme le dit John, ça ne se justifie pas toujours, loin de là.

Ça va mieux en le disant : Dominus, rien de personnel hein, on parle de toi parce que tu es l'auteur de l'article qui a provoqué la discussion, mais ça aurait pu être n'importe qui. :)

Suivez ZdS sur Twitter ! Et venez aux JZDS Lille !

+0 -0

À mon sens, ce n'est pas un détail inutile. Ça ne sera certes d'aucune utilité pour comprendre comment le linéaire B a été déchiffré. En revanche, ça explique pourquoi Arthur Evans, archéologue de renommée internationale, 86 ans aux prunes, s'est soudainement mis à jouer les guides touristiques. Et ça me paraît d'autant plus important que c'est précisément l'élément déclencheur de l'obsession de Ventris pour le linéaire B.

Ce qu'il ne m'a pas paru utile de raconter, c'est que si Evans gagatisait autant avec les enfants, c'est en grande partie parce que lui et sa femme n'ont jamais réussi à en avoir, à tel point qu'ils ont fini par adopter des enfants pauvres pour en tenir lieu.

Mais je pense qu'avec ces différentes discussions on touche du doigt le nœud du problème : pour un sujet donné, nous n'avons pas tous les mêmes attentes de contenu. Pour rester sur Kober, et sans aller jusqu'à la pute à clics « Les 7 choses que vous ignoriez sur le linéaire B : un grand secret dévoilé ! », il y avait sûrement plusieurs manières d'aborder la chose.

  • Une brève introductive, de l'ordre de 3 pages A4, « Le déchiffrement du linéaire B », où il n'y aurait que le strict minimum pour comprendre qui est qui.
  • Un article en bonne et due forme, disons 6 à 10 pages A4, « Qui était Alice Kober ? », qui sabrerait pas mal toute la partie sur Evans et celle sur Ventris, et qui se concentrerait sur le déchiffrement proprement dit, en laissant de côté les autres aspects de sa vie.
  • Une grande fresque historique, mon article, qui est long mais du coup prend la forme d'une nouvelle, avec ses sous-intrigues et ses détails qui sont là pour rendre la lecture plus agréable.
  • Un cours complet sur le linéaire B et le grec mycénien, où la question du déchiffrement ne serait qu'une partie.

Et il apparaît clairement que les différents participants à cette présente discussion auraient préféré l'une ou l'autre, sans qu'une nette majorité ne parvienne à se détacher. Pour ma part, j'ai pris beaucoup de plaisir à rédiger l'article sous sa forme actuelle, et je ne l'aurais sans doute pas fait si j'avais été contraint d'adopter une autre forme.

Tout ça pour dire que si l'on veut contenter tout le monde, j'ai bien peur qu'il faille pour chaque sujet proposer des contenus de taille différente, même s'il y a de la redite de l'un à l'autre, en se disant qu'ils ne seront pas lus par les mêmes personnes.

@ShigeruM : je sais. :)

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+4 -1
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte